YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Qui part à la chasse...
Jérémy Bouquin
Éditions Luciférines, roman (France), horreur, 176 pages, septembre 2015, 12€

Fortis travaille dans le commerce de la viande, mais pas n’importe laquelle. Pour lui, consommer de l’humain constitue le nec le plus ultra, le stade ultime du carnivore. En plus, il y a de la demande. Bien sûr, impossible pour lui d’avoir pignon sur rue, mais les affaires tournent bien. Les réseaux parallèles sont rodés pour l’approvisionner en marchandises.
Par contre, une grosse commande le met dans l’embarras. Son client désire de la viande humaine bio ! Les personnes doivent avoir grandi en plein air, mangé sainement... Le gain s’avère juteux, mais où dénicher les 300 kg demandés ?
Fortis met son chasseur sur le coup...



Jérémy Bouquin a déjà publié quelques romans et nouvelles. Il a même signé quelques scenarii de BD. Avec « Qui part à la chasse... » il ne fait pas dans la dentelle, le résumé seul en témoigne avec le thème abordé, mais ce n’est que le prélude à quelques rebondissements à donner le frisson.
L’idée de départ est bien sûr choc, l’auteur nous plonge dans le travers de l’anthropophagie. Ici, la viande humaine constitue un met succulent que chaque connaisseur se doit de consommer. Encore faut-il en avoir les moyens, car la denrée est très chère au regard des risques. Jérémy Bouquin nous met dans la peau de Fortis qui nous présente le métier et s’exprime à force première personne du singulier. Parfois, le lecteur a droit à un staccato de Je. En feuilletant le livre, cela s’avère surprenant et pas forcément engageant, mais à la lecture, ce choix de narration n’est en rien gênant. Cela correspond très bien avec le personnage peu sympathique de Fortis, auquel il est impossible de s’identifier. Le contraire serait alarmant !
Si Fortis s’avère détestable, car il fait commerce de viande humaine, il l’est bien moins que ceux qui lui achètent de la marchandise ou encore du chasseur qu’il utilise pour trouver une famille bio.

« Qui part à la chasse... » est déconseillé aux âmes sensibles, car il regorge de nombreuses scènes éprouvantes (visite d’une ferme d’élevage, séance de dégustation d’une proie pour en tester la saveur...). L’auteur ne nous épargne rien, à l’image des films d’horreur bien sanguinolents où l’hémoglobine gicle à tout va. Parler de slasher en quatrième de couverture n’est en rien galvaudé, on est en plein dedans.
Contrairement à ce que le début aurait pu faire penser, l’histoire sort vite des rails attendus. À notre surprise, l’affaire qui se présentait bien dérape. Et pas qu’un peu ! Le récit rebondit et le lecteur découvre qu’il n’avait pas encore tout vu. Fortis montre un nouveau visage, plus humain, mais la conclusion prouve qu’il n’y a décidément rien à sauver en lui.
La morale, il n’y en a pas ! Les lueurs d’espoir sont noyées dans la noirceur ambiante, dans l’horreur de la situation qui va crescendo. Le lecteur est mis à mal, pris à partie dans une société parallèle en marge de la loi et pour qui l’humain est un gibier comme un autre. La chasse y est tout aussi réglementée. Jérémy Bouquin affiche une imagination dérangeante, il distille le malaise allant très loin dans l’abjection, mais reste cohérent avec son projet. Le lecteur en prend plein la vue et s’être restreint à 170 pages permet de rester percutant tout du long.

Les éditions Luciférines nous présentent là un ouvrage qui divisera les lecteurs : on aime ou pas. Il faut leur reconnaître le courage de proposer un tel livre qui dérange en exposant ce que la nature humaine peut avoir de plus vil. Jérémy Bouquin ne transige pas, il n’édulcore rien et sait captiver son lectorat, nous offrant là un court roman qui tape dur.
Ce premier roman des éditions Luciférines est appelé à rester dans les mémoires. Il place la barre haut pour les prochains, car il y a surenchère dans celui-ci.

Lecteur, toi qui ouvres ce roman, abandonne tout espoir. Jérémy Bouquin saura te faire perdre tes illusions et t’ouvrir les yeux sur la perversité humaine.
Pour connaître le grand frisson, franchir le bien séant, rendez-vous sur la page de « Qui part à la chasse... ».


Titre : Qui part à la chasse...
Auteur : Jérémy Bouquin
Couverture : Stéphanie Maillard Peretti
Éditeur : Éditions Luciférines
Site Internet : Roman (site éditeur) 
Pages : 176
Format (en cm) : 14 x 20
Dépôt légal : septembre 2015
ISBN : 978-2-9548328-7-6
Prix : 12 €



Pour écrire à l’auteur de cet article :
[email protected]


François Schnebelen
29 septembre 2015






JPEG - 28.3 ko



WebAnalytics