YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

67 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

Bienvenue chez Protect (T1)
Miso Suzuki
Akata

Nanami Konomi est une excellente élève. Ces professeurs voient en elle un vrai petit génie en informatique, alors quand elle présente son lieu de stage à son professeur, ce dernier la dissuade de perdre son temps dans une simple pharmacie. Pour que le talent d’un génie se développe réellement, il faut le confronter avec un autre génie, déjà bien actif, qui saura exploiter au mieux ses facultés. C’est ainsi que Nanami se retrouve comme stagiaire chez Protect. Mais le premier contact avec le patron de la boite est des plus atypiques : ce dernier l’accueille totalement nu, à peine réveillé de ce qui ressemble beaucoup à une cuite. Ce type serait donc le génie dont lui a parlé son professeur : Jingoro Yamada ? A première vue, il apparaît plus comme un pervers que comme un talentueux consultant. Mais il faut souvent se méfier des apparences et Nanami va rapidement comprendre en quoi Jingoro est exceptionnel.


Rapidement, la jeune fille est mise dans le bain de l’activité de Protect. Les clients de Jingoro sont dans l’édition et s’inquiètent de la forte baisse des ventes de livres. La méthode de travail de Jingoro est surprenante. Il lui suffit d’un simple regard pour se rappeler d’un document. Mémoire photographique ? En tout cas, sa méthode est très efficace car il s’avère capable d’exposer à ses deux interlocuteurs un état des lieux fidèle du monde de l’édition et surtout de l’avenir de l’édition sous format numérique. Mais ce thème semble beaucoup intéresser Jingoro car c’est sur cette idée qu’il décide de s’attaquer au cas de Misokichi Suzuki, un mangaka ayant connu son heure de gloire et qui malheureusement n’arrive plus à se classer parmi les meilleures ventes. C’est en réalité le professeur de Nanami qui a eu cette idée pour appâter le consultant afin qu’il accepte de prendre la jeune fille sous son aile. C’est dans un bar que Jingoro et sa stagiaire retrouvent le mangaka, peu amène et rapidement refroidi par l’impertinence du consultant. Mais Nanami compte bien le convaincre de les écouter.

JPEG - 54.5 ko

Miso Suzuki a commencé sa carrière de mangaka en 1987 et s’est rapidement spécialisé dans les mangas-reportages sur le jeu vidéo. En 2012, il décide de se lancer dans l’autoédition numérique et, à sa grande surprise, remporte un véritable succès. C’est donc sa propre expérience que Miso Suzuki nous fait partager à travers sa série “Bienvenue à Protect”.

S’il se représentera à travers le personnage de Misokichi Suzuki, il ne sera pas le personnage principal acteur de sa série. Afin de nous présenter cette révolution pour le monde de l’édition qu’est le passage au numérique et à l’internet, il met en scène un consultant de génie totalement extravagant : Jingoro Yamada. Ses méthodes particulières ont l’avantage de réellement rendre compréhensible par tous le changement radical que se voit subir le monde de l’édition avec l’apparition des nouvelles technologies numériques mais aussi les nouveaux modes d’édition comme le « crowdfouding » (le financement participatif d’une oeuvre par des internautes) ou l’autopromotion. Avec son style très imagé et surtout très détaillé et illustré, Jingoro nous explique avec des mots simples non seulement ces nouveaux concepts mais également les conséquence pour les auteurs et les éditeurs. Une nouvelle coopération se met alors en place et les relations entre les deux changent.

Evidemment, un manga-reportage sur ce genre de thématique est loin d’être évident et peut paraître assez austère. Toutefois, grâce à des personnages haut en couleurs et un style graphique qui fait penser à Giga Tokyo Toybox, les explications passent mieux, même si Yamada peut partir sur de longs monologues. Chaque situation ou thèse est bien illustrée avec des métaphores pour ne pas risquer la monotonie chez le lecteur. Rapprocher les deux séries n’est pas un hasard car elles ont toutes pour objet de nous expliquer l’évolution de deux univers finalement peu éloigné par rapport à l’impact du numérique et de la vente en ligne de produits dématérialisés. J’avoue n’être pas un grand fan de version numérique, étant peut-être parmi les derniers dinosaures qui apprécient de pouvoir tenir entre les mains un livre, tourner les pages et apprécier la qualité d’une impression. Toutefois, l’arrivée de la réalité augmentée dans le monde de la BD et du manga pourra réellement faire pencher les plus récalcitrants vers le numérique en offrant autre chose que juste des pages scannées.

“Bienvenue chez Protect” aborde un sujet des plus concrets et contemporains, en nous exposant les adaptations dans la conception d’une oeuvre que doit impérativement prendre en compte un dessinateur, mais aussi les évolutions, certainement très douloureuses que devront réaliser des éditeurs pour ne pas être happés par la terrible spirale de la baisse des ventes papiers, qui est déjà en train de tuer les quotidiens et les magasines vendus en kiosque.

Le livre va-t-il devenir une pièce de musée ou un produit rare et donc de plus en plus cher ? En tout cas, profitons que le manga soit encore à des tarifs abordables (ou presque) pour savourer des séries comme “Bienvenue chez Protect”.


Bienvenue chez Protect (T1)
- Auteur  : Miso Suzuki
- Traduction : Ryoko Sekiguchi
- Éditeur : Akata
- Format : 127 x 180 mm
- Pagination : 122 pages
- Dépôt légal : 14 avril 2016
- Numéro ISBN : 978-2369740833
- Prix public : 7,95 €


© 2014 MISO SUZUKI / PUBLISHED BY KADOKAWA CORPORATION ENTERBRAIN
© Editions Akata - Tous droits réservés



Frédéric Leray
5 juin 2016







JPEG - 39.9 ko



JPEG - 27.6 ko



JPEG - 26.7 ko



JPEG - 26.8 ko