Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Heart Gear (T1)
Tsuyoshi Takaki
Ki-oon

Il y a plus de deux siècles, la troisième guerre mondiale a éradiqué l’humanité de la planète Terre. A la fin du conflit, seuls quelques vestiges de civilisation subsistent encore. La terre n’est plus peuplée que de machines (ou presque) livrées à elles-mêmes. La jeune Roue est élevée par Zett, un robot pacifique, véritable papa de substitution qui la couve de toutes ses attentions. Un jour, en partant effectuer sa mission quotidienne d’exploration, elle découvre une énorme machine, de type vaisseau spatial, dans une vieil entrepôt désaffecté. En la touchant, elle la déverrouille sans faire exprès. Un robot expérimental de cinquième génération en sort, répondant au nom de code de Chrome. N’ayant pas été programmé, l’ensemble de ses fonctions est limité. Roue l’emmène avec elle et le présente à Zett.



Roue a une dizaine d’années. C’est une des dernières survivantes humaines. Insouciante, elle est heureuse, entourée par tout l’amour de son papa robot. L’arrivée de Chrome bouleverse leur quotidien. Ils forment un trio de choc, une vraie famille et s’amusent comme des fous. Tout tourne autour du bonheur de la petite Roue.

PNG - 250.2 ko

En se promenant, Zett est attaqué mortellement par un « Insane », un Gear combattant qui a sombré dans la folie. Roue arrive à s’enfuir et se réfugie dans les bras de Chrome. En essayant de sauver Zett, il écope d’une balle et se transforme en beau jeune homme. La décision est prise : Chrome protégera sans relâche sa petite protégée. En attendant, il récupère l’unité centrale de Zett, l’équivalent du cerveau pour les humains, dans l’espoir de parvenir à l’implanter sur un corps compatible afin de ramener Zett à la vie. Ils prennent la route dès le lendemain, en quête d’un nouveau corps pour le père adoptif de Roue.

PNG - 176.3 ko

« Heart Gear » s’inscrit dans un sous-genre de la science-fiction, le post-apocalyptique. A l’exception de la petite Roue, tous les personnages sont des Gears, autrement dit, des êtres mécaniques. Ce manga questionne sur l’humanité des robots. Peuvent-ils être plus humains que les humains ? Comment les différencier des hommes ?
Après « Black Torch », Tsuyoshi Takaki nous propose un manga qui parle aux amateurs de science fiction, mais pas que. Les néophytes, comme moi, prendront également beaucoup de plaisir à suivre les aventures de cette adorable petite Roue. Zett l’a trouvé bébé et lui a donné ce nom, symbolisant la roue d’un engrenage, élément fort indispensable pour avancer.

Ce premier tome est très prometteur. L’histoire est belle, pleine de bons sentiments dans un univers pas forcément facile. Roue est parfaitement équilibrée alors qu’elle évolue entourée de robots. Elle ne se pose pas encore de questions sur ses origines, ça devrait venir dans un prochain tome. Le design de Roue est réussi, avec une expressivité qui la rend de suite attachante. Les robots ont tous leur particularité graphique recherchée, croisement entre robot et humain. Les décors ravagés sont soignés mais sans plus, aucune comparaison avec les dessins majestueux de Ippatu dans « Tsugumi Projects ». Le scénario se construit doucement, on a le temps de tout assimiler, c’est agréable.

Ki-oon plébiscite cette nouvelle série en proposant deux versions distinctes : le premier tome dans sa version classique, ainsi qu’une édition collector avec une jaquette réversible. En retirant la jaquette, le mangaka nous fait part d’une jolie scène cachée et d’une longue postface à l’attention d’un monde disparu.

J’ai eu un gros coup de cœur pour « Heart Gear » et me réjouis de suivre les péripéties de nos larrons.


Heart Gear (T1)
- Auteur : Tsuyoshi Takaki
- Traducteur  : Sébastien Ludmann
- Éditeur français : Ki-oon
- Collection : Shonen
- Format : 130 x 180 mm, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 208 pages
- Date de parution : 3 octobre 2019
- Numérotation ISBN : 9791032705469
- Prix : 7,90 €


A lire également sur la Yozone
Black Torch (T1)


HEART GEAR © 2019 by Tsuyoshi Takaki / SHUEISHA Inc.
© Ki-oon -Tous droits réservés



Anne Schnebelen
3 janvier 2020




PNG - 137.9 ko



PNG - 70.1 ko



PNG - 93 ko



PNG - 131.1 ko



PNG - 134.1 ko



Chargement...
WebAnalytics