YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire


BD
Brèves
Albums
Comic-books
Mangas
Intégrales
Dossiers
Agenda
Archives
Cinéma
Annonces
Brèves
Critiques
Dossiers
Extraits
Interviews
Making of
Imagin'Arts
Brêves
Chronic'Arts
Archives
Littérature
Brèves
D&D
Critiques
Jeunesse
Dossiers
Télévision
Brèves
Séries TV
Dossiers
DVD
Cinéma
Séries TV
Japanimation
Game Zone
Brèves
Jeu vidéo
Jeu de Rôles
Figurines
Kiosque
Divers
Yo-Sphère
Rédaction
Liens
Partenaires

Contact
RSS - XML
Suivre yozoneFR sur Twitter



RSS XML
Add to Netvibes Add Google Add to Yahoo
Visiteurs

55 visiteurs en ce moment


YozoneLittérature Critiques

Langage des Pierres (Le) – T1 : Le Dit du Sang
Pamela Freeman
J’ai Lu, Fantasy, roman traduit de l’anglais (Australie), fantasy, 535 pages, octobre 2010, 8,40€

Les Onze Domaines ont été conquis par Acton et son peuple. Les habitants légitimes qui survécurent à l’invasion fuirent sur les routes, devenant communément les Voyageurs.

Mille ans plus tard, leurs descendants essuient toujours la haine des occupants.
Après s’être dressée face à un sbire du seigneur de guerre de son domaine, Ronce, une jeune fille, fuit son village.
Frêne apprend à devenir un Protecteur, pour ne pas dire un assassin répondant parfaitement aux ordres. Prendra-t-il conscience qu’il est manipulé ?
De son côté, Épervier, divinateur et noir enchanteur, a juré de se venger du peuple d’Acton.
Au fil du temps, leurs destins vont se rapprocher…


Le Langage des Pierres est la première œuvre de Pamela Freeman pour un public adulte. À son actif, elle a aussi écrit une série de fantasy jeunesse : « Florimonde ». Comme Karen Miller et Glenda Larke, elle est australienne, ce qui nous prouve une fois de plus toute la richesse de ce pays en matière de fantasy.

Il faut reconnaître que la création de Pamela Freeman est intéressante à plus d’un titre.
Chaque mort ressuscite trois jours après son décès sous la forme d’un fantôme et les Voyageurs disposent de façon plus ou moins prononcée de la capacité de les voir et même d’interagir avec eux. Par exemple, Frêne parvient à les faire parler.
Les divinateurs lancent les pierres pour répondre aux questions posées par les visiteurs. Même si la réponse paraît parfois obscure, elle donne un éclairage sur le futur de la personne et un sens à sa vie.
Ici les Dieux existent vraiment et le prouvent, ils se manifestent chez les Voyageurs qui croient encore en eux, ayant ainsi l’ouverture d’esprit nécessaire pour les entendre. Ronce quittera le village lorsqu’ils le lui diront.
Dans « Le Dit du Sang », les actions des trois personnages sont souvent guidées par les pierres ou les Dieux. Le hasard ne semble pas toujours avoir sa place dans les Onze Domaines.

Même si les péripéties sont nombreuses, Pamela Freeman ne fait pas dans les grands effets, elle nous invite parfois même à un récit plus intimiste où l’on suit Frêne ou Ronce dans leur quotidien. Durant quelques années, Ronce dresse des chevaux, Frêne passe l’hiver au sein d’une famille et découvre les joies de posséder un foyer. C’est un peu le calme avant la tempête…

De plus, l’auteure n’hésite pas à s’arrêter sur des bribes de vies d’une personne croisée par un des trois protagonistes (Le dit d’Eldwin, Le dit de Doronit…) qui, loin d’alourdir le roman, l’enrichissent et permettent de mieux en cerner le monde. De même pour le passé des Voyageurs, qui se transmet sous forme de chants. À l’occasion, elle nous propose aussi de beaux morceaux de bravoure, tel que la première course de Ronce, qui nous font vibrer.
Par petites touches, elle construit un bel édifice dont le lecteur ne se sent pas exclu, car elle parvient parfaitement à partager sa vision.

Suivant les besoins, les chapitres alternent entre Frêne, Ronce et Épervier. Pamela Freeman conserve autour de ce dernier une part de mystère, il est le moins représenté, alors que ses actes constitueront sûrement le moteur des autres tomes.
La fin abrupte annonce un avenir tourmenté.

Même si ce premier tome sert surtout de mise en place des personnages et de l’intrigue globale, Pamela Freeman réussit à nous le rendre sympathique et à nous intéresser au devenir des Onze Domaines.
Il y a de belles idées, de l’originalité dans « Le Dit du Sang » et, sa suite, « Le Dit de L’Eau », nous confortera sûrement dans ce sentiment.

À suivre !


Titre : Le Dit du Sang (Blood Ties, 2007)
Série : Le Langage des Pierres (The Castings Trilogy), tome 1
Auteur : Pamela Freeman
Traduction de l’anglais (Australie) : Brigitte Mariot
Couverture : Vincent Madras (illustration)
Éditeur : J’ai Lu
Collection : Fantasy
Sites Internet : fiche roman (Site éditeur) ; Le Langage des Pierres (Site auteur)
Pages : 535
Format (en cm) : 11,1 x 2,2 x 17,8 (poche)
Dépôt légal : octobre 2010
ISBN : 978-2-290-02352-5
Prix : 8,40€


Première édition (France) - Flammarion, Pygmalion

Titre : Le Dit du Sang (Blood Ties, 2007)
Série : Le Langage des Pierres (The Castings Trilogy), tome 1
Auteur : Pamela Freeman
Traduction de l’anglais (Australie) : Brigitte Mariot
Couverture : Miguel Coimbra
Éditeur : Pygmalion
Collection : Fantasy
Directeur de collection : Thibaud Eliroff
Sites Internet : Roman (Site éditeur) ; Le Langage des Pierres (Site auteur)
Pages : 396
Format (en cm) : 24 x 15,2
Dépôt légal : mai 2009
ISBN : 978-2-7564-0227-7
Prix : 19,90€




François Schnebelen
7 mars 2011







JPEG - 28.4 ko



JPEG - 76 ko