YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Clockwork Tomboy
Weggen, SRTeki
Oktoprod

Camille a un rêve : devenir joueur professionnel d’omniball. Pour cela, Camille s’est inscrite au test pour entrer dans le club du Sparta O.C. Seulement, Camille a un petit problème, elle est une fille et seuls les garçons sont admis dans l’équipe. Pourtant, le petit match de sélection se passe particulièrement bien pour la jeune fille et son allure de garçon manqué lui permet de faire partie des heureux élus. Toutes les portes s’ouvrent enfin à Camille. L’omniball est un sport demandant une grande précision au pied jusqu’à la surface de réparation à partir de laquelle c’est la dextérité à la main qui prévaut. Camille est plutôt une meneuse et personne ne l’égal. Alors quand l’entraîneur du Sparta lui précise qu’elle sera d’abord en équipe seconde, elle choisit de défier le meilleur joueur du club... qui est d’ailleurs ce même entraîneur.



Un choc un peu trop violent et voilà le secret de Camille bêtement révélé et la réaction de l’entraîneur du Sparta ne se fait pas attendre : il renvoie la jeune fille manu militari. La déception est profonde pour la pauvre Camille qui s’imaginait déjà en final du grand tournoi d’omniball, permettant au Sparta de rempoter la victoire. Mais elle doit se faire une raison, une fille n’a pas le droit de jouer à l’omniball, un point c’est tout. Mais il arrive parfois que votre marraine la fée vienne toquer à votre porte et par un coup de baguette magique exauce un de vos vœux... Bon Camille a passé l’âge pour croire aux contes de fées alors qui est cette femme qui vient d’apparaître devant elle et semble si bien la connaître ? Et si comme elle lui explique, elle pouvait réellement lui donner le pouvoir de devenir un homme, même pour quelques heures ? De quoi vous faire croire aux contes de fées...

JPEG - 22.1 ko

Comme à leur habitude, les editions Oktoprod nous font découvrir deux jeunes mangakas français. Au scénario, Weggen est un jeune marocain arrivé en France en 2010. Amateur de manga, il commence par écrire des nouvelles tournées vers la science fiction et le fantastique. Avec “Clockwork Tomboy”, il va mélanger sport et fantastique. Plutôt que reprendre un sport classique, Weggen invente l’omniball, mélange de football et de handball. Le début est assez classique et rappelle un peu Prince Eleven, avec cette jeune femme génie du omniball obligée de se faire passer pour un garçon pour entrer dans un club réputé. Pour l’anecdote, regardez bien la liste des recalés et des admis, Weggen va oser renvoyer à ces chères études Olivier Atton ! Mais ce qui semblait commencer par un manga de sport banal va soudainement tourner à un espèce de bon gros délire, qui mélangera “Angel Voice” et “Ranma 1/2”. Grâce à une intelligence artificielle, Camille devient capable de devenir un garçon pour deux heures. Et l’équipe qui va l’accepter est composée de loubards et de gens plutôt douteux, le côté humoristique prend alors une part plus importante, donnant une vraie originalité au scénario.

Le dessin est confié à SRTeki. Ce dernier est bercé par des grands classiques du manga comme “Dragon Ball” ou “Saint Seiya”. Il entre a l’école Pivaut de Nantes pour approfondir sa connaissance du dessin. Son style graphique a le mérite d’être caractéristique, semblant chercher à mélanger des personnages sous une influence franco belge avec du pur manga. Les proportions sont parfois un peu limites et les traits de ses personnages un peu trop similaires, ce qui risque à force de poser des difficultés pour les reconnaître. Camille n’a vraiment aucune féminité ce qui est plutôt dommage car on ne voit aucune différence entre sa forme normale et sa forme masculine. Certes, c’est originale mais cela amoindrit l’effet humoristique quand les autres protagonistes se trompent à son sujet. Si les japonais raffole de ces quiproquos, cela s’explique également par les jeux de langage, les structures de phrase changeant entre hommes et femmes. Cet effet disparaît évidemment en français, ce qui pose toujours des problèmes pour bien comprendre les problèmes que cela occasionne pour le héros. Ici la question ne se pose pas et le fait que Camille n’ait pas de comportement féminin est vraiment dommage.

“Clockwork Tomboy” propose un concept intéressant mais qui demande d’être un peu plus travaillé pour garder son intérêt dans la durée.


Clockwork Tomboy
- Scénario : Weggen
- Dessin : SRTeki
- Éditeur français : Oktoprod
- Pagination  : 88 pages
- Date de parution : 19 novembre 2014
- Numéro ISBN : 979-10-93599-06-9
- Prix : 3 oktocoins (entre 0,50 et 0,89€)


© 2014 - SRTeki, Weggen
Oktoprod © 2014


Frédéric Leray
26 juillet 2015






JPEG - 31.8 ko



JPEG - 21.5 ko



JPEG - 23 ko



JPEG - 21.7 ko



WebAnalytics