YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Le compte rendu d’Hervé Thiellement
24-27 août 2006
33ème Convention SFF

Bon alors, la convention de la SFFFF - ne pas confondre avec pffff ! Quoique...- est une réunion de famille où jeunes et vieux se tapent sur leurs ventres arrondis par la bière qui coule à flots, et que l’on paye en une étrange monnaie dénommée GR, pour Géante Rouge le zine de l’organisateur.



Il y a des débats, animés par souvent les mêmes, il y a quelques vedettes bien connues de leur famille (telle que définie plus haut), et des stands de bouquinistes-libraires qui vendent bien, eux, pas comme les auteurs obscurs qui occupent des coins de table. Ceux-là s’ennuient, grave, en tout cas la plupart. Enfin, j’en fais l’hypothèse en analysant ma situation. Sans doute ne sont-ils pas assez connus de cette famille ?

JPEG - 53.1 ko
Des stands de bouquinistes

Jour 1.

Il pleut, beaucoup, au point de mouiller le manger. Celui-ci est froid et charcutier mais riche en desserts. Débats en matinée et en après-midi. Et une dictée avec plein de termes SF. J’ai fait des fautes à Kwisatz Haderach et à d’autres mots du même acabit. Le dîner est chaud, servi à la louche sortie d’énormes marmites où bouillonnent des trucs. Les repas du lendemain et du surlendemain seront les mêmes, pas bons mais pas chers et arrosés d’un petit bordeaux qui se laisse boire. Le soir un vieux film aux images récupérées de 1924, The Lost Word d’après Conan Doyle, avec brontosaures, ptérodactyles, hommes-singes, jeune femme aux grands yeux pleins d’effroi, anglais en saharienne et casque colonial, brave nègre, etc...Très drôle et commenté par la foule en délire. Belle ambiance.

JPEG - 62.1 ko
Repas : la part des Lyonnes de la SF


Jour 2

Le climat est changeant, soleil et pluie. Journée plus difficile. Mauvais élève grincheux, je sèche les débats. Je m’ennuie derrière ma table. Quelques personnes -de sexe féminin, tiens ? C’est bizarre !- m’aident à passer la journée. Le clou du jour est une visite dans les mines de charbon (Quoi ? Ben si ! Vous avez bien lu ! On est dans le ch’nord chez les ch’timis et leurs corons, Zola Germinal, toussa...) Tous s’y rendent, sauf quelques paresseux comme moi. La salle est calme et tranquille, propice à l’écriture et à la remontée de moral. Et à la réflexion genre : que fais-je à Bellaing à boire des bières et à m’ennuyer d’importance alors que je pourrais être tranquille chez moi à boire du bourbon et à écrire ? En plus, mais vous vous en doutiez, je n’ai pas vendu un seul ouvrage. Le soir on joue au jeu des menteurs, un truc pour initiés, c’est-à-dire membres de la famille depuis plus longtemps que moi, où il faut deviner de qui sont des affirmations vraies et fausses. Double-menteurs sont les gens dont on parle (sans connaissance a priori, aucun espoir !). Et devinez qui figurait parmi ces cinq ? Ma collègue yozonneuse Ketty Steward, Alain le Bussy et l’organisateur P.Gevart, promu meilleur menteur de la convention. On boit des bières (pour changer) et on se perd en voiture avant d’aller se coucher. Quelle vie trépidante !

JPEG - 48.8 ko
Le jeu des menteurs
© Sylvie Lainé


Jour 3

Il pleut. On s’ennuie, on bavasse avec les unes et les autres. On assiste à une conf-pochade assez drôle de Xavier Mauméjean sur les robots. Le soir c’est remise des prix (voir ailleurs), dîner de gala (quiche lorraine et jambon à la moutarde) et vente aux enchères de ce que les participants ont donné à l’Association Infini. Rigolo comme exercice, qui s’achève par la mise aux enchères du droit de faire un trou dans une table ! Concept intéressant.

JPEG - 47.1 ko


Jour 4

Il ne pleut pas ! Que se passe-t-il ? Fin de la convention et ouverture au public (au moins dix personnes) ! Devant cette affluence, la plupart dont je suis prennent peur et rentrent chez eux, qui en auto, qui en train, pour réfléchir à cet événement. Des gens animés par la même passion se retrouvent et parlent beaucoup, surtout les bavards, avant de retrouver leur boulot de prof de français, d’informaticien, ou leur retraite tranquille loin du bruit et de la fureur. Mais, au bout du compte, cette manifestation ressemble étrangement à un congrès scientifique où on va pour boire des coups avec des copains plus que pour les conférences auxquelles on assiste d’une oreille distraite. Elle était sympa cette réunion de famille, même si il pleut beaucoup sur les terrils.

Hervé Thiellement, envoyé spécial de la Yozone dans l’extrême septentrion.

Le dossier Yozone consacré à la convention SFF 2006


Ketty Steward
Hervé Thiellement
29 août 2006






JPEG - 21.2 ko
L’affiche



GIF - 221 octets



JPEG - 19.5 ko
The Lost World



GIF - 221 octets



GIF - 221 octets



GIF - 221 octets



GIF - 221 octets



JPEG - 42.6 ko
Le bar -© G. Bormand



WebAnalytics