YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

40 visiteurs en ce moment


YozoneBandes Dessinées Mangas

The heroic Legend of Arslan (T1)
Hiromu Arakawa et Yoshiki Tanaka
Kurokawa

Le royaume de Parse est un empire guerrier, qui ne connait que la force pour asseoir sa suprématie. Il est tenu par la poigne de fer de son roi, Andragoras, partant guerroyer dès qu’une tribu tente la moindre rébellion ou quand un de ses alliés est menacé par un de ses voisins. Arslan est l’héritier de ce foudre de guerre, mais le jeune prince n’a que peu de points communs avec ce père dur et froid. Innocent, raffiné, Arslan n’est qu’un piètre soldat, malgré l’enseignement que lui prodigue le général Valphrèze, au point que même sa mère semble avoir peu d’estime pour lui. Enfermé dans le palais, Arslan n’a qu’une vision restreinte du monde. Mais sa vie va être bouleversée par une rencontre, celle d’un enfant soldat, ramené comme prisonnier par l’armée de son père. Les Parses viennent de défaire les hordes Lusitaniennes qui agressaient le royaume de Maryam. Les deux pays de confession Yahldaboth s’opposaient sur la pratique de l’esclavage que les Lusitaniens estiment contraire aux préceptes de leur dieu. Alors que Arslan passait par le plus grand des hasards devant la cage du prisonnier, ce dernier parvint à s’échapper en prenant le prince en otage...


Dans une course folle, Arslan découvre une autre image du royaume de Parse : celui d’un empire détesté pour son hégémonie et sa pratique de l’esclavage. Toutefois, comment un dieu sensé promouvoir le respect de son frère peut-il pousser un peuple à armer ses enfants et leur faire commettre des massacres ? Ces enfants sont malheureusement volontaires pour aller défendre leur dieu et leur cause. Arslan est impressionné par ce garçon et comprend qu’il a bien des choses à apprendre sur son propre royaume. Si son kidnappeur ne peut longtemps le garder prisonnier, Arslan parvient à le faire épargner. Mais était-ce une bonne idée de laisser s’enfuir ainsi un ennemi ? Trois ans plus tard, les Lusitaniens envahissent le royaume de Maryam par une guerre éclair. Cette fois, leurs armées semblent mieux préparées et le danger est bien réel pour les frontières Parses. Comme à son habitude, le roi Andragoras lève ses troupes pour arrêter cette invasion. Mais cette fois, Arslan fera son baptême du feu. Toutefois, l’ennemi n’est plus celui qui s’était laissé submerger par la cavalerie Parse....

JPEG - 45.4 ko

“The heroic Legend of Arslan” est l’adaptation d’une série de roman de Yoshiki Tanaka commencée en 1986 et dont le quatorzième volume est paru en 2014. Les anciens comme votre serviteur ont découvert la saga du jeune prince Arslan à travers l’animé qui sortit en France dans les années 90. Devant le succès de cette première adaptation, un manga accompagnait l’animé entre 1991 et 1996, réalisé par Chisato Nakamura. A l’approche de trentième anniversaire de sa saga, Yoshiki Tanaka voit son oeuvre de nouveau être sous les feux des projecteurs avec pour l’adaptation en manga, une des mangakas parmi les plus en vue du moment, l’auteur de FullMetal Alchemist et Silver Spoon : Hiromu Arakawa. Comme dans les années 90, le manga est suivi de près par une nouvelle adaptation en dessin animé, se basant sur les dessins de Arakawa et réalisé par Noriyuki Abe, qui était aux manettes pour les films tirés de Bleach, et les studios d’animation Liden Films et Sanzigen.

“The heroic Legend of Arslan” nous entraîne dans un monde médiéval pour nous raconter la chute d’un empire, celui du royaume de Parse et de son roi tyrannique Andragonas. Nous suivons l’initiation du jeune prince Arslan qui va connaitre la fin de son monde et la renaissance de son royaume. Le monde de Parse n’est pas un monde idyllique mais un royaume bâti par la force de ses armées et qui ne doit sa prospérité que par la terreur provoquée par ses cavaliers. Arslan est le stéréotype du prince vivant dans sa bulle et qui est soudain projeté dans le monde réel, découvrant les mauvais côtés de ce qui lui paraissait être la normalité. Ce qui est affiché comme la cause majeure de sa chute est en fait religieuse. Leur adversaire, les Lusitaniens, vénère le dieu Yahldaboth qui estime tous les êtres égaux et donc rend l’esclavage comme blasphématoire. Difficile de ne pas faire un rapprochement entre la guerre opposant Parses et Lusitaniens avec les Croisades. La logique est quasiment la même, mais aussi toutes les contradictions qui vont avec.

Le côté géopolitique complexe lié à “The heroic Legend of Arslan” rend la série des plus intéressantes. Nous sommes loin de mondes manichéens. Le lecteur sent bien que personne ne possède la vérité et personne n’est l’incarnation du bien ou du mal. Prenons Andragonas, tout est fait pour le rendre antipathique voire même haïssable, toutefois, ses généraux sont l’exemple même de la chevalerie. Le royaume de Parse pratique l’esclavagisme mais est un monde serein dont le peuple semble des plus heureux. D’un autre côté, les Lusitaniens semblent d’abord paraître comme des libérateurs, mais utilisent des enfants pour combattre et massacrent ceux qu’ils considèrent comme des infidèles sans différencier femmes, hommes ou enfants. Tout est fait pour rendre en réalité les deux parties tout autant méprisables que supportables. Cette ambivalence n’a qu’une seule exception : Arslan. Ce dernier est en fait l’incarnation de l’innocence et de la naïveté, un prince qui, par la force de l’adversité, va devoir mûrir plus vite qu’il ne pensait.

Qui ne reconnait pas du premier coup d’œil le coup de patte de Hiromu Arakawa ? La mangaka retourne dans un monde de violence se rapprochant plus de FullMetal Alchemist. Elle va parfaitement convertir son dessin à l’univers guerrier de Yoshiki Tanaka, respecter la force du récit et nous offrir des batailles épiques, qui vont peut-être surprendre certains de ses fans, comme avec la chevauchée sanglante et implacable de Daryun, massacrant ceux qui se dresseront entre son prince et lui. Toutefois, le trait plutôt tout en douceur de la mangaka a le mérité d’atténuer, certes légèrement, mais tout de même la violence de certaines scènes. En tout cas, Hiromu Arakawa respecte l’oeuvre de Yoshiki Tanaka d’une très belle manière et nous offre une aventure épique digne des meilleurs mangas du genre.

Ce premier tome de “The heroic Legend of Arslan” est un plaisir pour les yeux et se laisse lire d’une traite, entrainant son lecteur sur les traces d’Arslan et lui promettant encore bien des heures de lecture passionnante.


The heroic Legend of Arslan (T1)
- Scénario : Yoshiki Tanaka
- Dessin : Hiromu Arakawa
- Traducteur : Fabien Vautrin, Maiko_O
- Éditeur français : Kurokawa
- Format : 128 x 182, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination : 192 pages
- Date de parution : 15 mai 2015
- Numéro IBSN : 9782-368-52172-0
- Prix : 7,65 €


© Edition Kurokawa - Tous droits réservés




Frédéric Leray
31 mai 2015







JPEG - 21.2 ko



JPEG - 38 ko



JPEG - 20.4 ko



JPEG - 35.8 ko



JPEG - 29.8 ko