YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Monster, mémoire d’un monstre
Naoki Urasawa, un Monstre de suspense
Monster, le thriller des mangas...

Naoki Urasawa fait partie des plus grands mangakas et se voit révélé par le succès d’une vague de mangas qui submerge l’édition BD en France.
Comme Monster qui démontre que les mangas peuvent être aussi surprenants que passionnants.



En matière de mangas, il a tout de même fallu quelques années pour voir arriver la seconde déferlante sur l’Europe, beaucoup plus mature et très différente de la première essentiellement copiée sur le succès de dessins animés TV aux mouvements saccadés et affreusement ciblée vers le jeune public qui accroche plus facilement à une nouveauté, fût-elle de qualité moyenne.
En quelques années, c’est tout de même plus de 30% du marché BD qui est conquis en France, et le bonheur des éditeurs ayant réalisé cette seconde avancée a vite créé l’émulation parmi les plus frileux (mais pas économiquement idiots) au point que chaque éditeur surveille maintenant de près ce qui se produit en Asie.!

Plusieurs titres sont devenus d’énormes références, submergeant même Angoulême qui ne se retient plus de bonheur devant les scénarios de « Planètes » (Makoto Yukimura) ou de « 20th Century Boys » de Naoki Urasawa (tous deux en Génération Comics ).

Voilà qui nous relie à ce scénariste de génie qu’est Naoki Urasawa et à sa série Monster dont chaque publication d’un nouvel épisode fût attendue fébrilement par des lecteurs terriblement accrochés. Depuis le dénouement de ce superbe thriller, ils ont pu lire 20th Century Boys que beaucoup trouvent encore supérieur ou découvrir depuis février 2006 le dessin animé diffusé sur Canal+ (Monster, l’Anime sur Canal+) et sa diffusion en DVD chez Kaze.
Mais revenons donc au tout début...

Maître Urasawa

Débutée en 1995 et publiée par Shogakukan Inc. (Tokyo), la série Monster a connu 18 volumes au Japon et a été publiée dans le magazine « Big comic Original » jusqu’au 28 février 2002. Elle a valu à l’auteur le prix Shogakukan en 2001 (distinction déjà reçue en 1985 pour Yawara).
Le talent du dessinateur est immense, tout comme sa reconnaissance puisqu’il fait partie du cercle des Mangakas « super extra best-seller », bref, il a vendu plus de 100 millions d’exemplaires ! (cela laisse rêveur !)

Et le plus incroyable est que la seconde série la plus traquée en France est 20th Century Boys, autre thriller palpitant en cours de parution dans l’hebdomadaire « Big comic Spirits » et qu’il est signé : Naoki Urasawa !!!
Je n’insiste qu’un tout petit peu pour préciser que chacune de ses productions est immédiatement propulsée en tête des meilleures ventes de mangas !

Naissance d’un monstre !

Si Monster est avant tout un polar très ambiancé, l’éditeur n’hésitant pas, à juste titre, à évoquer le côté glauque d’un Seven de David Fincher, cette oeuvre est beaucoup plus complexe qu’elle ne paraît au tout début. Elle se déroule en Allemagne en 1986, là où un brillant spécialiste de la chirurgie du cerveau, Tenma, un Japonais, s’apprête à devenir chef de service. Il va bientôt épouser la fille du patron et il se fait totalement manipuler pour la gloriole de ce dernier, mais son avenir s’annonce doré.

Jusqu’au jour où débarquent deux enfants aux urgences : une gamine en état de choc et un garçon de 9 ans, blessé d’une balle dans la tête. Les deux mômes ont été retrouvés près des corps sans vie de leurs parents adoptifs. Pour Tenma, la vie du garçon peut-être sauvée, mais on lui impose d’aller s’occuper d’une rupture d’anévrisme qui vient de foudroyer le maire de Düsseldorf... Plutôt que d’aller rallumer la flamme politique et économique de la clinique, le jeune homme choisit alors la vie du gamin, hospitalisé plus tôt.
L’opération est une brillante réussite, Johann est sauvé... Tenma vient de relancer parmi les vivants le plus grand serial killer de tous les temps ! Le maire, lui, est mort... Pour Tenma, c’est l’heure de la dégringolade ! Il perd ses fonctions en même temps que sa fiancée, Eva, trop ambitieuse pour rester avec ce « petit chirurgien » qui ne sait pas que « toutes les vies n’ont pas la même valeur ! ».
Les événements se précipitent alors. Tous ceux qui barrent le chemin à l’ascension de Tenma meurent tragiquement, Johann disparaît et le malheureux chirurgien devient le suspect numéro un de l’affaire... seule une fuite en avant pourra le sauver : Il lui faut à tout prix retrouver l’enfant à gueule d’ange !...
À Seven , on peut alors ajouter Le Fugitif , Tenma étant inlassablement traqué par un flic borné, le commissaire Runge. Mais ce nouveau « docteur Kimble » traque lui aussi, celui qui est maintenant devenu un jeune homme brillant (et oui, le temps passe vite !) qui, s’il garde une reconnaissance énorme au médecin pour l’avoir sauvé, s’avère être un phénomène, un mystère de noirceur et de froide violence.

