Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Nathalie Dau, auteur et éditrice en Argemmios
Éditions Argemmios, 15 mai 2008 - 210 pages, 13,50€
« Les Débris du Chaudron »

Il s’est passé dix-sept années depuis « Bleu Puzzle », son premier roman publié en 1991 (sous le pseudonyme de Nathalie Letailleur) par les éditions Tacussel, et « Les Débris du Chaudron », le second, qui vient de paraître aux éditions Argemmios, structure créée par l’auteur, Nathalie Dau.



Entre les deux, Nathalie Dau a écrit plusieurs nouvelles parues en anthologies (« Légendaires », éd. Mnémos, « Royaumes », éd. Fleuve Noir, « Pouvoirs Critiques », éd. Nestiveqnen) ou en revues professionnelles comme Faeries, Solstice, Horrifique, Lunatique...
En 2003, elle a aussi dirigé l’anthologie « L’Esprit des Bardes » chez Nestiveqnen.

Son écriture est exigeante, puissante, poétique, balançant sans cesse entre passion et violence, amour et souffrance, rêve et cauchemar.
Depuis 2006 et le prix Merlin reçu pour sa nouvelle « Le Violon de la Fée », (Faeries n°17, 2005), elle se fait toujours plus présente dans cet univers de fantasy qui allie le folklore et la mythologie tout en aimant se fondre dans les couleurs du fantastique.

En 2007, Nathalie Dau publie deux textes pour deux anthologies fort intéressantes, « Nouveau-Né » dans « (Pro)Créations » (dirigée par Lucie Chenu, éd. Glyphe) et « Le Goût du Miel » dans « Ouvre-toi ! » (par Magali Duez, éd. Griffe d’Encre). Une année qui voit également la sortie de son premier recueil de textes (nouvelles et poésies), des « Contes Myalgiques » consacrés aux « terres qui rêvent » (éd. Griffe d’Encre), qui reçoit un excellent accueil et vient tout juste d’être récompensé du Prix Imaginales de la nouvelle 2008 pour l’ensemble de l’ouvrage.

Aujourd’hui, son monde bleu s’appelle Argemmios. Elle y partage son univers, ses expériences d’écrivain, ses passions pour la prose et la poésie, mais aussi la musique, la chanson, l’illustration sans oublier sa vie de femme (ou tout simplement d’être vivant) avec joies et épreuves, et une vitalité extraordinaire qui transporte.
Cette année le site s’enrichit d’une maison d’éditions où le premier-né n’est autre que « Les Débris du Chaudron », ce roman construit sur le socle mythologique de la nouvelle éponyme parue dans l’anthologie « Royaumes » (16 récits de Fantasy choisis par Stéphane Marsan, éd. Fleuve Noir, aujourd’hui épuisée).
Nathalie Dau en propose une version retravaillée. Elle dit dans un entretien accordé aux Chroniques de l’Imaginaire : « Outre mon style qui a évolué, le recul et le travail de direction littéraire effectué par Jean Millemann qui m’ont fait prendre conscience de quelques maladresses de jeunesse, il y a un réel changement de rythme. Des scènes inédites ont été ajoutées, des passages traités trop rapidement jadis ont été développés, voire complètement remaniés. Il y aura une préface signée Lucie Chenu et, à la fin, deux poèmes rattachés à l’histoire principale, ainsi qu’un glossaire (pour éviter d’alourdir la narration avec trop de notes explicatives). Et puis il y aura les illustrations de Magali Villeneuve, qui sont vraiment de toute beauté ».

C’est la légende de Kerridwen et Gwyon Bach qu’elle réécrit, une intrigue haletante, nourrie de mythologie celtique et préceltique.

Résumé de l’ouvrage :
L’amour et la vengeance ont l’art de traverser les âges, et ce d’autant plus lorsque les dieux sont impliqués.
Pour certains mortels, cela signifie un héritage lourd à porter, mêlé de malédiction.
Ainsi en va-t-il d’Augusta Quinn et d’Alwyn Archtaft. Destinés à réparer le chaudron de Kerridwen, afin de permettre le retour de la déesse, ils devront compter avec Affang, le terrible démon des eaux, qui les poursuivra de sa haine.
Mais en cette fin de XXème siècle, un dieu veille et se souvient. Capable d’arpenter les lieux d’ici et d’ailleurs, Kernunnos, sous l’un ou l’autre de ses avatars, permettra à la réalité de rattraper le mythe... et de le dépasser.

