YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Innocent (T1 et 2)
Shin-Ichi Sakamoto
Delcourt

La famille Sanson. Depuis des décennies, ses descendants officient comme bourreau du roi. L’aîné porte le glorieux titre de Monsieur de Paris, le bourreau de Paris, porteur des armoiries des Sanson. Charles-Henri Sanson est le fils aîné du bourreau du roi, mais il n’est pas comme ceux de sa famille. Tuer le révulse et surtout, il ne voit que les désagréments que lui apporte le titre de fils du bourreau royal. Bouc-émissaire de ses camarades de classes, le jeune homme refuse de retourner apprendre avec les autres gens du peuple. Pour son père, c’est le moment d’enseigner à son fils le métier de bourreau et s’il faut passer pour cela par une séance de torture traditionnelle dans la famille, il n’hésitera pas une seule seconde. Alors qu’il s’entraîne sans trop d’espoir au maniement de l’épée servant à trancher la tête des condamnés, il fait la rencontre d"un beau jeune homme immédiatement attiré par lui. Il s’agit du fils du comte de Chartois, un noble où Charles-Henri et son père doivent faire la démonstration de leur art.



Son père se retrouvant dans l’impossibilité d’officier suite à une attaque, Charles-Henri se retrouve contraint de devoir exécuter le fils du comte de Chartois, accusé par son propre père de trahison envers la couronne de France comme espion pour le compte des britanniques. Mais le jour de l’exécution, Charles-Henri hésite à porter le coup fatal à son ami. Pourtant, il a tout essayé, comme l’imaginer en épouvantail sans âme. Mais il suffit d’un regard pour que sa lame ne s’enfonce pas assez profondément obligeant Charles-Henri à recommencer, encore et encore. Comme pris d’une incroyable frénésie, il transforme en bouillie la tête du supplicié, provoquant la colère du public regroupé sur la place de Grève. Il faudra l’intervention de son père pour calmer la foule qui s’apprêtait à le lapider. Décidément, son aîné était indigne de prendre sa suite. Il lui fallait un autre descendant masculin. Témoin des ébats de son père et surtout découvrant la raison de l’impatience de ce dernier à le remplacer, Charles Henri va soudain changer et se vouer à sa vocation de bourreau et de médecin. Car le cœur de son père ne supporta pas un second choc et Monsieur de Paris se retrouva paralysé du coté droit.

JPEG - 55.2 ko

Shin-Ichi Sakamoto est le genre d’auteur dont le talent est tel qu"il n’a quasiment plus le droit à l’erreur ou plutôt à la déception de son lectorat. En 1995, il fit ses premières armes avec “Bloody Soldier” puis enchaîna avec “Motor Commando Guy” en 1996 (2 volumes). Mais c’est incontestablement avec “Nés pour cogner” en 2005 puis “Ascension” (17 volumes) en 2007 qu’il séduisit les lecteurs européens. Cette fois, le mangaka s’attaque à un sujet assez inattendu : la biographie du bourreau Charles-Henri Sanson qui officia pendant la révolution française. Il est intéressant de découvrir le regard du mangaka japonais sur un personnage de notre Histoire, voir quelle image il allait de donner de cette période débutant en 1753. Il est important de préciser que ce fervent partisan de la guillotine exécuta au cœur de la Terreur 2918 condamnés. Difficile de voir dans ce jeune homme efféminé, raffiné que rien ne dédiait à la terrible vocation de bourreau un exécutant zélé de la révolution française.

Les deux premiers tomes nous expliquent dans quel contexte le jeune homme va devoir suppléer son père paralysé et reprendre le flambeau de plusieurs décennies de bourreaux royaux. D’ailleurs, Shin-Ichi Sakamoto nous précisera que l’ensemble de la fratrie, garçons et filles, finira comme bourreaux dans de grandes villes de France. Pourtant Charles-Henri n’est pas fait pour cette profession, étant révulsé par la vision de la mort, incapable d’autopsier, même si c’est un bien grand mot pour l’époque, un corps. Les méthodes de la famille Sanson sont à base de tortures médiévales, appliquant leur science à leurs propres enfants. Shin-Ichi Sakamoto s’est permis d’imaginer la vie de cet homme qui disséquait ses victimes et quelque part faisait progresser la médecine par ses découvertes. Le mangaka ne rend pas naturel cette activité chez le jeune homme. Bien au contraire. Charles-Henri aura une sorte de déclic en découvrant que son père souhaitait le remplacer par un autre enfant, lui le fils indigne, incapable d’officier correctement. Sa première exécution sera une véritable boucherie alors qu’il ne s’agissait que d’une simple décapitation... encore une façon de parler.

Charles-Henri nous est montré comme un humain avec toutes ses faiblesses, sous la tyrannie d’une grand-mère présentée comme une véritable psychopathe et un père qui voudrait tant être fier de lui mais qui va de déception en déception. C’est contraint et forcé que Charles-Henri devra devenir bourreau, mais il cherchera pourtant à éviter trop de souffrance à ses victimes. C’est d’ailleurs cette sensibilité qui le fera pencher pour la guillotine plutôt que les techniques barbares qu’il devait utiliser comme la roue ou encore l’écartèlement que nous découvrirons dans le tome 3. Le mangaka nous donne une véritable leçon de techniques de bourreau, comment il est possible de reconnaître le geste parfait de l’imparfait...

Une série de Shin-Ichi Sakamoto est aussi un petit bijou graphique, et “Innocent” ne fait pas exception. D’ailleurs la qualité exceptionnelle des couvertures donne une parfaite idée du style de dessin qui attend le lecteur. Le détail des tenues, des décors est d’une grande minutie. Nous sommes loin du seinen classique, mais bien en présence quasiment d’un recueil de lithographies. Les traits des personnages sont très expressifs et le lecteur est littéralement immergé dans cet univers sombre, malsain. Quelques effets de style pour représenter les effluves sinistres qui détruisent le corps et l’esprtis des personnages sans toutefois sombrer dans le gore. Shin-Ichi Sakamoto parvient à trouver l’équilibre pour ne pas dégoûter son lecteur et même ouvrir son lectorat.

“Innocent” est une grande réussite et il est facile de comprendre pourquoi la très sérieuse revue Historia recommande cette série. Le travail de recherche du mangaka est des plus sérieux et le résultat très convaincant.


Innocent (T1 et 2)
- Auteur : Shin-Ichi Sakamoto
- Traduction : Sylvain Chollet
- Éditeur : Delcourt
- Format : 127x180 mm
- Pagination : 224 pages
- Dépôt légal : 18 mars et 6 mai 2015
- Numéro ISBN : 978-2-7560-7003-2 ; 978-2-7560-7115-2
- Prix public : 7,99 €


INNOCENT © 2013 by Sakamoto Shin’ichi / SHUEISHA Inc.
© Editions Delcourt - Tous droits réservés


Frédéric Leray
15 octobre 2015






JPEG - 21.4 ko



JPEG - 30.4 ko



JPEG - 26.6 ko



JPEG - 23.2 ko



JPEG - 29 ko



JPEG - 32 ko



WebAnalytics