YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Codex Atlanticus n° 18
Anthologie sous la direction de Philippe Gindre
La Clef d’Argent, nouvelles (revue), fantastique, juin 2009, 102 pages, 10 €

Ce dix-huitième numéro du Codex Atlanticus est plus épais d’une vingtaine de pages que son prédécesseur de l’année passée et son sommaire est aussi plus fourni (16 textes au lieu de 9).
Mélusine illustre à nouveau la couverture et donne le ton.
Et qu’en est-il du contenu ?



Plutôt que de parler de chaque nouvelle, choisissons de nous arrêter sur les plus marquantes.
En bien ou en mal…

Les courageux parviendront peut-être à finir “La konfrairi” de Laurent Bayssière, texte abandonné pour ma part au bout du premier paragraphe, car écrit, à dessein, de façon illisible. Alors que Daniel Keyes se sert à merveille de cet artifice pour illustrer son propos dans « Des Fleurs pour Algernon », là les trois pages semblent interminables… et elles le sont !

Après cet intermède à oublier bien vite, attardons-nous sur le meilleur :

Avec “Bouquets épars au bord des routes”, le quotidien selon Timothée Rey dérape. Il détourne avec brio une triste réalité et y rajoute un zeste d’horreur. Beau texte qui confirme tout le bien que l’on pense de cet auteur qui monte.

Catherine Bord réussit la performance de s’inviter dans une anthologie de fantastique, avec “Désert”, une nouvelle de science-fiction. En plein rite initiatique, une jeune fille rencontre un homme dont le vaisseau s’est échoué sur sa planète. C’est beau, bien écrit et rappelle un peu la thématique de Ursula Le Guin dans son cycle de l’Ekumen. Une réussite qui trouve ainsi sa place au sommaire.

“Je vis dans ton placard”, miniature de Santiago Eximeno, traduite de l’espagnol, fait mouche en quelques lignes. Rien que le titre en dévoile déjà beaucoup. Une short story menée de main de maître !

Ce numéro du Codex Atlanticus nous permet de découvrir Alexandre Mercereau (1884–1945), à travers une biographie intéressante et fort documentée, et “L’homme”, une de ses créations, nous parlant d’une maison hantée par un défunt qui pollue toute la vie d’un village. Beau coup de loupe sur le monsieur !

Auteur du recueil « Les Loges Funèbres » et de textes épars dans quelques fanzines et revues, Amelith Deslandes est un auteur rare et à ne surtout pas rater. Il a l’art de surprendre les lecteurs. “Les crochets et la soie”, où une fillette présente un spectacle de marionnettes à un public attentif, ne déroge pas à la règle. Superbe !

Philippe Bastin qui s’était déjà fait remarquer dans le numéro 17 récidive avec “Murat”, où un prêtre rude terrorise les enfants lors du catéchisme. Après lecture des deux dernières livraisons de cet auteur belge au Codex, cela n’est que justice de le retrouver régulièrement au sommaire.

“Puerto deseado” nous présente une histoire de vengeance sur laquelle Victor Parral ne s’attarde pas. Il laisse délibérément des éléments dans le flou et éveille l’imagination des lecteurs quant aux rapports entre les deux personnages principaux. Un brin de mystère, un sujet grave avec de petites touches de dérision et le résultat ne passe pas inaperçu.

“La main gantée” d’Annick Perrot-Bishop (un pastiche de Maupassant), “La bibliothèque” d’Anne Morin et “Retour” de Liliane Gray méritent aussi d’être cités.

Quincampoix et Coolter terminent cette dix-huitième livraison de façon très originale. Parviendront-ils à s’échapper des pages du Codex Atlanticus ? Il faudra attendre l’année prochaine pour le savoir.

Vous l’aurez compris, ce numéro vaut le détour, car la plupart des auteurs s’avèrent bien inspirés et nous font passer un bon moment de lecture.
Rendez-vous est donc pris pour le prochain.


Titre : Codex Atlanticus
Numéro : 18
Auteurs : Krotz Strüder, Timothée Rey, Catherine Bord, Santiago Eximeno, Alexandre Mercereau, Anne Morin, Laurent Bayssière, Annick Perrot-Bishop, Arnauld Pontier, Denis Moiriat, Alain Kewes, Amelith Deslandes, Philippe Bastin, Victor Parral, Liliane Gray et Alain Roussel
Sous la direction de : Philippe Gindre
Couverture : Mélusine
Type : anthologie
Genre : fantastique
Périodicité : annuelle
Éditeur : La Clef d’Argent
ISSN : 1145-6892
ISBN : 978-2-908254-73-0
Dépôt légal : juin 2009
Dimensions (en cm) : 14 x 20
Pages : 102
Prix : 10 €



François Schnebelen
22 juillet 2009






GIF - 26.9 ko
Illustration de Mélusine



WebAnalytics