Monster

Monster appartient à la collection Big Kana (chez Dargaud). 17 volumes sont parus où se multiplient sans cesse les pistes, les personnages, les observations psychologiques et un suspense hypertendu.
Naoki Urasawa s’amuse comme un fou avec le lecteur : quand celui-ci attend Tenma, il lui offre l’enquête d’un flic raté et alcoolique ; quand on retrouve Eva l’orgueilleuse, on la découvre aimante, sensible, mais trop fière ; lorsque Tenma erre dans les taudis des bas-quartiers, on approche les problèmes des immigrés turcs et les mouvements néo-nazis...
Chaque tome est une nouvelle surprise, chacun nous donne une pièce du puzzle, trop facile à placer... le piège est ailleurs ! En Tchécoslovaquie, autour d’expériences secrètes sur de jeunes enfants, dans les lignes d’un conte...
Chaque nouvelle parution déboussole le lecteur car elle l’entraîne toujours ailleurs que là où il pense reprendre sa lecture et l’abandonne à bout de souffle devant quelques mois d’attente...

Mémoire et passé

La force d’Urasawa est de piocher des bribes de solution dans les destinées de personnages secondaires qui apparaissent subitement en travers de la course éperdue de Tenma. Certains l’accompagnent, restent en chemin, réapparaissent quand d’autres disparaissent tragiquement, ce qui ne veut pas dire définitivement. Car dans Monster (comme dans 20th Century Boys), passé et présent s’entrechoquent. Urasawa joue du souvenir perdu, du détail oublié émergeant tel un effarant secret sorti d’une boîte de Pandore perdue dans une mémoire volontairement effacée.

Une autre force de Monster est de se situer au cœur d’une vielle Europe que l’auteur semble avoir bien étudiée. Il reste toujours crédible, situant des détails de vie des régions qu’il traverse, formidable observateur des coutumes, des habitudes, forçant du fait l’intérêt particulier de chaque personnage.

Monster : une réussite

Monster en devient une machinerie diaboliquement huilée, dessinée dans un style réaliste et précis qui rime sans problème avec les aspirations du lectorat BD européen, découpée au zoom d’une caméra qui ne lâche pas l’action et s’approche très souvent au plus près pour mieux saisir les réactions et les expressions des personnages. Inutile d’espérer vous en sortir, dès que vous y serez entré, Monster vous obsèdera...
À découvrir donc pour toutes ces raisons, notamment que Naoki Urasawa est un excellent dessinateur, précis, détaillé et un scénariste hors-pair, mais cela, vous l’avez compris, tout comme le fait qu’une lecture de droite à gauche ne gênera guère bien longtemps ceux qui ne sont pas habitués au « format » manga !
D’ailleurs, pour ma part, le lien étroit qui me rattache à certains mangas est de pouvoir lire dans ce format de « poche » des bandes dessinées qui sont de véritables romans de longue distance.

Monster est une lecture imparable pour tout amateur de thriller, voire de Fantastique.

À noter que Monster faisait partie des nominés pour l’Alph’Art du meilleur scénario en 2003 à Angoulême !

Sur la Yozone :
- Monster T13 : Évasion
- Monster, en DVD, chez Kaze
- Monster, l’Anime sur Canal+


Fabrice Leduc
28 décembre 2004






JPEG - 23.8 ko
Au début, un chirurgien japonais...



JPEG - 25.9 ko
Tenma, le fugitif...



JPEG - 11.7 ko
Monster, c’est lui !Une gueule d’ange !



JPEG - 67.5 ko
Runge ! Il ne lâche jamais.



JPEG - 26.7 ko
Un traumatisme d’enfance ?



GIF - 15.7 ko
Sourire ?... rarement !



JPEG - 44.8 ko
Une quête dans le passé...



JPEG - 71.8 ko
Pour revivre au présent ?



WebAnalytics