Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Sanctuary, première saison en 8 webisodes
Amanda, ça ne suffit pas


La formidable, à bien des points de vue, Amanda Tapping, qui joue Samantha Carter dans Stargate SG-1 et Stargate Atlantis, semble délaisser la franchise Stargate pour se consacrer à la série dont elle est productrice, Sanctuary.

La série est diffusée seulement sur la toile, concept nouveau et intéressant.

L’idée de départ n’est pas mauvaise. Helen Magnus, âgée de 157 ans (mais elle ne les fait pas) passe sa longue vie à secourir les « monstres », ces « mutants » horribles qui font peur, genre loups-garous, pour leur apporter un réconfort psychologique et, éventuellement, les réinsérer dans la société. Parce qu’ils représentent l’avenir de l’humanité.
L’écriture de la série est assez tordue, ce qui fait qu’on ne comprend pas grand-chose avant d’avoir vu, voire revu, les 2 ou 3 premiers « webisodes ». Helen est aidée par Will, un psy binoclard qu’elle recrute de nos jours, par son majordome et garde du corps très fort et très vilain, et par sa fille Ashley, la blondinette qu’elle a eu avec un certain John, qui n’est autre que Jack l’Éventreur himself (au temps de la reine Victoria, quand elle était vraiment jeune). Ce dernier peut se téléporter dans l’espace et le temps, c’est le méchant.

Les scénarios sont affligeants de pauvreté imaginative. Les images, que de synthèse sur fond vert - ça coûte pas cher mais ça craint -, nous la jouent gothique sombre et sont plutôt mauvaises. Le pire restant quand même les histoires, très très primaires pour pré- ados n’ayant rien lu ni vu mais aimant le gore.

Alors on voit Amanda-Helen en brune à cheveux raides au 21e siècle, ou en blonde à bouclettes 19e siècle. OK, mais il n’y a pas de quoi y passer des heures. On voit aussi ses copains de SGA jouer des rôles de tueur psychopathe (David Hewlett) ou d’alien érudit (Paul McGillion). Mais cette première saison ne tient ni debout ni la route et fait craindre pour une deuxième saison. Parce que, bien sûr, le webisode 8 se termine sur un cliffhanger de la mort qui tue où tous les gentils sont décédés ... Mais le sont-ils vraiment ? L’angoisse nous étreint... Le suspense est insoutenable !

Malgré tout, la chaîne Sci-Fi a racheté le concept et va le transformer en « vraie » série télé. Treize épisodes sont commandés.
Attendons pour voir, comme disent les Anglais.

Pour l’instant, inutile de faire marcher vos logiciels de téléchargement partagé et bientôt ou déjà illégaux pour cette série B -.

Pour une opinion radicalement différente, lire le papier de Manon Pruvost

Série réalisée par Martin Wood (2007)
Produite par Amanda Tapping
Écrite par Damian Kindler et Martin Wood

Avec : Amanda Tapping : Helen Magnus, 157 ans et toujours jeune ; Robin Dunne : Will Zimmerman, psy du 21e siècle ; Emilie Ullerup : Ashley, fille d’Helen ; Christopher Heyerdhal : John Druitt, le vilain, ex d’Helen.

Épisodes

Webisodes 1 à 8 (mai-août 2007)


Hervé Thiellement
8 juin 2008



JPEG - 10 ko
Helen et Will



JPEG - 17.7 ko
Ashley et John, son papa



JPEG - 22.6 ko
Helen Magnus au 19e siècle



JPEG - 20.7 ko



Chargement...
WebAnalytics