YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Cytheriae
Charlotte Bousquet
Mnémos, Icares, roman (France), dark fantasy, 300 pages, avril 2010, 20€

Après la destitution des Moires d’Arachnae, il semble légitime que celles des cités voisines tremblent. Cependant, leurs propres peurs les empêchent de voir que le drame se joue réellement à une autre échelle. La révolte gronde, une grande partie du peuple est affamée et traquée par des créatures de plus en plus nombreuses et monstrueuses.
Même les quartiers plus tranquilles sont les témoins de faits inquiétants. Celui de Métida est endeuillé par une série de suicides trop étranges pour n’être dû qu’à la détresse. Pour des motifs très différents, plusieurs personnes chercheront à en savoir plus. Il y aura Polissena, enquêtrice aux aptitudes controversées, mais aussi Nola, écrivain public, et Angelo, son amant nécromancien haï de tous.
Le temps est compté pour Cytheria qui doit surmonter, en plus de ses nombreux conflits internes, une force qui dépasse de loin son imagination.



Après la cité au double visage « Arachnae », Charlotte Bousquet nous amène vers une nouvelle destination de l’archipel des Numinées : Cytheriae et plus particulièrement Cribella, sa capitale.
Cependant, alors que la ville et son gouvernement étaient le cœur de l’intrigue du premier tome, celui-ci s’attache davantage à ses personnages, nombreux et variés. Si la quatrième de couverture et une des trames de l’intrigue mettent en avant Nola, la belle et mystérieuse écrivain public, le roman comporte un bon nombre de protagonistes aussi intéressants les uns que les autres.
Davantage que de simples personnages secondaires, ils ont chacun leur raison d’être et leurs relations comme leurs ressentis sont importants, comme l’atteste la narration qui les suit tour à tour. Ils sont véritablement un point fort de l’ouvrage et ne laissent pas indifférents.

Moins violent qu’a parfois pu l’être « Arachnae », il présente une intrigue plus tortueuse qui fait plusieurs détours avant de se résoudre. Le parti-pris de la narration, partant d’un constat inattendu au premier chapitre pour ensuite revenir aux prémices de l’affaire, la bonne gestion de la flopée de personnages et l’écriture habile et soignée impliquent et passionnent très rapidement. Une fois commencé, il est difficile de s’arracher du quartier de Métida pour revenir à des occupations plus quotidiennes.
Bien construit, intense, il va crescendo. Voir les éléments s’emboîter petit à petit et les chemins se croiser est assez fascinant. Même si certaines choses paraissent logiques assez tôt, on ne boude pas son plaisir tant le style est prenant et le monde véritablement intriguant.
Charlotte Bousquet réussit le tour de force de lier une intrigue impliquant des personnages forts et attachants à un univers au contexte politique complexe. Elle continue de nous dresser un portrait du genre humain sans complaisance, explorant des facettes sombres et mystérieuses.

Les éléments se mettant en place laissent présager un avenir sombre pour les habitants des Numinées et lorsque l’auteure nous proposera une nouvelle escale dans l’archipel, on la suivra avec confiance et enthousiasme.

Quand la qualité du style n’a d’égale que celle du scénario, il n’y a pas à hésiter.


Titre : Cytheria
Auteur : Charlotte Bousquet
Couverture : Elvire De Cock
Éditeur : Mnémos
Collection : Icares
Site internet : page roman (site éditeur), blog de l’archipel de Numinées, site de l’auteur
Pages : 300
Format (en cm) : 13 x 21 x 2,2
Dépôt légal : avril 2010
ISBN : 978-2-35408-080-8
Prix : 20 €



Myriam Bouchet
20 juin 2010






JPEG - 98.2 ko



WebAnalytics