YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Ippo Forever ! (2/2)
Jyoji Georges Morikawa
Kurokawa

84 tomes et c’est loin d’être terminé !
Comment peut on faire durer une série aussi longtemps sans lasser le lectorat ?
Pourquoi devient-on « accro » ?



Voici les quelques propositions de réponses que j’ai trouvé à toutes ces interrogations.

- L’histoire
Attention, je dévoile certains points importants pour la suite de l’histoire !

Simple et humaine, elle nous montre tout ce qu’il y a de meilleur chez nous. Elle véhicule toutes les valeurs propres au shonen classique - à savoir entre autres l’amitié, le dépassement de soi, l’entraide, etc. - mais de façon réaliste et dans un cadre où la compétition est de rigueur.
Et puis là où habituellement, on s’attarde beaucoup (trop ?) sur le héros ou son groupe héroïque, ici l’auteur n’hésite pas à le mettre au second plan quelques temps, sur plusieurs tomes. On le voit surtout plus tard dans la série, notamment lorsque M. Takamura s’en va conquérir le titre mondial ou qu’apparaissent les « juniors ».
C’est d’ailleurs un point assez intéressant dans la série. Une deuxième génération de boxeurs arrive et s’intègre parfaitement dans l’histoire sans la rendre plus complexe. Elle ne la rend que plus humaine, plus chaleureuse, plus intéressante en bref.
Pour en terminer au sujets des histoires dérivées, on aura le plaisir de voir des matchs complètement hors normes, comme celui entre 2 boxeurs particulièrement... mauvais esprit, prêt à tricher, voire à tuer réellement l’adversaire. Il y aura aussi celui des rivaux, identiques à Ippo vs Miyata mais de la génération suivante, ou encore les matchs complètement surréalistes de Aoki, avec ses techniques loufoques.

Mais tout ceci n’est que prétexte, si je puis dire, pour nous faire retrouver avec encore plus de plaisir notre jeune boxeur qui, mine de rien, prend de l’âge. On le voit s’affirmer en tant que boxeur, murir en tant qu’homme, grandir en tant modèle pour les plus jeunes. Il progresse mais reste fondamentalement le même garçon timide, peu sûr de lui et cherche à combler ses lacunes tout en perfectionnant ce qui fait sa force. Cette évolution est très bien décrite mais l’auteur prend son temps pour nous la faire partager.
De même on apprend au fil des tomes que le monde de la boxe est un univers assez particulier, proche de celui des arts martiaux où la douleur n’est plus une limite bloquante mais une compagne quotidienne qui vous motive pour vous surpasser. On constate aussi que ce n’est pas le star system que l’on croit et que les boxeurs gagnent peu d’argent, doivent parfois cumuler 2 métiers pour gagner suffisamment, et, surtout, que c’est un sport vraiment dangereux pour la santé, sans que les combats en soient la cause première, car le corps est constamment poussé dans ses retranchements.

Pour finir avec le scénario, tout y est. Cela va du rebondissement totalement inattendu (mais alors vraiment on se croirait dans une série US) jusqu’à la petite histoire de cœur en fond de trame, en passant par la mesquinerie et les plans machiavéliques d’un certain organisateur.

- Les personnages
Leur diversité, tout particulièrement, fait que nous retrouvons tout un panel de personnalités, qui ne sont ni foncièrement bonnes ni mauvaises, à part notre héros qui incarne la gentillesse faite homme. Le lecteur peut donc facilement s’identifier à l’un d’eux et suivre son parcours.
Voici un descriptif rapide de quelques uns :
— Ippo MAKUNOUCHI : Le personnage principal, stéréotype du gentil garçon, mais attention, avec un esprit combatif hors normes.
— M. Takamura : Le modèle du héros. Pas vraiment gentil, il est surtout moqueur, fier comme un poux, susceptible, farceur, rancunier mais c’est l’expert en boxe et ses conseils sont très précieux.
— Miyata ICHIRO : l’éternel rival du héros. A l’opposé du style de boxe de notre héros, le combattre est le but ultime de notre héros.
— M. Kamogawa : l’entraîneur. Ancien boxeur juste après la seconde guerre, il est l’archétype du coach. Il ne lâche jamais rien, ne complimente jamais, hurle tout le temps, mais reste tout de même sympathique car il pousse vers le meilleur.

Je pourrai aussi parler des suivants mais je vous laisse les découvrir
— Aoki et Kimura, le duo comique,
— Sendo, l’autre rival,
— Ryo Mashiba, le bad boy,
— Kumi Mashiba, la jolie sœur du bad boy,
— Itagaki, qui représente la nouvelle génération du club.
Et j’en passe

- Les dessins

JPEG - 22.1 ko

Extraits du tome 14

Bien entendu, au début de la série, les dessins ne sont pas exceptionnels mais, au fil des années, le style de Georges Morikawa s’affine et devient très, très dynamique. On ressent l’impact, la vitesse, l’explosivité des coups dans toute leur ampleur et leur beauté. Le découpage est excellent et on suit avec une facilité déconcertante les actions.

JPEG - 34.4 ko

-  L’humour
Je l’ai dit mais je me répète. HNI ne se prend pas au sérieux même si le propos est souvent sérieux, un peu comme dans la vie quoi. Les personnages font des blagues potaches, des jeux de mots parfois très mauvais, se retrouvent dans des situations tellement rocambolesques qu’on en explose de rire.
L’exemple ci-contre vous le démontre. Takamura juste avant d’entrer sur le ring. Il a une nouvelle technique et son déguisement en est le symbole.
Il y a surtout toutes les aventures d’Aoki, souffre douleur officiel de Takamura.

- La boxe
Si vous aimez les sports de combats, comme moi, vous allez être comblés. Je l’ai dit plus haut en parlant des dessins, mais il faut avoir lu certains des combats pour comprendre à quel point ces derniers sont prenants et réalistes. Bon d’accord, certaines fois c’est un poil exagéré (mais vraiment pas beaucoup). Mais dans l’ensemble tout est plausible, réalisable et la plupart des coups ont même déjà été effectués dans des matchs.

JPEG - 27.8 ko

L’uppercut et le jab

JPEG - 29.9 ko

Le direct et le crochet
Je précise que j’ai choisi des images que vous ne verrez pas avant très longtemps (au moins 2 ans à la vitesse de parution actuelle), donc pas de panique je ne vous gâche pas le plaisir et je ne vous dévoile pas grand chose.

Vous l’aurez compris je suis un fan absolu de cette série.
Je la recommande sans aucune hésitation à tous ceux qui aiment le sport, les combats, les shonen « réalistes ». Et je le recommande aussi à tous les autres...
Ce manga est exceptionnel, sa longévité et le nombre de fans à travers le monde en sont les meilleures preuves. Vous ne pouvez pas vous tromper en commençant cette série, que dis-je cette saga.


Ippo, la rage de vaincre
- Auteur : Jyoji « Georges » Morikawa
- Editeur français : Kurokawa
- Prix : 5,95€


© Edition Kurokawa et Georges Morikawa - Tous droits réservés


A lire sur la Yozone : Ippo, la rage de vaincre (1/2)


OSJ \(^__^)/
29 octobre 2008






JPEG - 13.1 ko
Ippo, dans quelques temps



JPEG - 17.3 ko
Le coach



JPEG - 17.7 ko
Miyata



JPEG - 9.3 ko
Takamura



JPEG - 42.2 ko



JPEG - 22.8 ko



WebAnalytics