YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Mémoire Fantôme (La)
Patrick Thilliez
Pocket, Thriller, roman policier (France), 448 pages, octobre 2008, 6,90 €

Un étrange polar moderne avec beaucoup de maths, des tueurs en série et tout ce que vous voulez savoir sur la mémoire.



Patrick Thilliez, né en 1973, ingénieur, est un ce ces nouveaux auteurs de polars francophones dotés d’une réputation et de quelques prix. Dont acte.

L’héroïne de cette histoire, Lucie, un lieutenant de police de Lille, blonde et jolie, mère célibataire de jumelles mais avant tout flic de terrain, se trouve entraînée dans une histoire vraiment compliquée. Tellement qu’il serait inconvenant de la raconter.

Cette très longue histoire – largement au-delà des 400 pages pour un polar – se passe sous la pluie et la tempête, dans le drameux et le sordide, voire le glauque, dans ce pays des Ch’tis bien plombé par le climat.

Marion, une jeune femme souffrant d’une maladie particulière de la mémoire, l’amnésie antérograde, ne vit que dans le présent sauf plein d’autres choses que vous apprendrez en lisant ce roman policier tellement documenté (enfin on l’espère) qu’il y a matière à écrire un “Que sais-je ?” sur la mémoire (!). Elle ne vit que dans le présent, ne se rappelle de rien ni personne... sauf quand même des trucs. C’est là où, du début à la fin de ce trop long roman, on peut éprouver des difficultés à adhérer à ce qui est raconté.
Outre sa particularité due à un traumatisme, cette Marion est mathématicienne, de haute volée, comme son frère attentif et séduisant, et comme le Professeur, un horrible assassin en série qui a déjà tué sa sœur qu’elle veut venger. Comme elle n’a pas de mémoire, elle note tout sur un carnet électronique qu’elle se repasse en boucle pour se souvenir.

Les maths, leur beauté, ce en quoi elles permettent de comprendre le monde, est une autre thématique majeure du roman. Le Nombre d’Or, les décimales de Pi, la suite de Fibonacci, le théorème de Fermi, le génie de Bernoulli, tous les noms-mots-clés y passent pour vous convaincre de la beauté absolue de la spirale.

Lucie la fliquette a aussi ses problèmes, que l’on découvre progressivement, censés lui miner la tête, et qui font un peu flop à la fin. Pour la médecine et les bizarreries de la grossesse, on n’est moins convaincu du travail de documentation de l’auteur.
Plein d’autres personnages interviennent, dont l’utilité dans le déroulement de l’intrigue n’est pas évidente, et sont décrits avec force détails, dont un horrible flic intelligent mais pervers (le fumeur) et des neurologues pour faire passer la pédagogie sur la science du cerveau.

Le style peut parfois ne pas convaincre : « les feux stop des camions qui explosaient en pétales de sang », ou, pour dire qu’il souriait, « Turin dévoila un cimetière de dents jaunes » (ce type est un fumeur). Mais au moins il y a un effort d’écriture.

Outre ces difficultés, ce roman est enlevé comme un polar, il a le rythme trépidant du thriller, les rebondissements sont incessants et on ne s’ennuie pas en le lisant, une fois passées les 150 premières pages, même si la fin déçoit sur le fond (la résolution de l’intrigue complexe et des très lourds problèmes personnels) et sur la forme d’un long épilogue bavard sans vraie fin.

Si vous avez envie de découvrir un des acteurs de la nouvelle scène policière hexagonale, essayez Thilliez, beaucoup l’apprécient et il ne manque pas de qualités, même si la fonction du chroniqueur est de souligner les points moins forts.


Titre : La mémoire fantôme (première édition : Le Passage (2007))
Auteur : Patrick Thilliez
Couverture : Nonstock / Jupiter Images
Éditeur : Pocket
Numéro : 13531, fiche roman
Pages : 448
Format (en cm) : 10,6 x 17,5
Dépôt légal : octobre 2008
ISBN : 978-2-266-17849-5
Prix : 6,90 €



Hervé Thiellement
18 avril 2009






JPEG - 22.5 ko



WebAnalytics