YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Pierrot Lunaire (T1)
Antoine Dodé
Ankama - Araignée

Dans les Alpes Suisses se trouve un pensionnat destiné aux enfants de la crème de la société. Pourtant, à l’intérieur, cela ne transpire pas la richesse et être bien né ne suffit pas à se faire respecter. En fait, l’école est secrètement sous la domination des membres des Cercles, qui persécutent les plus faibles. Peu d’élus dans ce groupe sensé être réservé aux élèves possédant des capacités particulières. Pour l’intégrer, il faut subir une série d’épreuves et Léonard Atkinson arrive à la dernière de celles-ci. En la réussissant, il intégrera les Cercles et recevra son nouveau nom. Tous les membres portent le nom d’un démon et leur maître à tous est évidemment Lucifer...



Anna n’est pas vraiment appréciée de ses camarades de chambre. Il faut dire qu’elle parle toute seule la nuit ou plutôt, elle est convaincue de parler à un être surnaturel qu’elle nomme Pierrot. A force, ces camarades parviennent à la faire virée de leur chambre et la voila rejetée dans la pièce du « suicidé ». Mais peu importe pour elle car elle sait que Pierrot la rejoindra tous les soirs. Et puis il y a le nouveau, ce garçon qui lui a parlé comme à une amie. Il est le seul à pouvoir caresser le chien du gardien. Il faut dire que lui aussi n’est pas comme les autres, ce n’est pas un fils de riches mais un boursier et il est même parvenu à avoir une meilleure note que Lucifer à la dernière interrogation. Mais qui est-il vraiment ?

JPEG - 36.9 ko

Antoine Dodé est un jeune auteur, primé au Comics Festival Belgium 2004 pour son roman graphique « Armelle et l’Oiseau », édité chez Carabas. Il revient ici avec une BD à l’atmosphère très noire et à l’histoire où s’insinue délicatement le fantastique. Il nous entraîne dans un lycée bien particulier, où une fratrie à l’américaine sème la terreur sur toutes les classes. Et pour être dotant plus inquiétant, chaque membre porte le nom d’un démon. L’auteur laisse un grand flou sur les véritables capacités de ces membres : ont-ils de véritables pouvoirs ? Ou sont-ils simplement supérieurement intelligents ? L’auteur va beaucoup jouer sur cette ambiguïté pour présenter ses personnages.

Il en va de même des deux autres protagonistes. D’abord Anna, capable de voir un être éthéré, semblant se déplacer avec l’électricité et au doux nom de Pierrot. La référence à la contine enfantine ajoute au malaise qu’il se crée autour d’elle. Anna est-elle folle ou Pierrot existe-t-il réellement ? L’autre facteur créateur de fantastique est ce nouvel élève, Roland. Tout l’oppose à Lucifer. Serait-il venu défaire les Cercles ? Possède-t-il lui aussi des pouvoirs ? En tout cas, Antoine Dodé gère très intelligemment ses suspenses et ses mystères, afin de créer une soif d’en savoir plus chez son lecteur.

Ses dessins sont proches de ceux d’un Fred et de son Philémon. Mais version sombre, limite gothique. Un vieux chateau dans les montagnes Suisses, des enfants presque isolés du monde, tout est fait pour créer des huis clos claustrophobiques. Antoine Dodé parvient à engendrer un univers entre le fantasmagorique, l’onirique et le sinistre. On se sent mal à l’aise, tout comme le jeune Léonard, et on comprend son désir d’échapper à la maltraitance en passant du côté des bourreaux.

« Pierrot Lunaire » est à la fois magique, doux et amer. Un voyage entre le rêve et le cauchemar, même si le second semble pour le moment l’emporter. Une BD qui mérite d’être découverte.


Pierrot Lunaire (T1)
- Scénario, dessin : Antoine Dodé
- Éditeur : Ankama
- Collection : Araignée
- Dépôt légal : 10 février 2011
- Pagination : 240 pages couleurs
- Format : 150 x 210 mm
- Numéro ISBN : 978-2-35910-128-7
- Prix public : 13,90 €


© Editions Ankama - Tous droits réservés


Frédéric Leray
16 juin 2011






JPEG - 25.4 ko



JPEG - 31.7 ko



JPEG - 33.2 ko



JPEG - 25.7 ko



WebAnalytics