YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Iain M. Banks : Le Cycle de la Culture
Et le Space Opera redevint original !
Livre de Poche, Fleuve Noir, Robert Laffont, DLM, Galaxies, romans & nouvelles, traductions (anglais), SF - Space Opera

Selon l’adage désormais célèbre, toute œuvre qui se respecte parle de son temps. Concernant la science-fiction, cela se vérifie plus d’une fois.
Le Cycle de la Culture de Iain M. Banks, situé dans une civilisation galactique très éloignée et avancée, ne déroge pas à la règle…

Et c’est ce qui fait tout son intérêt.



De très loin, on croirait un version moderne de l’empire galactique de (grand papa) Asimov. Rien ne manque : vaisseaux spatiaux, robots, guerres épiques et autre péripéties géopolitiques cosmiques.
Sauf que le “Cycle de Fondation”, écrit en plein milieu du XXe siècle était empreint du mythe fondateur de la civilisation occidentale : Rome, sa décadence et sa renaissance. Mais, à bien des égards, ce lointain futur ressemble déjà, par son organisation sociale et sa vision des rapports entre les sexes, à notre passé.

Rien de tout ça chez Iain M. Banks : la Culture, cette civilisation galactique sans pouvoir coercitif, d’une tolérance sans limite et immensément prospère, n’a qu’un très lointain rapport avec l’empire galactique de son prédécesseur américain.
On comprendra mieux cet état de fait lorsque l’on sait que Iain M. Banks est écossais (et francophile parait-il), mais aussi de formation littérraire et philosophique. De surcroît, il a fait preuve d’un engagement sans faille contre la guerre en Irak, pour l’indépendance de l’Écosse, ainsi qu’en faveur de nouvelles formes d’organisations politico-économiques (qu’il serait vain de vouloir replacer dans notre binarité appauvrie gauche-droite)

Premièrement et c’est le plus important, la Culture n’existe pas. Elle est seulement réelle dans mon esprit et dans celui de ceux qui ont lu quelque chose à son sujet (Iain M. Banks in « A Few Notes on the Culture by Iain M. Banks »)


JPEG - 23.4 ko

Iain M. Banks, portrait (détails © photo - http://www.iain-banks.net).

La Culture, projection de l’Occident moderne ?

La Culture apparait donc comme une projection (le devenir ?) de l’Occident moderne, et plus particulièrement de notre civilisation européenne. Dans La Culture, même les intelligences artificielles –les robots et autres êtres mécaniques pensants- ont exactement le même statut que les humains et autres créatures organiques. Ce qui ne manque pas de choquer les autres civilisations, en général “robophobes”, surtout lorsqu’elles sont empreintes de préjugés religieux ou établies sur de rigides organisations sociales - ce qui est généralement le cas.
Bref La Culture peut tout tolérer…sauf l’intolérance.
Sûre de ses valeurs morales, du haut de ses 9000 ans d’existence et des ses 20 trillions d’êtres pensants, elle exerce son influence de manière passive, tranquille, et digère lentement toutes les civilisations alentour dans son grand ensemble pacifique.

Comme l’Europe d’aujourd’hui, La Culture est donc une sorte de « soft power » nébuleux, à l’irréfutable moralité apparente… et fatalement contrainte au cynisme. Ainsi, le service « Contact » est la branche diplomatique de La Culture, celle chargée “d’influencer” en douceur les civilisations dans le “bon” sens. Et lorsque des récalcitrants viennent mettre en péril le futur et la vie des ressortissants de cette chère Culture, c’est le service action « Circonstances Spéciales » qui prend le relais. Sous l’humour qui émaille de ces appellations, Iain M. Banks nous tend un miroir à peine déformant où nous nous contemplons sans fard.
Pour les meilleures raisons du monde, « Circonstances Spéciales », incarné par des humains (souvent des mercenaires venus de civilisations extérieures) ou par des drones (légèrement psychopathes), est capable de tout. Et plus particulièrement des manipulations les plus éhontées.

