YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Enola et les animaux extraordinaires (T3) Le kraken qui avait mauvaise haleine
Joris Chamblain et Lucile Thibaudier
Éditions de la Gouttière

Un kraken terrorise les pêcheurs. Il ne coule pas les bateaux mais arrache à chaque fois le mât. Enola découvre ces faits dans le journal et décide de gagner l’océan pour comprendre les raisons de ces agissements.
Arrivée sur place, elle rencontre le redoutable capitaine Barbiche qui, moyennant une forte rétribution, promet aux locaux de les débarrasser du kraken. Enola ne peut accepter qu’il soit fait du mal à une bête, alors la course est lancée.



JPEG - 79.6 ko

Enola est une jeune vétérinaire, mais elle s’occupe avant tout d’animaux pour le moins spéciaux. Dans le tome 1, “La gargouille qui partait en vadrouille”, les statues du titre prennent vie et se promènent. Dans le tome 2, “La licorne qui dépassait les bornes”, il s’agit de l’animal mythique que le titre dévoile aussi. Ce tome 3 ne fait pas exception à la règle, “Le kraken qui avait mauvaise haleine” s’intéresse à ces céphalopodes géants. À chaque fois, le titre dont il faut apprécier le jeu de mot indique l’animal au centre de l’album.
Avec ses cheveux violets, raccords avec ses vêtements, et sa frimousse bien ronde, Enola, que son chat Maneki suit partout, attire la sympathie des lecteurs. La découvrir revient à l’adopter et à fidéliser son jeune public ;
En effet, la série “Enola et les animaux extraordinaires” s’adresse aux enfants dès 8 ans. Le format court de 32 pages, les couleurs chaudes donc joyeuses et les aventures fantastiques leur conviennent parfaitement. D’ailleurs le premier tome a dépassé les 24 000 exemplaires vendus. Lors des dédicaces à Angoulême, il suffit de voir la file d’attente devant Lucile Thibaudier pour comprendre l’engouement suscité par cette jeune héroïne.

JPEG - 76.7 ko

“Le kraken qui avait mauvaise haleine” la place face à des adultes. Ce qu’ils ne comprennent pas les effraye et ils cherchent à s’en débarrasser. Habilement, l’arrivée d’Enola sur les lieux coïncide avec celle du chasseur de kraken, ce qui en fait d’emblée deux adversaires. L’enfant qui incarne le bon sens face à l’adulte, fier de lui et de mauvaise foi. Il est amusant aussi de voir que le capitaine Barbiche tient surtout de l’ancien pirate, alors qu’Enola relève du modernisme avec ses vêtements et son sous-marin de poche. Le scénariste Joris Chamblain oppose ainsi la jeunesse et le monde adulte, l’avenir avec le présent voire le passé. L’histoire n’est pas aussi légère qu’elle le semble de prime abord. Enola n’a pas froid aux yeux, elle est toujours à la recherche de découverte, la soif d’apprendre l’anime, alors que les adultes sont peut-être pétris de certitudes et vivent sur des acquis sans voir plus loin. La dichotomie s’avère un brin exagérée, mais apporte une lecture plus facile et une identification plus grande avec Enola.

JPEG - 52.7 ko

Les auteurs n’en sont pas à leur coup d’essai, “Enola et les animaux extraordinaires” en est à son troisième volet et connaît un beau succès, ils ont aussi à leur actif trois tomes de Socières sorcières (Kennes éditions). L’association fonctionne très bien. Les dessins attractifs de Lucile Thibaudier et l’imagination de Joris Chamblain se complètent pour le meilleur.
“Le kraken qui avait mauvaise haleine” séduit par l’exotisme qui s’en dégage avec son kraken tout rose, terreur des pêcheurs mais qui se révèle finalement si gentil quand son problème est réglé. La jeunesse peut trembler pour lui, tout en sachant qu’avec Enola, il ne risque rien. Les cases non délimitées de traits noirs et leurs coins arrondis évitent le cadre trop rigide et apportent plus de douceur au dessin.

JPEG - 73.9 ko

Enola est l’ami que chaque enfant aimerait avoir. Avec cette série, il partage ses aventures décalées car des animaux fabuleux se révèlent à lui. Au fil des années, il peut grandir avec elle et toujours s’émerveiller de ses missions. De plus, elle enseigne très bien les rapports envers les animaux, les domestiques ou autres, qui prennent tant d’importance dans nos vies et dont il faut s’occuper tout en les respectant.
Une série intelligente, parfaitement adaptée aux enfants avides de découvertes et qu’une pointe de fantastique attirera.


(T3) Le kraken qui avait mauvaise haleine
- Série : Enola et les animaux extraordinaires
- Scénario : Joris Chamblain
- Dessin et couleur : Lucile Thibaudier
- Éditeur : Éditions de la Gouttière
- Pagination : 32 pages couleurs
- Dimensions : 22,3 x 29,6 cm
- Dépôt légal : 19 mai 2017
- ISBN : 979–10–92111–52-1
- Prix public : 10,70 €


À lire sur la Yozone :
Sorcières Sorcières (T1) Le Mystère du Jeteur de Sorts


Illustrations © Lucile Thibaudier et Éditions de la Gouttière (2017)


François Schnebelen
24 juillet 2017






JPEG - 29.8 ko



JPEG - 14.2 ko



JPEG - 28.3 ko



JPEG - 23.2 ko



JPEG - 19.1 ko



JPEG - 26.9 ko



JPEG - 26.4 ko



WebAnalytics