YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Thorgal (T29) Le Sacrifice
Rosinski & Van Hamme
Le Lombard

Une collaboration de trente ans s’achève avec ce vingt-neuvième album de la série Thorgal : Jean Van Hamme signe là son dernier scénario consacré au fils des étoiles élevé au Northland et forgé sur l’enclume des dieux. Mais Thorgal et les siens n’en continueront pas moins à nous enchanter dans des albums à venir, car Yves Sente reprend la main, tandis que Grzegorz Rosinski, plus motivé que jamais, affûte ses pinceaux.



Un sacrifice au parfum d’au revoir

Au premier abord, ce nouvel opus déconcerte : le dessin n’est plus encré mais en couleurs directes. Si les paysages y prennent un aspect plus impressionniste, les visages des personnages, en revanche, en sont quelque peu alourdis, épaissis. J’avoue que je préférais l’ancienne façon, mais Rosinski choie deux ambitions : constamment se remettre en cause afin de s’améliorer, explorer d’autres voies... et éduquer le public, lui former le goût, l’aider à accepter cette évolution de la bande dessinée vers le « roman graphique ».

Revenons au scénario. Les premières planches nous montrent un Thorgal à l’agonie, rongé par le poison, tandis que son épouse Aaricia est plongée dans le désarroi. Solliciter l’aide d’un seigneur dénué de toute charité, quand on a l’aspect d’une miséreuse et qu’on est accompagnée d’enfants malades, n’est pas forcément ce qu’il y a de plus malin. Après toutes les aventures vécues, à croiser des nobles tous plus corrompus les uns que les autres, on aurait pu penser que la princesse viking aurait perdu un peu de sa naïveté. Mais non, elle implore une caricature de sale type égoïste et revanchard, récolte paroles blessantes et coup de pied...

JPEG - 34.1 ko
Aaricia ne sait plus où mendier secours.

À présent, Jolan est un bel adolescent. Forcément, ça ne lui plaît pas, de voir sa maman rudoyée. Il laisse donc libre cours à ses pouvoirs, pour donner une bonne leçon au goujat, qui s’en va tester la profondeur de ses propres douves. Ni une ni deux, l’hypothèse du pont pourri n’est même pas émise, Aaricia se fait traiter de sorcière avec menace de bûcher... ça commence bien !

JPEG - 38.3 ko
Jolan refuse qu’on humilie sa mère.

Oui mais voilà : quand elle était petite, elle avait aidé Vigrid, un obscur dieu d’Asgard (voir T14, « Aaricia ») et celui-ci se décide enfin à lui manifester sa gratitude. Comme quoi, les dieux perdent un peu la notion du temps mortel, eux qui ont toute l’éternité devant eux ! Peut-être aussi que si Aaricia avait pensé à le prier plus tôt... À croire qu’elle avait oublié, des années durant, ses origines viking.

C’est tout de même bien agréable de retrouver les éléments de mythologie germano-scandinave qui faisaient tout le charme des premiers albums. Les larmes de Tjahzi, deux perles montées en pendentif, sont passées au cou de Thorgal et lui rendent ses forces pour deux jours. Souvenez-vous : Tjahzi était ce nain en quête du métal qui n’existe pas, croisé dans le T7 (« L’Enfant des Étoiles »), celui des jeunes années de notre héros. Les amitiés d’enfance se révèlent décidément salvatrices, dans cette aventure !

Et ce n’est pas fini : voici que Thorgal et Jolan se retrouvent entraînés, par la faute d’Odin, devant la gardienne des clefs. Encore une vieille connaissance ! Elle se présente en triple exemplaire et il faut retrouver la bonne, les deux autres étant des monstres à la solde du maître d’Asgard. Thorgal, se souvenant de la ceinture d’immortalité que porte la véritable gardienne, les départage à coup de flèches. Mais il aurait pu se souvenir du troisième album : « Les 3 vieillards du Pays d’Aran ». Si la bonne clef était celle de plomb, la bonne gardienne ne pouvait être autre que celle assise dans l’anneau de même métal. Or et argent sont toujours de mauvais aloi, avec elle.

JPEG - 35.6 ko
Face à la gardienne des clefs.

Et l’on passe, très vite, d’un monde à l’autre. Nuées, roches rouges en suspension, neige et mur d’illusion, campagne éclairée par deux soleils, arbre magicien et enfin l’Entremonde, où vit le dénommé Manthor, un demi-dieu jadis exilé par Odin - qui a décidément bien mauvais caractère.

