YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Omega Complex (T3) Blazar
Shonen et Izu
Les Humanoïdes Associés

Trois ans sont passés depuis l’explosion de la Tsar Bomba, qui coûta la vie à des milliers de personnes mais surtout à Angie. Le président Wood utilisa cet attentat pour accuser l’URSS d’agression contre les USA et pour envoyer les chevaliers d’Omega pour une mission punitive. Mais son action ne s’arrêta pas là. Il poursuit les chevaliers renégats et les extermina tous... sauf deux : Stigma et Digamma. Ce dernier, capable de maîtriser les ultrasons est maintenant dans le collimateur de la shadow squad de Sara la noire. A la tête de la troupe envoyée pour le faire prisonnier, Khan et Kama... Mais que s’est-il passé après l’explosion de la Tsar Bomba pour que ce monde soit devenu encore plus fou ? En fait, la mémoire de Kama fut nettoyée...



Qui est vraiment Wood ? Est-ce l’homme qui provoqua une guerre nucléaire afin de tester son Ghost et se créer sa petite armée de surhommes ? Est-ce l’homme qui provoqua la mort des parents de Kama en les faisant exécuter par un érynie qui irradia notre héros ? Mais est-il réellement de ce monde ? En tout cas, certainement pas de cette époque. En fait, Wood vient de l’an 2127 ! A cette époque, il étudie l’utilisation de l’anti-matière et travaille pour une firme sans le moindre scrupule. Son obsession fait s’éloigner sa fille, Ananke, et condamnera sa femme à une mort atroce. Alors n’est-ce que pour une basse vengeance qu’il voyagea dans le temps ? En tout cas, Sara la noire et Digamma comptent bien l’arrêter, mais pour cela il leur faut Kama et Ananke, un Kama qui ne voit pas en la jeune femme uniquement la meurtrière de la femme qu’il aimait...

JPEG - 50.8 ko

Attention, accrochez vos ceintures car Izu et Shonen vont clore leur série en un seul tome ! Sacré défi... dû au départ de Shonen de chez les Humanos ? En tout cas, le coup d’accélérateur est violent. Nous allons voir passer trois ans en... colonne sur le rabas de couverture. Certes, cela va créer un bel effet de surprise quand nous allons découvrir Kama, passé à l’ennemi. Efficace et bien mis en scène. Nous aurons évidemment, par conséquent, les inévitables flashs-backs pour, tout de même, nous permettre de comprendre comment notre héros a pu avoir un tel lavage de cerveau.

Non, le plus dur ne vient pas de là. Ni des révélations sur l’identité de Wood. Car en fait, Izu nous avait déjà dit beaucoup au début du tome 2, avec ce retour vers le futur de Wood, au temps où il n’était qu’un simple scientifique et non la Némésis de l’humanité. Ce seront plutôt des éclaircissements fort utiles pour la suite... pour mieux nous mener en bateau. Car Izu va jongler avec les traîtrises en expert, nous faisant douter sur le final de cette série et sur quel avenir il nous réservait. Un retour vers le présent, mais lequel ? Le notre, une autre uchronie ou encore un futur alternatif sans modifier l’histoire ?

En fait, le plus difficile sera d’absorber la théorie qu’Izu va utiliser pour expliquer son dénouement. Je ne dirais pas qu’en trois tomes, il a fait de nous des experts en mécanique quantique et en théorie de la relativité, mais presque. Je ne suis pas sûr que grand monde connaisse la théorie des branes et du Big Crunch (non, je ne parle pas de la barre chocolatée, quoique les conséquences ne sont pas si éloignées) ou encore celle de l’ordinateur quantique de David Deutsch. Les notes de fin de tome seront vitales pour bien comprendre le concept qui est à la base d’« Omega Complex ».

Bon, un tome supplémentaire pour digérer tout cela n’aurait pas été de trop, mais il faut aussi admettre qu’Izu a parfaitement maîtrise son final qui est tout simplement grandiose. Le genre de fin à la « Twilight Zone », ou comme on aimerait voir s’achever les films d’horreur comme ceux de science-fiction. Ni happy end, ni vraie fin pessimiste, plutôt une option proposée au lecteur. Mais une option surprenante, peut-être d’autant plus qu’on s’attendait un peu à quelque chose comme cela sans jamais vraiment comprendre comment Izu parviendrait à y arriver.

Evidemment, Shonen nous offre un graphisme impeccable, toujours pointilleux et soigné à l’extrême. Mais on finit par s’habituer au perfectionnisme de ce dessinateur et on en viendrait même à être déçu s’il offrait un niveau inférieur... qui est celui de 98% des mangas, c’est dire notre manque d’objectivité. En tout cas, Shonen est toujours un des plus grands dessinateurs de sa génération et bien français !

Allez, ainsi devait s’achever cette excellente série qui le resta jusqu’à sa dernière page. Un manga remarquable et passionnant !


(T3) Blazar
- Série : Omega Complex
- Scénario  : Izu
- Dessin  : Shonen
- Conseiller technique : Nola
- Éditeur français : Les Humanoïdes Associés
- Format : 127x182, noir et blanc
- Pagination  : 192 pages
- Date de parution : 28 septembre 2011
- Numéro IBSN  : 9782731622966
- Prix : 7,95 €


A lire sur la Yozone :
Omega Complex (T1) Pulsar
Omega Complex (T2) Quasar


© Edition Les Humanoïdes Associés - Tous droits réservés


Frédéric Leray
2 novembre 2011






JPEG - 39.8 ko



JPEG - 29.5 ko



JPEG - 33 ko



JPEG - 35.7 ko



WebAnalytics