“Contact” et “Circonstances Spéciales”

C’est d’ailleurs ainsi que commence le cycle avec le roman « L’Homme des Jeux » (The layer of Game, 1988).
Jernau Morat Gurgeh, expert en jeu, homme blasé, accepte un nouveau défi proposé par « Contact » : participer aux tournois d’Azad, un jeu complexe, dans un lointain empire qui porte le même nom.
Azad, société de castes hyper-hierarchisées, cultive le sadisme et la ségrégation. Et -quel hasard- les positions sociales y sont déterminées par un jeu complexe, égalitaire et méritocratique, sorte d’équivalent azadien de certains concours administratifs, et tout aussi fallacieux.
Gurgeh, qui n’est donc pas là par hasard, se retrouvera, de tournois en tournois, propulsé jusqu’au sommet du pouvoir, mettant échec et mat l’empire d’Azad, piégé à son propre jeu dans un final apocalyptique.

« L’Usage des Armes » (Use of Weapons, 1990) continue sur la même voie, mais prend la forme d’un roman kaleïdoscopique où le héros, un mercenaire engagé par La Culture, est aussi une arme. Un objet de tous les coups bas, et traité comme tel par La Culture qui est pourtant son commanditaire…
Tant sur le fond, assez exceptionnel que par la forme qui permet plusieurs sens de lecture (regardez bien la numérotation des chapitres), ce roman est un réel tour de force franchement éblouissant.

Le troisième roman du Cycle « Une Forme de Guerre » (Consider Phlebas, 1987) enfonce le clou avec pour protagoniste central un personnage extérieur à La Culture et ennemi de celle-ci, ce qui nous offre un point de vue différent. Pour la première fois également, les mentaux, ces intelligences artificielles qui semblent être les dirigeants véritables de La Culture, font leur apparition en tant qu’acteurs de la narration.
Dans la guerre qui oppose La Culture aux Idirans, l’une de ces entités a échoué, blessé, sur une lointaine planète. C’est désormais la course pour la retrouver. D’un côté, les agents de La Culture et de l’autre, Gora Horza Gobuchul -un des derniers représentants de la race des métamorphes- au service des Idirans.
Sous couvert de contrebandes et autre rapines avec sa bande de soudards galactiques malchanceux et fauchés, Horza est un idéaliste. Peut être le dernier face à l’impérialisme moralisant de La Culture. Et c’est en toute connaissance de cause qu’il se met au service d’une théocratie guerrière, convaincu que la société idirane, aussi imparfaite soit-elle, est préférable à la perfection amorphe, a-historique et pour ainsi dire inorganique (en référence aux intelligences artificielles) de La Culture.
Son parcours sera parsemé de morts aussi violentes qu’inutiles, jusqu’à la morbide conclusion finale.
Galerie de personnages hauts en couleurs, catastrophes planétaires dantesques (l’épisode de l’atterrissage sur un anneau-monde au bord de l’auto-destruction est particulièrement cinématographique), mondes aux mœurs exotiques et toujours fatales, ce premier roman (par ordre d’écriture) est sans ambiguïté de la science-fiction, de celle qui capture non pas pour distraire, mais bien pour déranger…

Des mentaux et des hommes !

« Excession » (Excession, 1996) met presque uniquement en scène les mentaux de La Culture, incarnés dans des mondes artificiels ou des vaisseaux de combats, dont les capacités intellectuelles et physiques dépassent de très loin celles de leurs protégés, les humains. Leur but : devancer une civilisation belliqueuse jusqu’à la caricature, dans l’approche (et la capture) d’une “Excession”, une mystérieuse anomalie cosmique aux capacités défiant l’imagination…
Les mentaux se révèleront avoir des personnalités et des croyances contradictoires, jouant entre eux à un jeu dangereux, hors de portée des humains. D’aspect beaucoup plus complexe et artificiel, le lecteur peine parfois à pleinement intégrer le récit, dépassé qu’il est (lui aussi) par le mode de pensée des mentaux.