Tandis que Manthor - dont l’aspect évoque à la fois l’homme au masque de fer et Docteur Fatalis - sauve Thorgal en le débarrassant du poison qui le ronge, tandis que Jolan a payé cette bienveillance en acceptant de quitter bientôt sa famille pour venir étudier auprès de son futur... mentor (rien qu’au nom, on l’avait deviné), Aaricia, Louve et le petit Aniel - fils de Thorgal et de la défunte Kriss de Valnor - sont retournés s’installer dans le village viking où tout avait commencé. Cela ne plaît pas à tout le monde mais le retour de Thorgal permettra à celui-ci de clouer le bec des mégères, de passer devant le Thing afin de plaider sa cause, de gagner son pardon pour les crimes commis quand il se croyait Shaïgan-sans-merci, et d’obtenir le droit de s’installer de nouveau parmi les vikings du nord car, de son propre aveu, il ambitionne d’élever ses enfants dans le respect de leurs traditions. Là, on croit rêver ! N’a-t-il pas abondamment remis en cause et critiqué ces fameuses traditions, tout au long des albums précédents ? Mais bon, c’est sûr qu’à force de voir le monde, on prend conscience qu’ailleurs ça n’est pas mieux, voire pire, et puis la nostalgie jouant...

JPEG - 42.1 ko
Thorgal, la poison et le poids des ans s’unissent contre lui.

Tout s’achèvera sur le sacrifice qui donne son sens au titre de l’album : celui de Jolan qui tient parole en quittant les siens sans un mot pour rejoindre Manthor. Thorgal, qui s’est rendu compte du départ de son fils, parvient tout de même à lui glisser quelques mots d’adieu et d’encouragement. Le témoin est passé : les prochaines aventures auront très certainement Jolan pour héros principal et nous dépeindront probablement tout ce qu’il aura à endurer afin d’acquérir une pleine et entière maîtrise de ses pouvoirs.

En conclusion : un scénario qui boucle effectivement un cycle, même si cela va parfois trop vite, même si les ellipses abondent alors que nous étions habitués à vivre les choses plus en détail, et surtout un dessin très différent qui souligne dramatiquement combien les années ont passé. Ainsi représenté, Thorgal paraît beaucoup plus vieux, plus accablé de fatigue. D’ailleurs, quand il repart de l’Entremonde, ses tempes ont blanchi.

On peut déplorer quelques facilités dans le scénario, comme le recours, page 40, à l’énigme classique des deux portes menant l’une au néant, l’autre à la sortie, et gardées chacune par un gardien dont l’un dit toujours la vérité, et l’autre ment toujours. Van Hamme s’en sort en ne donnant pas la solution, mais il est étrange que Thorgal paraisse dérouté par l’énigme, résolue par Jolan, alors que lui-même en avait résolu des équivalentes quand il était plus jeune.

Un album qui n’a ni la force, ni le mystère d’opus plus anciens (je pense notamment à l’inégalé « Alinoë ») mais qui demeure indispensable car il représente la charnière entre deux cycles : celui qui s’achève et celui qui s’amorce.

Changement de style graphique déjà réalisé, changement de scénariste annoncé... on ne peut s’empêcher d’attendre impatiemment la suite, ne serait-ce que par curiosité.


Le Sacrifice (T29)
- Série : Thorgal
- Scénario : Jean Van Hamme
- Dessin/couleur : Grzegorz Rosinski
- Editeur : Le Lombard
- Pages : 48 (couleur)
- Dépôt légal : Août 2006
- ISBN : 2803621983
- Prix public : 9,80 €


À lire sur la Yozone

- Thorgal (T28) Kriss de Valnor
- Seven 7 : BD et Cinéma en DVD (Thorgal, un livre et un DVD, pour découvrir notamment les très beaux crayonnés illustrant cet article sous la patte agile de Rosinski)
- Expo Thorgal à Lausanne


Critique réalisée par Nathalie Dau
Montage et infos par Fabrice Leduc

Droits photos et illustrations : Éditions Le Lombard, Jean Van Hamme et Grzegorz Rosinski (2006).

Site Internet d’Achat proposé : Amazon - « Thorgal (T29) Le Sacrifice " cf. lien col. de gauche.


Fabrice Leduc
Nathalie Dau
10 décembre 2006






JPEG - 19.9 ko
L’heure du Sacrifice est venue...



JPEG - 15.5 ko
Aaricia, superbe sous les crayons de Rosinski.



JPEG - 15.7 ko
Louve



JPEG - 13.7 ko
Jolan, le héros de demain...



JPEG - 14.6 ko
Thorgal (T7) L’Enfant des Étoiles



JPEG - 17.3 ko
Thorgal (T3) Les 3 vieillards du Pays d’Aran



JPEG - 14.1 ko
Kriss de Valnor, elle aussi « croquée » par Rosinski.



JPEG - 24.8 ko
Le Sacrifice : édition spéciale reprenant chacune des planches de Rosinski en vis-à-vis de la page de scénario de Van Hamme.



JPEG - 21.5 ko
Thorgal (T8) Alinoë



JPEG - 10.4 ko
Manthor, un personnage fort pour la série qu’animeront Yves Sente et Grzegorz Rosinski



WebAnalytics