YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Pierre Tombal (T26) Pompes Funèbres
Cauvin, Hardy, Studio Cerise
Dupuis

N’ayez-pas peur... même si cet album ne parle que de la Mort avec un grand M. Il s’agit de celle qui stationne dans le cimetière du fossoyeur Pierre Tombal.

N’ayez-pas peur... car le titre de cet opus (« Pompes Funèbres ») n’a rien à voir avec une hypothétique gâterie d’une certaine Mme Marguerite Steinheil, fatale auprès d’un ancien président de la République (Félix Faure pour ne pas le citer) !

Et quitte à mourir un jour, autant en rire tant qu’on est vivant !



Vingt-six volumes et toujours pas de repos pour la Mort. Hardy (dessin) et Cauvin (scénario) ne dérogent pas à leur grande règle : Pierre Tombal, notre fossoyeur préféré, héberge toujours une bien étrange locataire, prétexte fatal et létal à mourir... de rire (a priori) !

Pompes Funèbres” s’attache principalement à nous décrire comment un nombre conséquent de farfelus gère leur enterrement. Air du temps (Stade Français oblige ?), le premier client s’offre un tapis rouge et des « pompoms girls ». D’autres ne partent pas dans l’au-delà sans leur téléphone portable, certains oublient qu’ils ne faut pas donner n’importe quel conseil de carrière à Pierre Tombal -surtout quand la mort peut y prêter une oreille attentive (et inquiète), etc.

Gags généralement bien scénarisés, on apprécie que l’exercice de style dépasse souvent la rituelle page unique pour s’étendre sur trois ou quatre feuillets. On y gagne incontestablement en profondeur (du caveau ?) voire en précision de la mise en bière.

Léger coup de mou dans l’inspiration, nous semble-t-il, la Mort vole la vedette au petit Pierre et ce dernier ne voit pas développée une histoire d’amour qui semblait pourtant naissante avec une charmante personne. La Mort serait-elle jalouse ?

Si, comme dans toute série graphique, le temps sera le seul juge de la réussite artistique d’un album, on a quand même l’impression que ce “Pompes Funèbres” est un peu en-dessous de la moyenne générale des précédents “Pierre Tombal”.
Rien de grave, hein ! On rigole encore pas mal et mettre en veilleuse ses zygomatiques pour privilégier quelques ambiances plus mélancoliques n’est pas mal venu.

JPEG - 31 ko

Où faire la course avec la Mort n’est jamais une bonne idée ! (Pierre Tombal, tome 26, « Pompes Funèbres », © Dupuis 2009).

JPEG - 34.6 ko


Visiblement, une question n’a pourtant pas été soldée. Celle du choix du niveau de lecture à mettre en avant. Si certains gags sont vraiment de « cours d’écoles » (enfants et ados), d’autres, franchement plus adultes, risquent bien de laisser les plus jeunes lecteurs silencieux.
Idem pour le titre de l’album qui ne fait lien qu’avec la couverture, comme souvent dans cette série, et laisse passablement perplexe.

Quelques petites réserves pour un tome 26 qui propose quand même de nombreux bons moments et ne condamne pas Pierre Tombal au repos éternel.


Pierre Tombal (tome 26) : Pompes Funèbres
- Série : Pierre Tombal
- Scénario : Cauvin
- Dessin : Hardy
- Couleurs : Studio Cerise
- Éditeur : Dupuis
- Site Internet : fiche BD (site éditeur),le blog de Cauvin
- Pages : 46
- Format (en cm) : 21,8 x 29,7
- Dépôt légal : 6 novembre 2009
- Code prix : DU01
- ISBN : 9 782800 144658
- Prix : 9,45€



© couverture et illustrations : Dupuis 2009 : Pierre Tombal, tome 26, « Pompes Funèbres » (Cauvin, Hardy, Studio Cerise).


Stéphane Pons
30 janvier 2010






JPEG - 33.7 ko



JPEG - 39.7 ko



WebAnalytics