Sorti le 15 mai 2008, l’ouvrage sera très prochainement critiqué sur la Yozone.
Nathalie Dau reste un auteur à découvrir car elle ne jouit pas des gros tirages et de l’exposition qu’ont les plus importants éditeurs de l’Imaginaire en France, certainement plus prompts à publier des textes jugés plus faciles pour un lectorat très élargi.
J’ai surtout découvert ce talent avec les « Contes Myalgiques » (vraiment un super recueil) et, depuis, j’essaie de remonter le temps pour respirer cer art de bien écrire, ces ambiances ciselées avec des contrastes forts comme cette terre de légendes que j’habite, la Bretagne.
Sa toute récente actualité nous conduit d’ailleurs vers la nouvelle « Owein » parue dans l’anthologie « de Brocéliande en Avalon », dirigée encore une fois par Lucie Chenu, cette fois pour les très belles Éditions Terre de Brume (bretonnes elles aussi^^).

Et si, comme moi, vous vous mettez à guetter le moindre de ses écrits, les prochaines traces laissées par cette fée de l’Imaginaire vous mèneront vers « Lancedragon », un article dans Faeries n°25 pour un dossier Weis et Hickman (annoncé printemps 2008, mais cela devrait être paru depuis presque un an !!), “Entre Chien et Loup”, une nouvelle fantastique dans l’anthologie « Le Crépuscule des Loups » (dirigée par Charlotte Bousquet, éd. Le Calepin Jaune - juin/juillet 2008). Un second « Contes Myalgiques » (Éd. Griffe d’Encre) est prévu pour 2009. que l’auteur définit ainsi :
- « le second rassemblant les textes où la dimension souffrance, physique autant que morale, prend nettement le pas sur la féerie. On verra davantage de diables que de fées, dans ce recueil. Mais même si l’ensemble se révèlera plus sombre, la lumière n’en sera jamais absente ». (autre citation empruntée aux Chroniques de l’Imaginaire.

Pour les Éditions Argemmios, sont aux fourneaux « Vale Frater », une nouvelle de fantasy pour le collectif « Flammagories, hommage à Nicholas Lens » (parution prévue pour 2008) et « Voir avec le Cœur », un conte pour enfants illustré par Alexandre Dainche.

J’espère que l’exposition médiatique offerte par le prix Imaginales donnera à ces « Contes Myalgiques » encore plus de retentissement pour que le talent de Nathalie Dau envahisse un peu plus les territoires où l’art de composer entre légendes et réalité s’impose d’une patte qui sait se faire soyeuse, venimeuse et enchantée.


Les dédicaces de Nathalie Dau en juin


Les Débris du Chaudron
- Auteur : Nathalie Dau
- Éditeur : Argemmios
- Format : 14 x 20 cm
- Pagination : 210 pages - 252 gr.
- Couverture couleur : Magali Villeneuve
- ISBN : 978-2-9530239-0-9
- Prix public : 13,50 €

Ce titre peut-être commandé via la boutique Argemmios


Des appels à texte sont en cours pour de futures anthologies chez Argemmios :

* Chants de Totems : chaussez vos mocassins, suivez les traces légendaires des Sioux, Pueblos, Caraïbes, Séminoles, Hurons, Apaches, Inuits et autres tribus amérindiennes ! (Attention : un prochain AT sera consacré aux civilisations précolombiennes — Mayas, Aztèques, Incas etc.). Lire la suite...
Clôture : 31 août 2008.

* Le Butin d’Odin : tel est le surnom de la poésie dans la tradition germano-scandinave. Laissez-vous envahir par l’esprit des scaldes !
Clôture : 31 janvier 2009.


Lire sur la Yozone :

- Nathalie Dau : Contes Myalgiques
- (Pro)Créations


© Remerciements à Ketty Steward d’ActuSF pour les photos



Fabrice Leduc
2 juin 2008






JPEG - 37.8 ko
« Les Débris du Chaudron », dans sa version roman publiée chez Argemmios.



JPEG - 44.4 ko
Avec le trophée Imaginales 2008 catégorie Nouvelle (pour l’ensemble du recueil, je vous prie)



JPEG - 48.2 ko
Anthologie « (Pro)Créations » chez Glyphe.



JPEG - 20.3 ko
Anthologie « Ouvre-toi ! » chez Griffe d’Encre



JPEG - 35.5 ko
Nathalie Dau, sur le stand des éditions Argemmios, durant les Imaginales 2008 à Épinal.



WebAnalytics