Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Queen Sonja : Le Destin d’une Reine
Joshua Ortega & Mel Rubi
Graph Zeppelin

Alors que le royaume de Sogaria est envahi par les Emoriens qui sèment le chaos sur leur passage, Red Sonja se voit confier une mission : retrouver les voleurs qui ont attaqué Lady Rosenda et lui restituer ses biens. En échange, elle recevra la légendaire Epée de l’Aurore. C’est ainsi qu’elle va s’engager dans un périple qui la mènera inexorablement, et de manière totalement inattendue, vers son destin... Celui d’une reine qui mène son peuple vers la liberté.



Librement inspirée des personnages de Sonya de Rogatino et Agnès de Chastillon, deux indomptables guerrières du XVIe siècle imaginées par Robert E. Howard, Red Sonja, connue chez nous sous le nom de Sonia la Rouge, devient dans les Marvel Comics de Roy Thomas des années 70, puis dans les romans de David C. Smith et Richard L. Tierney des années 80, une farouche barbare de l’âge hyborien, l’époque reculée et fictive des récits de Conan, avant d’être incarnée en 1985 par Brigitte Nielsen au côté d’Arnold Schwarzenegger dans le film “Red Sonya” de Richard Fleischer, maladroitement traduit chez nous “Kalidor : La légende du Talisman”. Archétype de la femme barbare, belle et farouche, « la diablesse à l’épée » poursuit depuis 2005 ses aventures dans différentes mini-séries publiées par Dynamite Entertainment.

Queen Sonja : Le Destin d’une Reine” regroupe les épisodes 1 à 5 parus d’octobre 2009 à février 2010 aux USA qui retracent l’ascension sanglante de Red Sonja sur le trône hyrkanien de Sogaria. On y retrouve, sous la plume de Joshua Ortega et le crayon de Mel Rubi, la guerrière aux cheveux de feu, vêtue de son bikini en cotte de maille dont l’avait affublé le dessinateur espagnol Esteban Maroto dans sa première aventure en solo.

JPEG - 56.6 ko

Une tenue très sexy, donc, pour cette indomptable guerrière qui après avoir été abusée à l’âge de 17 ans s’est vue dotée de capacité surnaturelle par Scathach, la déesse rouge, et qui loin de l’image de la femme objet qu’elle véhicule, est devenue, au fil des années et de ses aventures, une ardente défenseuse de la cause féminine, pourfendant de son épée les voleurs, violeurs et mâles mal intentionnés qui croisent sa route.

JPEG - 52.5 ko

Le destin d’une Reine” est d’ailleurs assez représentatif de cet état d’esprit.
Venue à Kamala louer ses services à Lady Rosenta, « la guerrière d’Hyrkania » se retrouve rapidement embringuée dans une histoire qui dépasse de loin la traque de quelques brigands. Sogaria, le royaume voisin de Kamala, a été envahi par les armées de l’Empire Emorien. Son Roi et sa Reine ont été exécutés et leurs 3 filles, les fameux brigands de Lady Rosenta, sont activement recherchées par les agents de l’Empereur Cornelius II. Il ne faudra guère plus que la découverte d’un camp d’esclave pour que Sonia la Rouge décide de prendre la tête de la rébellion pour mettre un terme à ces atrocités. Car, soyons clairs, l’âge hyborien est une époque brutale et cette BD d’Heroïc Fantasy est à son image, violente et sauvage avec au menu meurtres, viols, sorcellerie et cannibalisme.

Un one-shot au scénario prenant, même si la psychologie des personnages est réduite à son strict minimum, et au graphisme efficace dans une édition de qualité complété par une galerie d’une douzaine de couvertures alternatives réalisées par Mel Rubi, Jack Herbert ou encore Lucio Parrillo.


Queen Sonja : Le destin d‘une reine
Série  : Queen Sonja
Scénario : Joshua Ortega
Dessin  : Mel Rubi
Couleur  : Vinicius Andrade
Couverture : Jack Herbert
Traduction  : Stéphanie Chaptal
Editeur  : Graph Zeppelin
Dépôt légal : 15 mai 2019
Format  : 26,5 x 17,5 cm
Pagination  : 136 pages couleurs
Numéro ISBN : 9782490357000
Prix Public  : 16 €


A lire sur la Yozone :
- Red Sonja (T3)


Illustrations © Jack Herbert Mel Rubi / Graph Zeppelin



Bruno Paul
18 juillet 2019




JPEG - 25.8 ko



JPEG - 27.9 ko



JPEG - 21.8 ko



JPEG - 25 ko



JPEG - 29.3 ko



Chargement...
WebAnalytics