YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Les livres suspendus d’Urbex 42
Eric Vial-Bonacci, Howard Philips Lovecraft, Jean Ray, John L. Byrne, Robert Silverberg et bien d’autres...
Pendez-les haut et court !

Ils ne se balancent pas au gré du vent, mais sont à l’abri – relatif et fragile – des pires intempéries. Ils ne pourrissent pas au gré de la pluie ou de la grêle, mais ce sont leurs lieux protecteurs eux-mêmes qui tombent en déréliction. Idée étrange, idée poétique que d’exposer dans les lieux abandonnés des livres suspendus.



Il y avait ces livres voyageurs, ces volumes migrateurs que l’on trouve offerts en dehors de tout abonnement dans les bibliothèques, que l’on est invité à abandonner dans le fauteuil d’un musée, sur le siège d’un train, sous un abri de bus, ou même, cauchemar hideux, sur le siège d’un dentiste. Il y aura désormais ces livres suspendus qui, à hauteur d’homme, vous sautent au visage lors de vos explorations urbaines.

JPEG - 122.2 ko

Des livres, et pas des moindres. Le « Malpertuis » de Jean Ray, « L’Homme dans le labyrinthe » de Robert Silverberg, le fantaisiste et en cours d’oubli « Matin des magiciens » de Pauwels et Bergier, « The shuttered room », en langue originale s’il vous plaît, du terrifiant Lovecraft. Ceux-là, et bien d’autres, sont pendus, parfois ligotés, emmaillotés comme dans des cocons par quelque araignée libriophage, ou peut-être simplement comme des chrysalides, promesses d’éclosions et d’épouvantes nouvelles.

JPEG - 59.3 ko

La littérature d’épouvante ne tiendrait-elle qu’à un fil ? Est-elle une belle endormie qu’un seul souffle, dans la nuit des lieux abandonnés, dans la pénombre perpétuelle des demeures mortes, suffirait à ressusciter ?

JPEG - 101.7 ko

Cette littérature est-elle victime de quelques sacrifice occulte dans les reliques d’un patrimoine industriel qui l’a nourrie et l’a vue naître ? S’est-elle suicidée, s’est-elle pendue de dépit devant l’évolution tragique de ce bas monde, dans ces maisons de maître et châteaux à l’abandon, déshabités par des lignées désargentées ou à présent éteintes ?

JPEG - 66.8 ko

La Littérature d’imagination, qui s’intéresse également à l’avenir, n’essaie-t-elle pas de nous faire savoir ainsi que ce passé, que ces ruines en constante évolution ne sont rien d’autre que notre propre futur ?

JPEG - 51.8 ko

Bien des questions, bien des images naissent de l’étrange et belle idée d’Urbex 42. Une mise en scène originale, bien plus parlante que ces « installations » d’art moderne qui envahissent les lieux huppés, et la rencontre du fantastique urbain de la déréliction avec les littératures qui ne se sont jamais privées de la mettre en scène.

JPEG - 66.2 ko

Les sites d’Urbex 42, alias Éric Vial-Bonacci :
- Dystopie urbaine, le site des livres emprisonnés
- Le blogspot d’Urbex 42

Un beau livre sur les lieux abandonnés :
- « Spirit of place » d’Aurélien Vilette

Les livres atypiques sur la Yozone :
- Les livres introuvables de Thomas Brissot


Photos © Urbex 42 et ayants droits


Hilaire Alrune
3 juillet 2016






JPEG - 30.2 ko



WebAnalytics