Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Groom Lake (T2) Leur grand secret
Hervé Richez & Jean-Jacques Dzialowski
Bamboo (coll. Grand Angle)

Tiens, Groom Lake , un titre qui claque comme celui d’un comic book.
C’est chez Bamboo, ça doit être en collection Angle Comics. Et bien non, c’est de la BD bien de chez nous, signée Hervé Richez (excellent scénariste des séries « Sam Lawry » et Le Messager, toujours chez Bamboo) et Jean-Jacques Dzialowski.



J’ai loupé le T1 (La Psychanalyse de l’oubli), bloquant devant le dessin un peu lourd à l’encrage épais, devant ce style dépouillé sans grands reliefs... enfin, telles étaient mes réactions certes un peu rapides.
Mais mon libraire attentionné (merci Xav !) veillait sur moi (qui a dit ma carte bleue !!!) et m’a remarquablement exposé (comme toujours) les qualités de cette histoire en deux tomes pour la sortie de Leur grand secret.
« Quoââââh !* [email protected] !^ ! T’as pas lu Groom Lake  ! Mais t’es ouf total, Yo man ! Tu y jettes un œil attentionné tout de suite où je t’envoie deux Zippoz dans ton slip ! »
Oui, la menace était lourde de sous-entendus douloureux... je m’éxécutais donc immédiatement et payais mon impôt Critic... Groom Lake m’avait séduit !

Qu’en déduire ?

- Un : qu’il est mieux d’avoir un libraire spécialisé dans ses connaissances plutôt qu’un employé qui range des BD comme de la boîte de thon dans un hyper-espace de consommation.
- Deux : attention aux impressions vite faites. Devant l’avalanche de boîtes de thon que les éditeurs nous produisent, on a souvent la tentation du regard expéditif et blasé (et pan dans mes dents :-)). Pas besoin d’ouvre-boîtes ni de caddy pour une BD digne de ce nom, mais plutôt de prendre le temps de la découverte (moment des plus appréciables !)
- Trois : Groom Lake n’est pas une boîte de thon, mais une bonne BD. Il me reste à vous le prouver.

Groom Lake

Alors, Groom Lake ?
C’est le lieu moteur de toute l’histoire. Centre de recherches de l’armée américaine, il se cache dans le désert du Névada, dans la fameuse Zone 51. Les Américains y entretiennent la légende du crash d’un vaisseau extra-terrestre, ce qui leur permet d’avoir la paix sur des expérimentations d’un tout autre genre. Ils ont en fait découvert le moyen de faire revenir les âmes, oui, le secret de la réincarnation.
Ce sont des enfants de douze ans qui leur servent de cobayes, leurs corps accueillant les âmes récupérées.
Quand l’un d’eux s’échappe, c’est en fait Samuel Wilson, plus connu sous le pseudonyme de Birdy à la CIA, qui fait la nique aux services spéciaux. Près de trente ans après sa mort en mission en Iran, il veut expliquer à son fils les raisons d’un « abandon » un soir de Noël 1979.
Des deux bords, tout va très vite. L’un doit vaincre par-delà les paradoxes pour gagner un pardon, les autres cherchent pas tous les moyens à imposer le secret pour conserver les profits de cette exceptionnelle découverte.
Le thriller s’emballe, il passe des révélations surprenantes aux petits secrets humains, louvoie entre mortelles rencontres et miracles apaisants.

Un thriller très réussi

Allez, j’avoue, je ne suis pas encore totalement séduit par l’esthétique du dessin de Dzialowski (trait jeté, encrage épais, décors succints). Mais les qualités qu’il décline sur l’excellente histoire de Richez rendent le bilan très positif. Le duo scénariste/dessinateur fonctionne et c’est bien là ce qu’on demande à une bande dessinée.
Le dessinateur réussit de très belles planches (celles des retrouvailles finales sont splendides, avec une très bonne mise en couleur), donne une vraie impulsion par son découpage, profitant du grand format pour dynamiter certaines pages, multiplier les formats de cases, varier le rythme de lecture selon les scènes proposées. Il y a du talent, de l’envie, beaucoup de dynamisme, à l’image (on y revient) des comics américains. On comprend qu’il y a un vrai devenir et on aspire aisément à le retrouver, toujours en progression, sur une autre bonne histoire.

Sous une très jolie couverture, l’intelligence du scénario est tout au service de l’action, l’album s’inscrivant totalement dans sa collection, celle de Grand Angle, “la BD comme au cinéma”.
Groom Lake est un thriller très réussi dont on espère qu’il nous réserve d’autres développements.


Leur grand secret
- Série : Groom Lake (T2)
- Scénario : Hervé Richez
- Dessin : Jean-Jacques Dzialowski
- Couleurs : Cyril Saint Blancat
- Éditeur : Bamboo
- Collection : Grand Angle
- Pagination : 48 pages couleur
- Parution : 25 avril 2007
- ISBN : 978-2-35078-250-8
- Prix public : 12,90 €


Illustrations : © Bamboo (2007),Hervé Richez & Jean-Jacques Dzialowski.




Fabrice Leduc
27 juin 2007




JPEG - 21 ko
La très jolie couverture de « Groom Lake (T2) Leur grand secret »



JPEG - 11.9 ko
Une mission secrète américaine en Iran qui tourne à la catastrophe...



JPEG - 8.5 ko
... où Samuel Wilson, alias Birdy pour la CIA, laissera la vie.



JPEG - 6.7 ko
Près de trente ans plus tard, dans le corps d’un enfant de douze ans, Samuel Wilson retrouve l’opportunité de s’expliquer près de son fils.



JPEG - 17.2 ko
Groom Lake (T1) La Psychanalyse de l’oubli



JPEG - 36.6 ko
Dans la salle d’attente d’un psychanalyste, un enfant de douze ans attend pour rencontrer son... fils !



Chargement...
WebAnalytics