YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Aux confins des littératures de genre
Le Seigneur des Glaces et de la Solitude de George Chesbro
Délices & Daubes n° 58


Quel scandale ! Je ne vous ai pas encore parlé de George Chesbro. Honte sur moi ! Mais j’ai une excuse : je n’en ai pas lu depuis plus de 58 semaines. Là, présentement, j’achète Le Seigneur des Glaces et de la Solitude, Rivages/Noir, 2007, 363 pages, qui vient de sortir. C’est la dernière parue des aventures de Robert Frederickson.

Ce héros atypique est un nain, avec un QI de 140, ancien acrobate de cirque connu sous le nom de Mongo le Magnifique, ceinture noire de karaté et de bien d’autres techniques de combat, ancien professeur de criminologie à l’université et aujourd’hui à la tête d’une agence de détectives privés, associé à son frère Garth, un ex-flic d’1m90. Ces deux-là s’adorent. Le début des aventures de Mongo commencent en 1979 avec L’Ombre d’un Homme Brisé.

Malgré le succès mérité de cette série, j’apprends que ce dernier opus, écrit en 2003, n’a toujours pas trouvé d’éditeur aux Etats-Unis. Il paraît donc en primeur en français. Bravo à François Guérif, dir coll chez Rivages.

Même si le héros est détective privé on est très loin du polar classique. Il y a bien d’horribles criminels pourchassés par Mongo et son frère, en général au péril de leurs vies. Mais, dans les romans de Chesbro, on est toujours au bord du fantastique et de la SF, avec des animaux extraordinaires génétiquement modifiés, des drogues qui modifient durablement le psychisme et la physiologie des humains, des manipulations et des complots à l’échelle mondiale, qui mettent en péril l’avenir de l’humanité. Dans ce bouquin on retrouve tout ça et même plus.

Parti récupérer et ramener à son père un jeune homme déséquilibré, Mongo découvre en Alaska des cavernes extraordinaires, vraiment extraordinaires (tellement que je ne vous en dirais pas plus). Mais ce jeune Marc fait partie d’une secte et son sauvetage va être utilisé pour fabriquer une nouvelle religion. Il devient, non pas un nouveau messie, mais carrément un dieu, qui prophétise et fait des miracles. Grâce à la télé il va faire des adeptes dans le monde entier.

En fait, c’est encore plus compliqué. Une association secrète de gens puissants, convaincue par une théorie mathématique qui prévoit la fin prochaine de l’humanité, a organisé toute l’affaire. Et Mongo fait partie de leurs plans. Inutile de dire qu’il n’apprécie pas du tout d’être manipulé et pris pour un saint ou pour l’Antéchrist.

Chesbro va très loin dans son discours, persuadé comme Mongo (et comme moi aussi d’ailleurs) que les religions sont à la base des guerres et des horreurs commises par les hommes. Peut-être ne faut-il pas chercher plus loin sa non publication au pays des mormons, des adventistes et autres évangélistes des derniers jours et de divers acabits ? Au passage, il n’épargne pas non plus les politiques de son pays et leur aveuglement au nom de Dieu.

La dernière phrase de ce roman de SF apocalyptique (« C’est ainsi que ça commence ») est tout sauf optimiste.

Pour suivre cette histoire, qui pourrait être la dernière, il vaut mieux avoir lu les aventures précédentes de Mongo et, si vous ne devez en lire qu’une, lisez Les Bêtes du Walhalla. Mais elles sont toutes (une douzaine ?) passionnantes et faciles à lire, comme des polars, bien que ce n’en soit pas vraiment.

Et pour en savoir plus sur George, cliquez


Henri Bademoude
16 juin 2007






JPEG - 10.6 ko



JPEG - 16.3 ko



JPEG - 17 ko



WebAnalytics