Tobie Lolness, Timothée de Fombelle (Gallimard Jeunesse).

"> Tobie Lolness, Timothée de Fombelle (Gallimard Jeunesse).

">
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

56 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques Jeunesse

Vango (T1)
Timothée de Fombelle
Gallimard Jeunesse, Hors Série, roman (France), imaginaire - historique, mars 2010, 384 pages, 17€

Avril 1934, parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Face à une assistance recueillie, un jeune homme, Vango, va être ordonné prêtre. Pourtant, en quelques secondes la vie de Vango va changer du tout au tout.
Alors que la police française vient l’arrêter pour un meurtre qu’il n’a pas commis, un inconnu dans la foule tire sur lui. Vango, sauvé par l’intervention miraculeuse d’une hirondelle qui se sacrifie en déviant la balle qui lui était destinée, parvient à s’échapper.
Il va devoir fuir tout en essayant de comprendre pourquoi le sort s’acharne contre lui ainsi que sur ses plus fidèles amis.

Mais Vango n’est pas seul et si les réponses à toutes les questions qu’il se pose sont sans doute dans un passé qu’il ignore, il reste encore de nombreux hommes (et femmes) de bonne volonté qui vont tout tenter pour l’aider.


L’écrivain Timothée de Fombelle, qui nous avait littéralement passionné et surpris avec son précédent diptyque (« Tobie Lolness »), fait son grand retour en explorant une période historique troublée. En 1934, les démocraties européennes vacillent sous les coups de boutoir des fascismes divers et variés et peu de gens perçoivent l’ampleur tragique de la catastrophe qui s’annonce.

Timothée de Fombelle a donc choisi de créer une histoire aux fondements policiers qui s’inscrit dans un contexte historique bien connu et balisé. De l’Allemagne d’où décollent les fabuleux zeppelins ignominieusement décorés d’affreuses croix gammées, des petites îles du sud de l’Italie où vivent des communautés religieuses hors du temps, de Paris où le commissaire Boulard mène l’enquête, en passant par la Russie soviétique ou par Londres et même l’Écosse, les fils de l’intrigue de « Vango » s’inscrivent dans un contexte continental où tous se préparent, consciemment ou inconsciemment, au grand affrontement.

On pourrait alors croire que le jeune Vango n’est qu’une pièce relativement anonyme dans une partie d’échecs qui concerne des millions d’âmes, mais
ce n’est évidemment pas le cas. Tout d’abord, Vango est l’héritier d’un passé bien mystérieux et ses origines lui sont toujours inconnues. Ensuite, il est certain que les probabilités pour que son cas suscite autant d’intérêt dans toute l’Europe alors qu’il ne serait qu’un illustre inconnu sont nulles.

Ce premier tome qui appelle forcément une suite déjà programmée et à venir, répond finalement à bien peu de questions, mais offre suffisamment de révélations et de rebondissements pour être un remarquable roman à grand suspense.
S’il n’est pas assuré que l’intrigue soit d’un accès aisé pour tous les jeunes lecteurs enchantés par « Tobie Lolness », on peut raisonnablement avouer qu’à partir de 12 ans (et sans limite d’âge supérieure) la cible visée par l’aventure proposée sera littéralement saisie par la construction du roman.
Le récit, bien que centré sur Vango, est choral. Les acteurs du drame sont nombreux et charismatiques : jeunes et moins jeunes, marginaux, politiciens, policiers, bandits, assassins, espions, religieux, hommes et femmes du peuple, de la bonne bourgeoisie et même de la noblesse, anglais, allemands, français, italiens, russes, ce n’est rien moins que l’Europe d’avant-guerre qui est en marche sous nos yeux.

Il y a aussi, dans le personnage de Vango, un besoin de prendre de la hauteur qui force l’empathie avec ce jeune homme.
Être « vertical » qui avant même d’être poursuivi était déjà en fuite, Vango visait déjà l’élévation spirituelle à travers son entrée dans le monde du religieux, mais il pratiquait aussi depuis son plus jeune âge l’art de l’escalade, avait travaillé dans un zeppelin, etc. Déduction logique, Vango passera donc une bonne partie du roman à s’enfuir par la voie des airs, utilisant son corps afin de réaliser toutes les acrobaties imaginables.
Ses poursuivants le contraignent donc aussi à l’horizontalité, à la découverte de ses racines familiales, le poussant inconsciemment à retomber sur ses pattes tout en le forçant à suivre un parcours quasi initiatique.

Cependant, au-delà de cette apparente complexité narrative, il y a surtout le brio d’une histoire maîtrisée de bout en bout et parsemée de petites trouvailles imaginaires imprévues comme autant de petits cailloux blancs permettant de ne point s’y perdre. À chaque situation, à chaque personnage, correspond un lieu et une ambiance, un passé et des motivations qui trouvent une logique dans le récit.
Même les petits personnages secondaires, dont l’apparition n’est justifiée que par une scène d’une ou deux pages, prennent vie et consistance.
Tout cela, évidemment, on le doit au style de l’écrivain. Car écrivain il y a. Loin des formules toutes faites, des mots usés jusqu’à la corde par nombre de ses confrères en écriture, Timothée de Fombelle travaille sa langue dans la douceur.
Les descriptions des fabuleux zeppelins restituent leur ancienne splendeur, les paysages sont toujours magnifiés, chaque pièce de la moindre maison est visitée de fond en comble. Et pourtant, ce n’est pas l’auteur qui nous offre un catalogue aux tendances encyclopédiques, mais bien l’action du roman qui définit et valide cette visite millimétrée d’un univers historique et imaginaire.

Joies, peines, farces, tragédies, mélancolie, amour, tel Vango à la recherche de son passé, les futurs nombreux lecteurs de ce roman comprendront que le sel de la vie est aussi dans les choix difficiles que l’on est parfois obligés de faire.

Il y a dans ce « Vango » le souffle épique des rêves d’enfants qui vont devenir des hommes.
Vite ! La suite !

Timothée de Fombelle sur la Yozone



- Timothée de Fombelle nous a lu Vango !
- Tobie Lolness - Intégrale (Gallimard, Jeunesse)
- Tobie Lolness : La Vie Suspendue, T1 (Gallimard Jeunesse)
- Tobie Lolness : Les Yeux d’Elisha, T2 (Gallimard Jeunesse)
- Céleste ma Planète (Gallimard Jeunesse, Folio Junior)
- Vango (T1) (Gallimard, Jeunesse)

JPEG - 42.8 ko

Thimothée de Fombelle (© photo C. Hélie).


Titre : Vango, tome 1 (roman, France)
Série : Vango (prévue en deux tomes)
Auteur : Timothée de Fombelle
Couverture : Blexbolex (illustration)
Éditeur : Gallimard Jeunesse
Collection : Hors série
Site Internet : Vango sur Facebook
Format (en cm) : 15,5 x 22,5 x 2,5 (broché, moyen format)
Pages : 384
Dépôt légal : 18 mars 2010
ISBN : 978-2-07-063124-7
Prix : 17 €




Stéphane Pons
22 mars 2010







JPEG - 19.9 ko
Le nouveau Timothée de Fombelle est en librairie depuis le 18 mars 2010 (Gallimard Jeunesse).

Le nouveau Timothée de Fombelle est en librairie depuis le 18 mars 2010 (Gallimard Jeunesse).