YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Naissance des Deux Crânes
Collectif
Les Deux Crânes, coll. Analecte, anthologie, 144 pages, octobre 2016, 14€

Pour marquer ses débuts, la maison d’édition Les Deux Crânes sort l’anthologie « Naissance des Deux Crânes », un ensemble de nouvelles ou poèmes, tous illustrés. Ce ne sont pas moins de 32 contributions qui figurent dans ce livre de 144 pages.
À raison de 2 pages pour chaque illustration, en enlevant les présentations des contributeurs, les pages de garde et de fin, il reste 86 pages pour 16 textes, soit une moyenne comprise entre 5 et 6 pages. Certains se résument à quelques lignes, alors que d’autres atteignent les 15 pages.



En feuilletant l’ouvrage, cette diversité apparaît assez troublante comme si certains s’étaient contentés du minimum, ce qui s’avère bien sûr trompeur. À la lecture, cela se ressent d’autant mieux que ce qu’il reste au final, ce sont souvent les textes les plus longs ou ceux avec une idée ou autre fait marquant. Par exemple, Philippe Gindre avec ses personnages récurrents Coolter et Quincampoix dans “Bicéphalée”.
Au sommaire, des noms reviennent plusieurs fois. François Dieuaide, non content de signer deux illustrations intérieures dont une reprise en couverture, a aussi écrit “L’élégance du phosphate de calcium”, dans lequel un crâne découvert dans le permafrost sibérien se transforme sous les yeux des savants. Amusant avec un côté rétro intéressant.
Le sujet a aussi inspiré Audrey Faury qui a livré trois illustrations intérieures.

Tout naturellement, je ne m’attarderai que sur les textes qui m’ont le plus parlé.
En entame, malgré un début peu explicite, “Carlotta palace” de Stéphane Héaume prend un détour vraiment intéressant quand la propriétaire de l’hôtel remet les éléments en perspective. Très belle trouvaille !
Sylvain-René de la Verdière fait court, mais “Toubib or not toubib” fait mouche avec son jeu de mot et sa conclusion horrifique.
Pour “Havelange”, le tandem Céline Maltère / Jean-Paul Verstraeten réussit à imprégner nos esprits avec les deux crânes liés par la langue. Idée très bien exploitée ici.
Patrice Dupuis signe “La serrure à secret”, une de mes nouvelles préférées avec deux sœurs partageant le même corps. Cet être bicéphale est source de débats. L’une ne supporte plus l’autre et décide de s’en défaire. Quelle est alors sa responsabilité ? Étonnant, intriguant et dans le même temps, effrayant.
“Tomas Spät” est un praticien d’un genre spécial. Les lieux, l’étrangeté de la séance... permettent à Francis Thievicz de créer un délicieux frisson.
Patrick Boutin raconte l’histoire de deux crânes du temps de leur vivant. Un mendiant et un singe ont fait scandale en se rendant à l’église. Sacrilège, miracle... “Monnaie de singe” porte bien son titre avec son côté iconoclaste.

“Rage against the machine” n’a rien à voir avec le groupe. Il s’agit de la nouvelle la plus longue du sommaire, elle est signée Stéphanie Hochet et met en scène un conducteur et son GPS. Drôle de couple, sans compter ce qui est présenté comme une biche dans le coffre. Lecture agréable qui contraste avec une majorité de textes courts, ce qui la rend d’autant plus attrayante.
“Le crâne typographique” de Pierre Laurendeau fait un peu montre des mêmes qualités. Enquête policière sur fond de meurtre rituel. Le commissaire Fornax aime lorgner du côté de l’étrange, les documents à sa disposition en témoignent et apportent de l’humour à l’ensemble, ce qui est renforcé par le ton. Il est à noter que l’illustration de son récit sert de couverture.
J’avoue être très peu réceptif à la poésie, quelle que soit sa forme. Je les lis sans en apprécier les subtilités et sans forcément chercher plus avant l’histoire racontée de cette manière. Je n’en ai donc quasi pas parlé dans ma recension, mais “Celui de la lune rousse” de Léa Djenadi a su me toucher. Les songes de ce guerrier mort ont de quoi intriguer même les plus récalcitrants.

« Naissance des Deux Crânes » offre une diversité propre à contenter un peu tout le monde. Cette anthologie fait la part belle aux écrits mais aussi aux illustrations les accompagnant et renforçant à l’occasion le propos. Ce troisième ouvrage des Deux Crânes montre que cette maison d’édition apprécie ce qui est atypique, en témoigne le précédent « La cité des brumes », et qu’écriture et graphisme font bon ménage.
Pour commander « Naissance des Deux Crânes », il faut aller sur le site de l’éditeur.


Titre : Naissance des Deux Crânes
Auteurs (par ordre d’apparition) : Stéphane Héaume, Sylvain-René de la Verdière, Céline Maltère, Patrice Dupuis, Sandrine Davin, Francis Thievicz, Patrick Boutin, Florent Toniello, François Dieuaide, Chrystel Marmier, Philippe Nadouce, Stéphanie Hochet, Catherine Robert, Philippe Gindre, Pierre Laurendeau, Léa Djenadi
Illustrateurs (par ordre d’apparition) : Didier Estival, Thibault Ralet, Jean-Paul Verstraeten, Audrey Faury (3), Ibrahim Ghouonzengnigni, HM Saïd, Estelle Wintzer, Mathilde Loiseau-Voinchet, François Dieuaide (2), Christiana, Julia Richard, Abeil, Poulpy
Illustrations de couverture : François Dieuaide
Éditeur : Les Deux Crânes
Collection : Analecte
Pages : 144
Format (en cm) : 12 x 18,1
Dépôt légal : octobre 2016
ISBN : 978-2-9555856-2-7
Prix : 14 €


Autres ouvrages des Deux Crânes sur la Yozone :
- « La cité des brumes »


Pour écrire à l’auteur de cette chronique :
[email protected]


François Schnebelen
29 novembre 2016






JPEG - 17.3 ko



WebAnalytics