YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Wanted : Choisis ton Destin
Film américain de Timur Bekmambetov (2008)
16 juillet 2008

****



Genre : Action Fantastique
Durée : 1h50

Avec James McAvoy (Wesley), Morgan Freeman (Sloan), Angelina Jolie (Fox), Terence Stamp (Pekwarsky), homas Kretschmann (Cross), Common (L’armurier), Kristen Hager (Cathy), Marc Warren (Mr X), Konstantin Khabensky (Le boucher), David Patrick O’Hara (L’exterminateur), …

Après avoir personnellement descendu en flammes ses deux précédents longs-métrages (« Night Watch » et « Day Watch »), je suis bien obligé de reconnaître que le premier film américain de Timur Bekmambetov est une P-E de réussite. Certes, « Wanted : Choisis ton destin » ne fait pas dans la dentelle. Certes, son postulat prophétique renvoie aux intrigues des films suscités et sa force tient principalement dans le déluge d’effets spéciaux qui dégorge de l’écran. Il n’empêche que l’équipe de production a parfaitement canalisé, sans la brimer, l’inventivité du cinéaste russe qui livre ici un divertissement survitaminé passionnément jouissif dans lequel Angelina jolie se surpasse : elle n’est plus simplement Jolie, mais belle à en damner les saints.

Bruno Paul

Comme point de départ, Wes, un employé de télécoms lambda saturé de la routine où il est plongé. Comme perturbation une Jolie tueuse qui vient lui soumettre une hypothèse sur un possible père assassin qui n’existe pas pour lui. Ça enchaîne sur des rafales de balles aux trajectoires courbées et aux effets spéciaux qui déménagent. Autant le faire savoir pour ceux qui n’auraient pas saisi le teaser ; « Wanted : Choisi ton Destin » est un défouloir visuel assez déroutant, moins brouillon que les deux premiers films du réalisateur russe (les quand même très bons « Night Watch » et « Day Watch », , c’était lui), et qui tient en place peut-être grâce à son côté BD – d’où il vient d’ailleurs.

La première scène donne le ton, sur les hauteurs de deux grattes ciel, entre un commando d’assassins et leur cible. Quand la proie découvre ses chasseurs et qu’il s’en prend à eux, l’esthétique comic-book est à son comble. Dans sa course pleine d’élan où les feuilles s’envolent jusqu’à sa traversée de fenêtre qui figure un plan très étrange dans la bande-annonce, le tueur emporte la mise en scène qui décolle avec lui pour ne plus retomber.

De la très haute voltige aux accents Wachowskiens, mais qui ne se prend pas au sérieux. Un exemple parmi mille : pour l’initiation du bleu, le bon vieux Morgan Freeman lui tend un flingue et lui demande de tirer sur les ailes d’une mouche qui virevolte dans une poubelle. Aussitôt dit, aussitôt fait. De cette équation, tout le film coule et s’assume. Les exercices auxquels s’adonnent Wes et Fox sur les toits de métro aérien, la poursuite nocturne en viper, dans un train sur le point de se crasher ou les fusillades tonitruantes, tout est absolument incroyable, et encore plus au ralenti lifté et en jeux de focales. C’est sûr, ça ne va pas plaire à tout le monde. Mais dans le genre cartoon boosté aux stéroïdes et aux hormones mâles, on est un cran au-dessus de « Shoot’em up » par exemple, sorti l’année dernière.

Le côté évasion d’une vie de con du héros blasé et oppressé est assez réussi, on est surtout content pour lui quand Angelina Jolie vient l’embrasser devant son ex qui l’a trahit. La compagne de Brad Pitt explose littéralement l’écran, et sa présence électrique donne encore plus de piquant au film. Son regard travaillé par le maquillage et son corps tatoué et provocateur ancrent vraiment son personnage dans la BD. Morgan Freeman reste égal à lui-même, dans un rôle qui lui colle toujours à la peau. Il hérite par contre de l’argument un peu risible du film, à savoir que les consignes des assassinats sont décodées dans les erreurs des métiers à tisser. Mouais… Sauf que quelque chose se tisse peut-être vraiment derrière tout ça.

Dans le clippesque « Nightwatch », Bekmambetov suivait la chute d’une vis d’un avion en pleine descente aux enfers. La trajectoire est ici celle d’une balle qui fuse à travers la ville, passant entre tous les obstacles imaginables avec une précision incroyable. Du vertical à l’horizontal : les mutants ne sont plus ici des « Autres » descendants de l’antagonisme Ténèbres/ Lumière ; ce sont des êtres perceptifs supérieurs qui slaloment entre les flux, contorsionnistes du temps et de l’espace, balles qui filent entre les lignes infinies du décor contemporain.

FICHE TECHNIQUE

Titre original : Wanted

Réalisation : Timur Bekmambetov
Scénario : Michael Brandt, Derek Haas et Chris Morgan d’après une histoire de Michael Brandt Derek Haas d’après les personages de la BD de Mark Millar et J.G. Jones

Producteurs : Jim Lemley, Jason Netter, Marc E. Plat,t Iain Smith
Coproducteurs : Sally French, Jared LeBoff, David Minkowski, Matthew Stillman
Producteurs executifs : Gary Barber, Geyer Kosinski, Adam Siegel, Marc Silvestri

Musique originale : Danny Elfman
Image : Mitchell Amundsen
Montage : David Brenner
Distribution des rôles : Mindy Marin
Création des décors : John Myhre
Direction artistique : David Baxa, Patrick M. Sullivan Jr., Martin Vackar, Tomas Voth
Décorateur de plateau : Richard Roberts
Création des costumes : Varvara Avdyushko
Maquillage : Frances Hannon, Frances Hannon, Rene Stejskal
Cascades : Nick Gillard

Production : Bazelevs Production, Kickstart Productions, Marc Platt Productions, Relativity Media, Ringerike Zweite Filmproduktion, Spyglass Entertainment, Top Cow Productions, Universal Pictures
Distribution : Paramount Pictures France

Relation presse : Sylvie Forestier

YO-LIENS

=> Wanted : Le film du mois

INTERNET

Le site officiel : http://www.wanted-lefilm.fr/



Bruno Paul
Maxime Loaëc
15 juillet 2008






JPEG - 18.2 ko



JPEG - 10.9 ko



JPEG - 9.2 ko



JPEG - 10.4 ko



JPEG - 12.8 ko



JPEG - 10.2 ko



JPEG - 9.9 ko



JPEG - 9.3 ko



JPEG - 6.6 ko



JPEG - 8.9 ko



JPEG - 7.5 ko



JPEG - 7.2 ko



WebAnalytics