YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Countrouble (T1 et 2)
Akinari Nao
Pika

Kota est célibataire, et cela dure, le garçon n’étant vraiment pas très entreprenant avec les filles. Il est amoureux de Akino. Seulement, la jeune fille est vraiment très solitaire, semblant toujours énervée et n’ayant pas beaucoup d’amis dans la classe, pour ne pas dire quasiment aucun. Alors approcher un tel glaçon relève du défi surhumain pour Kota. Mais sa vie, qui aurait pu être tranquille et solitaire, va totalement changer avec l’arrivée de Sasara, son ange gardien... Bon un ange ayant comme mission de lui trouver une amoureuse, peu importe qui en fait. Mais surtout Sasara a très mauvais caractère, prenant Kota un peu de haut. Toutefois, elle va mettre à sa disposition sa magie pour lui permettre de séduire Akino. Une magie fonctionnant par cycle de 10 comme son minuteur du cœur : à chaque fois que le cœur de Kota se met à battre fort, le compteur diminue de une unité et arrivé à zéro, tout le monde saura ce qu’il pense réellement au fond de son cœur.



Le moins que l’on puisse dire, c’est que la magie de Sasara est loin d’être des plus efficaces. Pire que tout, cette magie a tendance à annuler tous les efforts que Kota fait pour se rapprocher d’Akino. Par contre le jeune homme est parvenu à convaincre la jeune fille d’être plus sociale. Mais grâce à Sasara, Kota est seulement parvenu à découvrir que son amie d’enfance, Meiko, était secrètement amoureuse de lui. Et pour ne rien simplifier, Meiko semble vouloir aider Kota à séduire Akino. Quel pathétique triangle amoureux, incapable de révéler ses sentiments même avec l’aide d’un ange ! Et la magie de Sasara a toujours un côté un peu compliqué, comme ce sort qui impose que Kota se retrouve seul dans un rayon de trois mètres avec Akino pour qu’à la dixième fois, la jeune fille finisse par l’embrasser. Bon, Kota a de sérieux doutes sur ce nouveau sort, mais le jeune homme est prêt à tout pour séduire Akino. Mais tout semble vouloir l’empêcher d’être seul avec Akino. Et pourtant, la dixième fois finit par arriver et à sa plus grande surprise, Akino l’embrasse tendrement sur les lèvres...

JPEG - 52.9 ko

“Countrouble” est la première série où Akinari Nao est à la fois aux crayons et au scénario. Le mangaka nous entraîne à la suite d’un ange aux missions bien spécifiques : créer des couples ! Un ange qui serait proche d’un chérubin s’il n’avait pas un très mauvais caractère. Et il faut bien avouer que Sasara n’est pas très efficace, ses sorts ayant même tendance à se retourner contre le pauvre Kota. Alors qu’il ne demandait qu’à aimer en secret Akino, le voila obligé de tout faire pour la séduire... en dix fois. C’est là toute la logique du pouvoir de Sasara : pour qu’un sort se réalise, il faut que Kota répète dix actions. Et pour qu’il sache si une action a été validée, un compteur apparaît sur une partie de son corps, souvent le bras. Il est intéressant de noter que seul Kota semble capable de voir ce compteur. Malheureusement, il y a toujours un défaut dans le process et Kota n’arrive jamais à ses fins, bien au contraire, il se retrouve dans des situations extrêmement embarrassantes, ou des quiproquos catastrophiques. Ce sera le mécanisme de chaque saynète du premier tome. A chaque fois que Kota semble progresser dans sa relation avec Akino, un sort de Sasara vient tout gâcher.

Le deuxième tome va jouer sur le classique triangle amoureux. En fait, Meiko, l’amie d’enfance de Kota, est amoureuse de lui mais joue un jeu compliqué en l’aidant à se rapprocher de Akino. En réalité, un deuxième ange fait son apparition et va entrer en conflit avec Sasara. Ce deuxième ange est le parfait opposé de Sasara : alors que cette dernière est une grande timide qui se cache derrière un caractère exécrable, Kukuru est une véritable peste se cachant derrière un air de gentille petite fille. Les anges vont donc jouer de sorts pour contrecarrer les plans de l’autre. Toutefois, Kukuru apparaît comme bien plus stratège et perverse, ce qui lui permet de prendre rapidement l’avantage sur la pauvre Sasara. Le triangle se complique car plus aucun des protagonistes ne semble pouvoir maîtriser son destin, subissant les aléas des sorts des deux anges.

Graphiquement, on sent que Akinari Nao est surtout un dessinateur avant d’être un scénariste. Les traits des personnages sont distincts et le lecteur n’a aucun problème pour identifier les différents personnages. Akinari Nao met l’accent sur les tenues et les décors, ce qui lui vaut d’être classé en shonen. Seulement, soyons honnête, si le style graphique le rapproche du shonen, le scénario est celui d’un shojo, destiné au fille. Un jeune garçon aura du mal à ne pas être exaspéré par Kota dès les premières pages, et le triangle amoureux rapidement mis en avant est typique du shojo. La magie des deux anges ne suffit pas à lui permettre d’être un vrai shonen. D’ailleurs, Kota n’apparaît sur aucune des couvertures des premiers albums.

Allez, “Countrouble” satisfera certainement le public féminin par sa qualité graphique et un scénario rappelant “Love Hina”. Mais cela s’arrêtera à ce public.


Countrouble (T1 et 2)
- Auteur : Akinari Nao
- Traducteur  : Anaïs Koechlin
- Éditeur français : Pika
- Format : 120 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 2 mars et 11 mai 2016
- Numéro IBSN : 9782811619602 ; 9782811619619
- Prix : 6,95 €


© Edition Pika - Tous droits réservés



Frédéric Leray
13 juin 2016






JPEG - 44.2 ko



JPEG - 29.6 ko



JPEG - 28.8 ko



JPEG - 37.7 ko



JPEG - 27.5 ko



WebAnalytics