YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Monstres contre Aliens : La conférence de presse
La conférence de presse
15 mars 2009

Une conférence de presse « Monstres contre Aliens » réunissant Conrad Vernon (réalisateur), Lisa Stewart (Productrice), Jeffrey Katzenberg (Président Dreamworks), Reese Witherspoon, Kiefer Sutherland, Stéphane Freiss, Louise Bourgoin, Julien Doré



Des Monstres gentils et de vilains Aliens
=> La réponse en vidéo

Conrad Vernon : Les monstres ont toujours été les méchants. C’est pour ça qu’on s’est basé sur les films de monstres des années 50. On aimait bien l’idée que les monstres soient enfermés en prison depuis les cinquante dernières années. On a décidé d’en faire les gentils.


Une immersion dans l’univers des séries B des années 50/60
=> La réponse en vidéo

Conrad Vernon : Nous avons commencé par constituer une collection d’environ 150 films de série B des années 50, 60 et 70, collection qui était disponible pour toute l’équipe, du département artistique au département scénario, en passant par le département des effets spéciaux. Ils pouvaient consulter ces films quand ils le voulaient, donc ils se sont beaucoup inspirés de ces séries B.


Des liens personnels avec ce genre de cinéma de genre
=> Kiefer Sutherland et Stéphane Freiss


Vos enfants ont-ils vu le film ?
=> La réponse en vidéo

Reese Witherspoon : Ma fille a 9 ans et mon fils 5. Je les ai emmenés voir le film il y a quelques semaines, et ils ont adoré le film. Pour eux, c’est le meilleur film dans lequel j’aie jamais joué. Ils se fichent totalement de « Walk the Line » ou bien de « La Revanche d’une blonde »... En rentrant à la maison, je leur ai demandé quel était, à leur avis, le message du film. Ma fille m’a répondu : « je crois que le message c’est de ne jamais laisser personne te sous-estimer ». Pour mon fils, qui a 5 ans, le message c’était : « Si des extraterrestres envahissent le monde, il faut les tuer ! ». Donc je pense qu’ils ont tous les deux compris le film...


Présent et futur du relief chez Deeamworks
=> La réponse en vidéo

Lisa Stewart : Quand on a fait nos premiers pas dans le procédé 3D, c’était vraiment une période d’apprentissage pour nous. Mais la technique à Dreamworks était tellement incroyable que tout ce que nous avons eu à faire, c’est raconter l’histoire que nous voulions raconter, sans nous préoccuper du reste.

Jeffrey Katzenberg : Il y a seulement 3 ans, on découvrait ce nouveau procédé qui nous permettait d’appréhender la 3D de manière totalement nouvelle, de l’appliquer au 21e siècle. Aujourd’hui quand on voit le résultat, on se rend compte que ça donne une dimension complètement nouvelle au cinéma, voir un film au cinéma est maintenant quelque chose de totalement différent. A l’avenir, tous nos films bénéficieront d’une version 3D.


Reese Witherspoon et Kiefer Sutherland 12 ans après « Freeway »
=> La réponse en vidéo

Kiefer Sutherland : Quand on me demande pourquoi j’ai accepté de participer au film, j’ai quelques réponses. Tout d’abord, je pense que personne ne sait faire de meilleurs films d’animation que Mr Katzenberg. Ensuite, je n’avais pas travaillé avec Reese Wintherspoon depuis douze ans, mais je me souvenais précisément de sa voix, très haut perchée (Rires)...

Reese Wintherspoon : Tu t’en souviens parce que j’étais vraiment pénible ! J’étais tellement excitée de travailler avec toi, je te demandais tout le temps : « C’était bien, Kiefer ? »

Kiefer Sutherland : Non, on a passé un moment fantastique ensemble ! Sa voix est dans un registre beaucoup plus haut que la mienne, donc ça faisait une balance intéressante. Donc oui, la route a été longue avant de pouvoir passer de nouveau du temps avec elle !

Reese Wintherspoon : J’étais vraiment heureuse de pouvoir de nouveau travailler avec lui, c’est vraiment une star aujourd’hui, pour les gens dans le monde entier c’est Jack Bauer !


