YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Violent Cases
Neil Gaiman & Dave McKean
Le diable vauvert


Entre les récits de cet homme et les yeux du petit garçon, l’image se teinte d’une jolie nuance bleue et de la présence d’hommes à chapeaux... Si l’histoire s’avère peu intéressante en soi, elle va prendre de la dimension par le travail de Dave McKean et l’atmosphère de conte de fées qui brille dans les pupilles de l’enfant.

Mais reprenons ! Neil Gaiman, enfant, subit un traumatisme important au bras à cause de son père, quasi géant amateur de chair humaine, qui sait en parallèle être aussi un refuge. L’homme, qui jouit d’un charisme évident sur l’enfant, l’emmène voir un monsieur un peu étrange dont le visage s’est effacé avec le temps, et qui prend, tour à tour, plusieurs aspects au cours de l’histoire. Et cet ostéopathe, en même temps qu’il lui soigne son bras, lui conte quelques épisodes de la prohibition comme ces milliers de fleurs qu’Al Capone envoya à ses différentes victimes pour leurs enterrements.

Le contexte est suffisamment établi.
Pas ici de comic book à grands renforts de super pouvoirs, mais plutôt une histoire qui aurait pu arriver à n’importe qui, et qui a pris à travers les mots de Neil Gaiman un aspect très fantastique.

Rajoutez donc à cette simple nouvelle un dessin totalement atypique, déphasé, bleu, spectaculaire. Du dessin ? Pas seulement. Des touches de photographies également, de la peinture, des petits bouts de cartes, voire de films. Et l’ensemble, mélangé, trituré, déformé, est ré-imaginé dans une mise en page extraordinaire, où chaque pièce du puzzle obtient une place fondamentale et indispensable.

Absolument chaque page de cette bande dessinée, ou plutôt oeuvre d’art, mériterait d’être étudiée pendant des heures. Ne vous fiez pas à la couverture, même si elle est représentative du travail de Dave McKean, mais ouvrez plutôt le livre, feuilletez l’ensemble, et laissez vous porter par ces nuances de bleus si douces et dures, ces quelques rouges et surtout le noir et blanc, pour mieux replonger dans ce talentueux dessin.

L’ensemble a d’ailleurs été d’abord publié en noir et blanc, puis, après de nombreux prix et à l’occasion d’une parution américaine, s’est montré enfin sous son plus beau visage.

Vous l’aurez compris, je suis amoureuse de cette bande dessinée. Je suis également sous le charme du travail de Neil Gaiman sous toutes ses formes, et de nombreuses réalisations de Dave McKean m’ont enchantées. Mais, malgré ce profond respect, je peux vous assurer que cette bande dessinée est à connaître, à acheter, à offrir, à partager inlassablement. C’est une oeuvre d’art adulte qui mérite tout le bien qu’on a pu en dire. Excusez du peu.


Violent Cases
- Scénario : Neil Gaiman
- Dessin et couleur : Dave McKean
- Traduction : Michel Pagel
- Editeur : Au diable vauvert
- Collection : BD
- Langue : Français
- Album : 48 pages
- Dépôt légal : 25 mai 2006
- ISBN : 2846261075
- Prix : 17,50 €


Droits photos et illustrations : Au diable vauvert, Neil Gaiman et Dave McKean (2006)


Aphrael
26 décembre 2006






GIF - 26.6 ko
Dans les souvenirs de Neil Gaiman...



JPEG - 84.8 ko
quels sont vraiments les traits...



JPEG - 84.9 ko
...du visage du médecin ?



WebAnalytics