YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Pascale Nubret : rencontre aux Utopiales de Nantes
Utopiales Nantes
2 novembre 2007

Les Utopiales de Nantes et les ateliers en direct Workshop Art Total sont l’occasion de découvrir des artistes aux univers très différents.
Illustration, sculpture, photo numérique pour un Imaginaire très vaste, débordant le champ affiché SF.



Le composting numérique situe le travail de Pascale Nubret entre photo et 3D. Un parcours étonnant inscrit dans la passion.

JPEG - 75.2 ko

« Hératica » , tableau paru dans Exposé II, portfolio d’œuvres numériques édité par Ballistic Publishing (Australie) en novembre 2004, parmi 250 artistes

Quelques questions pour en approcher l’originalité et l’éxigeance.

SF et Utopiales de Nantes ?

Je travaille à Paris dans le domaine de l’Art.
Les Utopiales et la SF, c’est une première pour moi, à la demande de Gilles Francescano (Président de l’Association Art&Fact). Plus que la SF, c’est l’Imaginaire et les multiples portes qu’il ouvre, notamment vers l’onirisme qui motivent mon travail.

Quelles sont tes références et inspirations ?

Les images que je compose sont des portraits qui renvoient à Jérôme Bosch, Arcimboldo, Magritte, Dali et le Surréalisme.
J’aime que les gens soient d’abord accrochés par l’impact de l’image puis qu’ils se perdent dans les détails qui l’emportent alors beaucoup plus loin. Qu’il soit happé par le rêve. Qu’il ne soit pas juste de passage pour un « zapping » rapide de l’ensemble des images.

Vieille école ou nouvelles technologies ?

Nouvelles technologies bien entendu.
J’ai découvert Photoshop quand je tenais un salon de coiffure. Je ne voulais pas afficher les classiques « posters Loréal ». J’ai commencé par prendre des photos de mes modèles, les faire retoucher par un ami et comme je suis perfectionniste (elle a même utilisé le mot maniaque...), j’ai voulu savoir le faire moi-même.
Ce fût une révélation et l’ouverture sur une passion : le travail de l’image, quelque chose de révolutionnaire s’ouvrait à moi.
Puis le passage à la 3D, l’appareil photo qui photographie les rêves. Un outil hybride qui permet de travailler entre peinture et photographie.

JPEG - 47.5 ko

L’ image Akissen a été prise pour la couverture de DIGITAL PRODUCTION de mars/avril, magazine allemand traitant du numérique.

Depuis combien de temps travailles-tu dans ce domaine ?

Il y a quinze ans, cétait le début d’une passion dévorante que je faisais en plus de mon travail. Avec la frustration de ne pas avoir le temps de faire tout ce que je souhaitais.
Depuis trois ans, je ne me consacre plus qu’à ce travail créatif. Un pari, un risque, un choix...

Combien de temps te prennent tes réalisations ?

En moyenne, il faut compter un mois. Une image plus simple me prendra 5 jours à une semaine.

Il y a une réalisation que tu préfères ?

Non, toutes mes images me plaisent. Je ne travaille pas sur commande, chaque nouvelle composition est donc choisie, souhaitée. J’ai même un souci, j’ai du mal à m’en séparer, pour les vendre.

JPEG - 68.2 ko

« Mystic »

Pascale Nubret expose et explique son travail aux Utopiales jusqu’au dimanche 4 novembre.

Nos remerciements à l’artiste pour sa disponibilité et le très intéressant moment passé en sa compagnie.


A visiter :
- le site de Pascale Nubret
- le site de l’Association Art&Fact



Fabrice Leduc
3 novembre 2007






WebAnalytics