« Inversions » (Inversions, 1999), avant-dernier roman publié sous nos cieux, que l’on qualifiera presque de récit crypto-Culture par sa forme, suscite nettement moins l’intérêt. En effet, même si La Culture n’apparait pas directement dans l’intrigue, on devine aisément que les deux protagonistes en sont des agents.
Toute l’action se passe exclusivement sur un monde engagé dans une douloureuse transition entre ancien régime et « modernité » et l’ensemble ne dégage plus l’originalité des premiers ouvrages du cycle. La machine ne tourne pas à vide, mais presque...

Chronologiquement dans l’histoire de La Culture ,« Le Sens du Vent » (Look To Windward, 2001) fait suite à la guerre idirane qui a entraîné dans sa chute les alliés chelgriens. La Culture en a profité pour “imposer” à ce régime de caste un nouvel ordre égalitaire, qui a entraîné à son tour une guerre civile sanglante. L’heure de la réconciliation a sonné, mais l’envoyé chelgrien est aussi chargé d’une mission suicide, un dernier acte de rébellion pour l’honneur : détruire le mental de son monde d’accueil et avec lui ses milliards de résidents. Pendant ce temps, à l’intérieur d’étranges écosystèmes sphériques et gazeux, se trament des enjeux encore plus fondamentaux…

Il faudrait aussi ajouter à ce petit bilan de lecteur compulsif du “Cycle de la Culture” quelques textes fondamentaux publiés par des maisons de moins grande envergure, mais qui donnent toutes leurs lettres de noblesse au patient travail des passionnés du fandom (et de l’édition indépendante).
Tout d’abord le numéro un de la revue « Galaxies » de juin 1996 avec la nouvelle “Un Cadeau de la Culture” (A Gift from the Culture), l’article « Quelques Notes sur la Culture » (A Few Notes on the Culture) de Mister Banks himself (le texte original est disponible en Anglais sur le Net, ici) et la bibliographie de Stéphanie Nicot sur l’écrivain.
Puis « L’État des Arts » (The state of the art, 1991), texte de référence qui place un des personnages du roman « L’Usage des Armes » sur notre bonne vieille planète Terre pour un récit volontiers provocateur (et profondémenet explicite du travail de l’écrivain). Publié par les éditions DLM (collection Cyberdreams) dans une traduction de Sylvie Denis et Noé Gaillard, l’ouvrage est aujourd’hui épuisé (tout comme le Galaxies N°1) mais vaut un grand crochet impératif. Donc, tous à vos recherches de matériels d’occasion !

Iain M. Banks au Panthéon du genre

Ce court panorama ne permet pas de rendre compte de tous les détails qui font réellement la richesse et l’humour de La Culture, depuis les noms dont s’affublent les vaisseaux jusqu’à leur langage de type militaro-sms que Iain M. Banks s’amuse à “retranscrire” fidèlement.
Tout comme Ursula LeGuin avec “l’Ekumen”, “le Cycle de la Culture”, par sa focalisation sur les sociétés, lorgne souvent du coté de l’ethno-fiction, avec un humour distancié et un souci des détails qui s’accumulent de romans en romans.
À des millions d’années-lumière d’une SF naïve et infantile, l’exotisme et l’exaltation de la démesure propre au space-opera y sont traités de manière légèrement acide et fataliste.
La fresque proposée, malgré quelques sautes d’humeurs logiques, est d’ores et déjà au Panthéon du genre.

Bref, Iain M. Banks, l’Élève européen, a définitivement rejoint, ou dépassé, les Grands Maîtres américains des années 60.

SITE INTERNET

http://www.iain-banks.net (en Anglais)
La Culture en VO

Bibliographie du Cycle de la Culture


Les ouvrages sont proposés içi dans l’ordre de lecture du cycle -généralement admis. Il est à noter que ce classement (aléatoire forcément) ne correspond ni à l’ordre d’écriture originel ou d’édition hexagonal. M’enfin, chacun peut faire comme il veut, sachant que nous conseillons surtout de débuter par les trois premiers ouvrages de cette liste.

