YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




True Blood, saison 1
Une série créée par Allan Ball

L’atmosphère est lourde, comme le climat, dans la ville de Bon Temps en Louisiane. Les petits blancs, déjà obligés d’admettre parmi eux les descendants d’esclaves et leur magie vaudou, doivent maintenant accepter les vampires, qui ont fait leur coming-out grâce à l’invention par des Japonais de sang humain artificiel.



Le démarrage de la saison laissait augurer une nouvelle série addictive (voir par là). Et bien c’est le cas, peut-être la meilleure nouveauté de cette rentrée aux États-Unis. Bien filmée et bien construite, cette première vague de 12 épisodes de True Blood vaut largement l’attention de l’amateur de séries fantastiques.

Le générique, un des plus réussis de ces dernières années, vous met tout de suite dans l’ambiance

Sookie Stakhouse est serveuse dans le rade de Sam, elle est télépathe et peut lire les pensées, ce qui la gène et la perturbe. Du coup elle tombe amoureuse du beau Bill, vampire de son état, qu’elle ne peut entendre. Elle a un frère Jason qui ne pense qu’à boire et à draguer les filles et qui se retrouve, à plusieurs reprises, accusé de meurtres qu’il n’a pas commis mais il était trop défoncé pour en être conscient.
Sookie a une amie d’enfance, Tara, une brave fille avec une mère alcoolique et des problèmes existentiels … qui finit par se rapprocher de Sam. Celui-là est un drôle de type - inutile de vous dire à quel point il est spécial - mais il est vraiment gentil, quoique secret.
Il y a aussi Lafayette, homo, cuistot et dealer, cousin de Tara et pote de Sookie, et bien d’autres : René l’ami de Jason, Andy le flic plus bête que ses pieds, les serveuses et Amy la nouvelle copine de Jason

Et il y a les vampires, moins sympas que Bill, son « shérif » à qui il doit obéissance et toute une hiérarchie basée sur l’ancienneté, en général méprisants envers les humains vivants qu’ils considèrent, du haut de leur puissance physique et psychique, comme du bétail.

Toutes les sous-intrigues et les personnages apparaissent progressivement, avec un rythme lent calculé, qui vous colle à votre canapé et vous fait trépigner en attendant la suite. On entre progressivement dans ces mentalités et le message est limpide : contre le racisme, l’homophobie, la bêtise et l’intolérance des traditions et des religions.

Cette saison 1 est bien sûr construite comme un arc narratif (aux multiples cordes, pourrait-on dire) et à la fin sont résolus plusieurs mystères, dont celui de cet assassin qui tue les femmes qui fricotent avec les suceurs de sang. Des personnages se révèlent ou changent (Jason, Tara, Sam), de nouveaux mystères apparaissent, de nouveaux personnages aussi, dans un cliffhanger de season finale à la fois lent et intrigant.

Vu le succès mérité, une saison 2 est programmée et sera suivie par une armée de fans. La Yozone vous en reparlera mais guettez l’arrivée de True Blood sur les écrans français (Canal + ?), et regardez-la en VOST, sinon vous ratez beaucoup, comme d’habitude.


Une série créée et réalisée par Allan Ball d’après les romans de Charlaine Harris

Produite par HBO et Allan Ball

Avec : Anna Paquin, Sookie Stackhouse, la serveuse télépathe moins midinette que son apparence ; Stephen Moyer, Bill le beau vampire ; Sam Trammelle, Sam Merlotte le patron du rade, un gars spécial ; Ryan Kwanten, Jason Stackhouse, beau gosse un peu con ; Rutina Wesley, Tara Thornton, la meilleure amie de Sookie ; Nelsan Ellis, Lafayette, cuistot homo dealer de V ; Chris Bauer, Andy Bellefleur, détective pas malin


Épisodes de la saison 1 (2008)

1 01- Strange Love
1 02- The First Taste
1 03- Mine
1 04- Escape From Dragon House
1 05- Sparks Fly Out
1 06- Cold Ground
1 07- Burning House of Love
1 08- The Fourth Man in the Fire
1 09- Plaisir D’Amour
1 10- I Don’t Wanna Know
1 11- To Love Is to Bury
1 12- You’ll Be the Death of Me



Hervé Thiellement
29 novembre 2008






JPEG - 26.7 ko
Sookie Stackhoue



JPEG - 15.4 ko



JPEG - 12.5 ko
Sam



JPEG - 17.1 ko
Jason



JPEG - 18.9 ko
Tara



JPEG - 17.3 ko
Lafayette



JPEG - 6.7 ko
La blonde et son vampire



WebAnalytics