Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Moby Dick – Livre Premier
Chabouté
Vent d’Ouest

Des campagnes de pêche de plus de trois ans, les dangers de l’océan, la chasse elle-même où, armés de simples lances et harpons à bord de légères chaloupes, les marins s’exposent aux réactions redoutables et aux assauts furieux de cachalots de plus de soixante tonnes. En plus de la chasse, le travail harassant de remorquage, de dépeçage et de fonte du lard afin d’en extraire la précieuse huile, souvent trois jours d’efforts continus sans le moindre repos... Les conditions de vie extrêmes de ces hommes, les dangers quotidiens où les matelots exorcisent leur peur en la muant en rage à l’encontre des cétacés qu’ils massacrent. Rage sournoisement attisée par cette folie de vengeance aveugle et obsessionnelle du capitaine Achab envers Moby Dick, le cachalot blanc qui lui a arraché la jambe par le passé.



La plupart d’entre nous connaissent le style Chabouté, il a ses détracteurs et ses adeptes. Les uns noteront que le dessin est approximatif, que les dialogues sont minimalistes, que le N&B est obsolète et que l’action est inexistante. Les autres relèveront la profondeur du trait, la puissance des textes ou la pensée globale.

JPEG - 33.9 ko

Pour ma part, je pense que Chabouté est un peu de tout cela, ses qualités peuvent vite devenir ses pires défauts et inversement. Pour cet opus, il s’attaque au monument qu’est l’œuvre magistrale d’Hermann Melville, un roman référence. Un récit décortiqué dans tous les sens depuis qu’il a été écrit, connu de tous, du moins la trame de fond et la portée philosophique qui en ressort. Donc difficile de mettre sa patte là-dedans.

JPEG - 66.7 ko

Chabouté arrive toutefois à sortir son épingle du jeu. Il parvient à créer une ambiance dont lui seul a le secret. Tout du long de ce premier volume il nous plonge en immersion au cœur de ce baleinier, dans une atmosphère à couper au couteau. Il parvient grâce à son orchestration à faire monter en nous une sensation oppressante dans l’attente de la violente rencontre avec le cachalot qui sera sans nul doute une libération quelle qu’en soit la finalité.

JPEG - 97.4 ko

C’est une performance notable car tout le monde connaît la fin de cette histoire.
C’est peut-être aussi pour cela que la magie habituelle, qui entoure le style Chabouté sur ce genre d’aventure, n’est pas aussi puissante qu’à l’accoutumée. Malheureusement notre esprit est alors moins obnubilé et les défauts préalablement cités sont bien plus visibles.

JPEG - 79.6 ko

Le trait, bien que très marqué et d’une force extraordinaire, se montre trop imprécis. Certaines planches en ressortent quasiment sans grand intérêt. Le manque de dialogue crée des vides qui, en s’accumulant, donnent une sensible baisse de l’intensité dramaturgique, ce qui est l’inverse du but recherché.
Bien évidemment, c’est chercher la petite bête, mais les faits sont là, l’immersion n’est pas aussi complète qu’habituellement.

JPEG - 75.7 ko

Dans cette version de « Moby Dick », Chabouté nous démontre une fois de plus l’étendue de tout son talent. Malheureusement notre connaissance, ne serait-elle que minimaliste, de ce chef-d’œuvre suffit à annihiler énormément d’effet mis en place par l’artiste.
Fort heureusement, cela n’enlève pas grand-chose à notre plaisir de lecture.


(T1) Livre Premier
- Série : Moby Dick
- Scénario & Dessin : Christophe Chabouté
- Éditeur : Vent d’Ouest
- Collection : Intégra
- Dépôt légal : 15 janvier 2014
- Pagination : 120 pages N&B
- ISBN : 9782749307145
- Prix public : 18,50 €


A lire aussi sur La Yozone
Terre-Nuevas


Illustrations © Chabouté et Vent d’Ouest (2014).




Bison 13
29 juin 2014




JPEG - 70.4 ko



JPEG - 87.7 ko



JPEG - 43.6 ko



JPEG - 36.7 ko



JPEG - 22.3 ko



JPEG - 66.5 ko



JPEG - 45 ko



WebAnalytics