Auteur Iain M. Banks

Tome 1
Titre L’Homme des Jeux (The Player of Game, 1988)
Traduction : Hélène Collon
Première édition France : Robert Laffont, Ailleurs et Demain n°137 (mai1996, 2000 & 2005)
Éditeur : LGF - Livre de Poche (juin 1996)
Collection : Livre de poche SF
Numéro : 7185
Page : 478
ISBN : 2253071854
Prix : 6,50€

Tome 2
Titre : L’Usage des Armes (Use of Weapons, 1990)
Traduction : Hélène Collon
Première édition France : Robert Laffont, Ailleurs et Demain n°135 (1992 & 2005)
Préface : Gérard Klein
Éditeur : LGF - Livre de Poche (novembre 1996, 2001 & 2007)
Collection : Livre de poche SF
Numéro : 7189
Pages : 539
ISBN : 2253071897
Prix : 7,50€

Tome 3
Titre : Une Forme de Guerre (Consider Phlebas, 1987)
Traduction : Hélène Collon
Première édition France : Robert Laffont, Ailleurs et Demain n°141 (1993 & 2004)
Éditeur : LGF - Livre de Poche (juin 1997)
Collection : Livre de poche SF
Numéro : 7199
Page : 633
ISBN 2253071994
Prix : 7,50€

Tome 4
Titre Excession (Excession, 1996)
Traduction : Jérôme Martin
Première édition France : Robert Laffont, Ailleurs et Demain n°159 (1998)
Éditeur Poche : LGF - Livre de Poche (juin 2002 & 2007)
Collection Livre de Poche SF
Numéro : 7241
Pages : 640
ISBN 2253072419
Prix : 7,50€

Tome 5
Titre : Inversions (Inversions, 1999)
Traduction : Nathalie Serval
Première édition France : Fleuve Noir, Rendez-Vous Ailleurs n°1 (2002)
Éditeur Poche : LGF - Livre de Poche (octobre 2003)
Collection Livre de Poche SF
Numéro : 7257
Pages : 416
ISBN 2253066834
Prix : 7,50€

Tome 6
Titre Le Sens du Vent (Look to Windward, 2000)
Traduction : Bernard Sigaud
Première édition France : Robert Laffont, Ailleurs et Demain n°179 (2002)
Éditeur : LGF - Livre de Poche (mars 2006)
Collection Livre de Poche SF
Numéro : 7283
Pages : 512
ISBN : 2253113182
Prix : 8€

Tome 7 (mais on peut débattre de la chose)
Titre : L’État des Arts (The State of Art, 1991)
Traduction : Sylvie Denis & Noé Gaillard
Éditeur : DLM Éditions
Collection : Cyberdreams, la Collection
Numéro : 3
Pages : 128
ISBN : 2877950921
Prix : 75 F. épuisé

Tome 8
Titre : Matter
Éditeur : Robert Laffont
Collection : Ailleurs et Demain
- à paraître.

Autres textes du « Cycle de la Culture »
Titres : Un Cadeau de la Culture (A Gift from the Culture), Quelques Notes sur la Culture (A Few Notes on the Culture)
Traductions : Jean-Daniel Brèque, Hélène Collon
Bibliographie de Iain M. Banks : Stéphanie Nicot
Revue : Galaxies
Numéro : 1
Parution : 1er juin 1996
Couverture : Gilles Francescano
Pages : 126 (au total)
Prix : 60 F, épuisé

© photo Iain M. Banks : avec l’aimable autorisation de Orbit & http://www.iain-banks.net
© couvertures : avec l’aimable autorisation des éditeurs concernés.

Dossier réalisé par :
- Maître Sinh avec le soutien de Stéphane Pons


Maître Sinh
1er octobre 2008






JPEG - 18.3 ko



JPEG - 17.2 ko



JPEG - 16.9 ko



JPEG - 15.8 ko



JPEG - 22.7 ko



JPEG - 18.4 ko



JPEG - 16.3 ko



JPEG - 13.8 ko



JPEG - 12.5 ko



JPEG - 18.7 ko



JPEG - 18.6 ko



JPEG - 16.4 ko



JPEG - 21 ko



JPEG - 18.1 ko



JPEG - 12.3 ko
À paraître (couverture de l’édition anglaise).



JPEG - 18.3 ko
Iain M. Banks (© http://www.iain-banks.net).



WebAnalytics