YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Autopsie d’un bouquiniste – Menace sur Arcachon
François Darnaudet
Wartberg, Zones noires, polar, 166 pages, mai 2015, 10,90 €

Sous une élégante couverture à vernis sélectif, les éditions Wartberg proposent, avec « Autopsie d’un bouquiniste – Menace sur Arcachon », un nouveau volume de leur collection consacrée aux polars régionaux. Régionaux, mais pas que : car « Autopsie d’un bouquiniste » ouvre également sur la vie et l’œuvre de l’auteur américain Chester Himes, qui séjourna à Arcachon en mai-juin 1953 et y revint l’année suivante. Des huitres et des polars : un petit livre à déguster en terrasse ou sur la plage.



Francis Darnet (évident avatar d’un François Darnaudet ayant perdu une poignée de lettres) retourne du côté d’Arcachon, la région où il a fait ses études, pour y retrouver Piter et assister aux obsèques d’un de ses anciens amis, le bouquiniste Roger Sollers, dit « Soso », lequel lui avait alors soufflé sous le nez la jeune femme dont lui et Piter étaient amoureux. Soso a défunté en basculant par-dessus son balcon. Certes, il buvait, certes, il sniffait bien de temps en temps un rail de coke, mais il ne s’agit peut-être pas d’un accident.

Francis décide donc, en retrouvant ses propres origines, de mener l’enquête. Commence alors une série de rencontres à travers lesquelles on devine que Darnet/Darnaudet met en scène mille et un de ses amis et connaissances, et qui lui permettent de décrire en détails, au gré de ses pérégrinations, la ville et les environs d’Arcachon. Et notamment les bouquinistes et les libraires, l’auteur allant jusqu’à énumérer les livres présents sur leurs tables d’exposition, ce qui permet d’ancrer ce roman dans un présent déjà révolu (et permettra plus tard aux historiens de le dater de manière extraordinairement précise). Un milieu d’amateurs d’art de littérature, tout particulièrement populaire, animé par la passion de ces livres que la littérature blanche snobe ou réprouve.

Mieux encore, vient se mêler à cette enquête le passé du grand Chester Himes, lequel à l’occasion de son séjour dans la région, en 1953, a travaillé avec Willa Thompson à l’autobiographie de cette dernière, « Flowers Without Garden », qui sera publié en 1957 sous son nom à elle. Soso, qui avait besoin d’argent, était persuadé de pouvoir mettre la main sur le premier manuscrit de ce roman, dont on est sûr qu’il contenait des passages entièrement écrits de la main de Chester Himes, et dont la valeur financière serait certainement considérable. Et le lecteur qui n’est pas un fanatique de Himes d’apprendre bien d’autres détails au passage, notamment comment Himes, qui était un auteur de récits « politiques » sans grands succès, est devenu un auteur de polars de renommée considérable.

Tout n’est pas irréprochable dans l’intrigue élaborée par François Darnaudet. En particulier, le fait que Soso puisse « révéler » à des spécialistes de Chester Himes l’existence de cet ouvrage auquel Himes a participé mais dont il n’est pas signataire est peu vraisemblable (qui mieux qu’eux-mêmes le saurait ?), et qu’il parvienne à leur refourguer ce livre à des prix astronomiques après l’avoir commandé sur le réseau laisse entendre, ce qui n’est pas moins douteux qu’ils sont incapables de le faire eux-mêmes. Plus fine est la façon dont Darnaudet amène la résolution de l’énigme de la mort de Soso, après une série de fausses pistes en relation avec son entourage.

Sur le plan de l’écriture, on ne parle pas de style, on connaît Darnaudet, on ne s’attend pas à des envolées littéraires, l’écriture est basique et strictement fonctionnelle. Mais elle parvient néanmoins à entraîner sans temps morts, et sans déplaisir le lecteur sur ses cent cinquante pages segmentées en quarante-six chapitres tendus. « Autopsie d’un bouquiniste », c’est donc un petit roman vite lu, fleurant le goût des livres et de la littérature populaire, une promenade détaillée du côté d’Arcachon, une plongée dans la vie et l’œuvre du grand Chester Himes qui donnera à beaucoup l’envie de se replonger dans son œuvre et dans la biographie qu’en a fait cet autre remarquable auteur de récits policiers qu’est James Sallis .


Titre : Autopsie d’un bouquiniste – Menace sur Arcachon
Auteur : François Darnaudet
Couverture : Perig / Fotolia
Éditeur : Wartberg
Collection : Zones noires
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 166
Format (en cm) : 12 x 20
Dépôt légal : mai 2015
ISBN : 9783831328338
Prix : 10,90 €



Les éditions Wartberg sur la Yozone :

- « Marionnettes » par Hervé Mestron


Hilaire Alrune
19 mai 2015






JPEG - 15.6 ko



WebAnalytics