YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Memory Park
Fabrice Colin
Mango, collection Autres Mondes, roman, science-fiction, jeunesse, 240 pages, 9€

Pavel est un jeune rescapé de l’épuration ethnique de 2019 ayant eu lieu en Polvadie. Un matin, il est sauvé d’un lavage de cerveau express par sa gouvernante. Celle-ci va lui révéler les prémisses d’une vérité cachée par le Memory Park, ce monument élevé par le président polvade normalement en l’honneur du souvenir et qui va se révéler être la première pierre de l’édifice de l’oubli.

Pavel va se retrouver face à la mise en lumière de secrets effroyables...




Fabrice Colin est un auteur à part. Sa bibliographie est des plus hétéroclites mais ce qui en ressort toujours, c’est la qualité.
Dans la collection “Autres Mondes” de chez Mango, il explore des voies sans cesse différentes. Ici, il aborde la notion de l’oubli de l’Histoire au nom de la tranquillité d’esprits des gens. Il explore aussi les questions de génocide d’Etat et de l’absurdité de la haine lors de guerres civiles.
Mais il se concentre surtout sur la question fondamentale : que devrons retenir nos générations futures des horreurs passées de nos aïeux ? Doivent-ils s’en souvenir pour peut-être s’en servir afin de ne plus réitérer ces horreurs ? Ou bien tout oublier ?

Dans sa Polvadie fictive, mais aux airs franchement ex-Yougoslaves, il va jusqu’à faire utiliser par le gouvernement un symbole de la mémoire comme outil de propagande de l’oubli.
Mais sommes-nous vraiment étonnés vu les manipulations d’images dont sont capables nos autorités ? Se pose donc la question de ce que nous pouvons accepter. Nous avons acquis un certain esprit critique mais sommes-nous finalement vraiment à l’abri des trafics de l’info ?

Le message de ce roman est donc très lourd et complexe. Et pour exposer sa démonstration, Colin n’a pas vraiment choisi la simplicité pour son pauvre lecteur. Dès le départ, nous sommes dans la peau de Pavel qui oscille entre oubli partiel et mémoire tronçonnée.
On se retrouve aussi mal à l’aise que le garçon pendant une bonne partie du roman. On en est même à se demander ce qui se passe exactement. Le flou artistique est maintenu assez longtemps puis se disperse peu à peu, révélant des pans de la vérité, et lâchant enfin un véritable Tsunami au final. Intéressant mais véritablement épuisant.

Alors dire que « Memory Park » est un excellent livre, oui. En revanche, il demande une telle attention du lecteur qu’il risque de repousser nombre de candidats. Colin a voulu aller loin, peut-être un peu trop pour de la littérature adolescente.
Reste un message fort qu’il faudra expliciter et accompagner après la lecture.

Titre : Memory Park
Auteur : Fabrice Colin
Couverture : Benjamin Carré
Éditeur : Mango
Collection : Autres Mondes
Directeur de collection : Denis Guiot
Site Internet de l’auteur : http://dreamericana.free.fr
Site Internet de l’éditeur : Mango.com
Site Internet du livre : Noosfere - Autres Mondes
Pages : 240
Dépôt légal : février 2007
Format : 12,8x20,1 cm
ISBN : 2740421818
EAN : 978-2740421819
Prix : 9€


Michael Espinosa
3 avril 2007






JPEG - 40.3 ko



WebAnalytics