Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Formiciens (Les)
Raymond de Rienzi (Pierre Gévart, Jean-Luc Blary)
Eons Fantasy, roman (France) + 2 nouvelles (autres auteurs), réédition, 226 pages, janvier 2007, 15,70€

Hind est une fourmi de la race des nomades, adoptée par une tribu étrangère mais accueillante. Enfin, jusqu’au jour où les mères de la fourmilière décident qu’elles non plus besoin des mâles pour assurer la sauvegarde et la subsistance de leur cité. Les neutres, plus dociles et maléables, suffiront bien !
Mais Hind est un petit malin qui sent arriver la tempête et réussit à échapper au massacre. Il va parcourir les forêts et les plaines de l’ère secondaire, parvenant à fonder une civilisation invicible !
Un grand roman de l’aube de la SF hexagonale (1932) où comment on pouvait lire de beaux récits made in France au temps où c’était juste de la littérature.




La préface de Jean-Pierre Fontana est totalement claire et explicite, « Les Formiciens » du Français Raymond de Rienzi est en tout point un roman remarquable.
Candidat imprévu au prix Goncourt, il obtint même le vote de J.H. Rosny aîné que l’on accusera ensuite par sa défection d’avoir « volé » la récompense au « Voyage au bout de la Nuit » de L.F. Céline.

Après les éditions Néo qui sous les amicaux conseils de Jean-Pierre Fontana avait enfin réédité ce texte en 1984, il a fallu attendre vingt-trois ans pour retrouver ce petit bijou de l’imaginaire disponible. Fin de la petite histoire littéraire et grâces en soient rendues à (encore !) Jean-Pierre Fontana (toujours sur le coup !) et au beau travail d’éditeur d’Eons, petite structure remplie de grandes et bonnes idées (le texte est aussi téléchargeable au format « internet » pour une somme beaucoup plus modique).

Je ne sais si l’appellation « fantasy » est forcément significative, car ici, point de magiciens ou de miracles. De l’imagination, de l’aventure, un sens profond de l’épique, oui !
En fait, seule la notion de « quête », omniprésente, crée un lien avec les grandes thématiques de la fantasy contemporaine.
Pour le reste, « Les Formiciens » travaille à l’extrapolation du réel avec un brio et une concision qui renvoie Bernard Werber, écrivain sympathique au demeurant lorsqu’il s’intéresse aux fourmis, à ses chères études.

L’odyssée de Hind est en tout point un grand moment de lecture pour un roman que l’on dévorera en deux ou trois jours maximum. L’histoire et la vie de cette fourmi (mâle) se déroulent à l’ère secondaire, mais le paysage n’est pas obscurci par les dinosaures car -presque- tout se passe au raz du sol ou sous terre. Là où les fourmis vivent, entreprennent, rêvent et meurent. Arrivant à créer un monde et une multitude de civilisations crédibles, Raymond de Rienzi nous entraîne dans une suite d’incessantes découvertes, dans un festival de combats et d’aventures toutes plus passionnantes les unes que les autres.
Cependant, le romancier n’exagère pas l’anthropomorphisme de ses petites bêtes, respectant les canons scientifiques de son époque. Il se contente d’imaginer.
Et si les fourmis avaient été intelligentes et avaient connu leur heure de gloire avant les hommes, tel est le postulat du roman. Et ça fonctionne !
Stylistiquement, Raymond de Rienzi écrit encore sous l’influence des auteurs du 19e (mots recherchés, phrases travaillées) mais ne perd jamais le fil de son histoire et vise en permanence la simplicité de la narration. Alerte, enlevé, le roman engendre une euphorie bienvenue.

On devient une fourmi, on explore un monde inconnu, partant à l’assaut de contrées inexplorées avec pour seules forces le nombre et l’intelligence que l’auteur prête à ces insectes.

Deux nouvelles de Pierre Gévart (« Le Troupeau ») et de Jean-Luc Blary (« Le Destin des Saures ») concluent agréablement un recueil que les bibliothécaires, libraires et lecteurs doivent absolument se procurer.

Ah que la SF française était belle et intelligente quand personne ne savait qu’elle faisait de la SF !

Titre : Les Formiciens (France, 1932)
Auteur : Raymond de Rienzi
Nouvelles : “Le Troupeau” de Pierre Gévart (inédit) et “Le Destin des Saures” de Jean-Luc Blary (inédit)
Préface : Jean-Pierre Fontana
Couverture : illustration de Yoz
Éditeur : Eons
Collection : Eons Fantasy
Dirigée par : Paul Alary
Format (en cm) : 20 x 2 x 13 (broché)
Pages : 226
Dépôt légal : 25 janvier 2007
EAN : 9-782754-403283
ISBN : 978-2-7544-0328-3
Prix : 15,70€

JPEG - 9.2 ko
Extrait de la page de téléchargement du site Eons

Téléchargements :
- Format numérique Adobe (ISBN 978-2-7544-0326-9) : 4,40€
- Format numérique Mobipocket à paraître (ISBN 978-2-7544-0327-6) : 4,40€Œ


Stéphane Pons
23 février 2007


JPEG - 11.6 ko



WebAnalytics