Influences des voix amaricaines sur le jeu des acteurs français
=> Louise Bourgoin & Julien Doré

Louise Bourgoin : La voix des acteurs américains coïncide avec les mouvements de bouche des personnages d’animation, donc on ne pouvait pas vraiment prendre un total contrepied ou choisir de faire quelque chose de complètement différent. Et en plus, on nous a fait écouter la bande originale pour chaque phrase avant de se jeter nous-mêmes. On m’a choisie parce que ma voix ressemble à celle de Reese... Je suis désolée, Reese, mais on me dit souvent que j’ai une voix insupportable, nasillarde ! La vôtre est plus douce, mais la mienne est particulièrement insupportable, surtout quand je parle fort... Par contre Julien a une voix ultra-grave, un peu comme...
Julien Doré : Comme Barry White (rires).
Louise Bourgoin : C’est ça... Donc le contraste est intéressant, je pense.

Et pour vous, Julien, comment ça s’est passé ? Ce n’était que votre deuxième expérience en tant qu’acteur.

Julien Doré : Là c’était un peu différent, c’était seulement la voix. Mais justement, je trouve qu’il y avait quelque chose qui était extrêmement intéressant dans les intentions de jeu, qui pouvaient paraître un peu surjouées quand on se basait sur les voix américaines, essayer de pousser le personnage dans l’excès de voix. Et au fond, je pense que ça m’a aidé à trouver des intentions, des attitudes, même si ce n’est qu’un personnage animé, c’était extrêmement intéressant.
Stéphane Freiss : J’ai vu le film ce matin avec mes enfants, et à un moment dans le film, il y a un journaliste qui dit : « Décidément, les aliens survolent toujours le ciel américain. » Et à la fin du film mon fils m’a dit : « Mais oui c’est vrai, pourquoi les aliens survolent seulement le ciel américain ? » : je n’ai pas pu répondre... Donc si vous avez une réponse à me donner avant ce soir, ça m’arrangerait !


Beaucoup d’effets de profondeur et finalement peu de jaillissement
=> Conrad Vernon & Jeffrey Katzenberg

Conrad Vernon : On ne voulait pas d’effets omniprésents de zoom et de recul, de jaillissement et de profondeur, qui ne soient pas justifiés par l’histoire. On a donc été très prudents avec les effets 3D, et on a d’abord cherché à savoir ce que nous voulions sur le plan stylistique. Une fois qu’on l’a su, on a joué sur la 3D : on s’est ainsi rendu compte que dans les passages émouvants, l’effet de jaillissement renforçait l’émotion. C’est donc seulement quand il y avait une émotion à souligner qu’on a utilisé les effets de jaillissement. Par exemple, quand Genormica est enlevée par les extraterrestres, on la voit tendre les mains pour essayer de leur échapper, et à ce moment-là l’effet de jaillissement renforce vraiment l’aspect dramatique de la scène. Par contre, il n’y avait aucun intérêt à utiliser cet effet quand deux personnages se contentent de discuter...

Jeffrey Katzenberg : Le concept même de 3D aujourd’hui est totalement différent de ce qu’il était par le passé. Avant c’était juste un gadget, une attraction, ou encore la possibilité de faire paraître meilleur un film qui n’était pas très bon. Aujourd’hui c’est complètement différent : la 3D permet d’amplifier les sentiments et les émotions qu’on cherche à faire ressentir au public. C’est le début d’une nouvelle ère. Beaucoup de réalisateurs vont trouver de nouvelles façons intéressantes d’utiliser la 3D. Mais je pense que c’est juste un plus pour une histoire : ça ne rendra pas bonne une histoire qui était mauvaise à la base.


Jack Bauer dans « Monstres contre Aliens »
=> Kiefer Sutherland

Kiefer Sutherland : En effet, c’est vraiment moins physique ! Les sessions avaient lieu en même temps que les tournages de « 24h chrono », et les tournages de « 24h » sont difficiles, très sérieux, il y a une forte demande, donc il n’y avait rien de plus agréable que de se libérer 5h par semaine pour interpréter les voix de ces personnages... C’est agréable de ne pas être responsable de la performance physique du personnage. Il y a une super relation qui s’installe entre votre voix et les animateurs et créateurs du film. Donc c’est très agréable de ne jouer qu’avec sa voix, tout est excessif, il faut surjouer, et pour un acteur c’est très marrant à faire. La première fois que je me suis assis sur ma chaise, dans le studio, j’avais l’impression d’avoir cinq ans. C’était une pause agréable pour moi pendant le tournage de « 24h chrono ».

Comment avez-vous trouvé la voix de votre personnage, avez-vous pris des cours de théâtre ?

Kiefer Sutherland : Certaines intonations de la voix de mon personnage sont inspirées du sergent de « Full Metal Jacket ». Et pour l’humour, la voix du personnage est inspirée du chasseur Sam dans « Bugs Bunny ». C’était amusant de contrebalancer ça avec la voix délicate de Reese...


Du relief prévu pour les anciens succès Dreamworks ?
=> Jeffrey Katzenberg

Jeffrey Kantzenberg : Pour l’instant, on n’a pas trouvé le moyen technique qui nous permette d’utiliser un procédé 3D de grande qualité pour nos anciens films. Ce n’est pas que ce moyen n’existe pas, mais ces derniers temps nous avons dépensé tellement de temps et d’argent dans la recherche des meilleurs procédés 3D pour nos nouveaux films que nous n’avons pas vraiment pu voir si, par exemple, on pouvait appliquer le procédé 3D en post-production à « Shrek ». Mais transformer un film 2D en 3D ne m’intéresse pas vraiment : ça me rappelle le procédé de colorisation des vieux films en noir et blanc. Peut-être qu’il existe de bons moyens de faire ça, mais nous ne les avons pas encore touvés.


Clins d’oeil, private jokess et caméos
=> Conrad Vernon , Lisa Stewart et Jeffrey Katzenberg

Vernon Conrad : Comme je vous le disais, on s’est inspiré des vieux films de monstres des années 50, surtout les scénaristes, et on les regardait en boucle. On a réutilisé un certain nombre de choses, comme les gros plans sur l’actrice en train de hurler, la démarche bien particulière des monstres géants, peu importe à quelle vitesse les personnages courent, ce genre de monstre est toujours juste derrière eux ! Il y a donc beaucoup de gags qu’on a emprunté à ces vieux films. On s’est aussi beaucoup inspiré de Stanley Kubrick, de Star Wars, de tous ces films qu’on regardait quand on était mômes. Le département artistique nous a beaucoup aidé techniquement à réaliser tout ça, tous ces petits mécanismes, notamment dans la prison des monstres.
Lisa Stewart : Il y a eu une vraie collaboration entre les animateurs, les storyboarders, le département artistique, chacun d’entre eux a apporté sa propre sensibilité, son propre humour.

Vernon Conrad, faites-vous une apparition dans le film ? Et vous, Jeffrey Katzenberg ?

Vernon Conrad : oui, à travers la mère du personnage de Reese.
Jeffrey Katzenberg : non, non, impossible, je ne peux pas jouer, ma voix ne vaut rien !


La musique en général et la chanson Planet Claire en particulier
=> Conrad Vernon


Implication des US dans le choix des voix françaises ?
=> Jeffrey Katzenberg


Monstres manquants et monstres préférés
=> Vernon Conrad, Resse Witherspoon, Kiefer Sutherland, Julien Doré, Louise Bourgouin et Stéphane Freiss


Etait-ce jubilatoire d’incarner LA super-héros du film, et pour Louise, que Julien Doré soit Monsieur Météo ?
=> Resse Witherspoon et Louise Bourgoin


Transfert du en relifef sur support DVD
=> Jeffrey Katzenberg


Après le relief, lle "sensoramaé ?
=> Jeffrey Katzenberg


Une suite déjà prévue ?
=> Lisa Stewart et Jeffrey Katzenberg


Le projet DreamWorks le plus abouti ?
=> Jeffrey Katzenberg


Propos recueillis par Stéphane Pons et Bruno Paul lors de la Conférence de presse « Monstres contre Aliens », 15 mars 2009


LIEN(S) YOZONE

=> La conférence de presse « Monstres contre Aliens »
=> Le dossier du film

INTERNET

Le site officiel : http://www.monstrescontrealiens.fr



Bruno Paul
Stéphane Pons
25 mars 2009






JPEG - 28.3 ko



JPEG - 12.2 ko



JPEG - 10.1 ko



JPEG - 9.3 ko



JPEG - 8.1 ko



JPEG - 11 ko



JPEG - 9.4 ko



JPEG - 9.6 ko



JPEG - 12.9 ko



JPEG - 12.4 ko



JPEG - 9.6 ko



JPEG - 7.9 ko



JPEG - 11.9 ko



JPEG - 12 ko



JPEG - 9.7 ko



WebAnalytics