Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




U.C.C. Dolores (T1) La Trace des nouveaux pionniers
Didier Traquin et Lyse Tarquin
Glénat

C’est dans ses langes, près d’une vieille sacoche emplie de bijoux et d’un coffret scellé, qu’a été retrouvée Mony sur le parvis de l’Église des Nouveaux Pionniers. Aujourd’hui majeure, la jolie nonne au cheveux de feu doit s’élancer à la découverte du monde, une perspective plutôt effrayante. Elle vient de prendre connaissance d’un héritage resté secret : elle est la propriétaire de l’U.C.C. Dolores, un vaisseau de guerre corsaire de l’armée conférée.



La belle, la brute et le vaisseau corsaire...

JPEG - 289 ko

Elle doit en prendre rapidement possession, se dénicher un pilote expérimenté et fuir très vite ceux qui pistent l’ancien propriétaire du vaisseau, cette raclure de Mc Monroe. Pas loin d’être « croquée par un effarant loup », elle est sauvée puis accompagnée par Kash, un vétéran alcoolique tueur de robots. Lui a eu un flash en voyant Mony, sa surprise fut si intense qu’il a volé immédiatement à son secours, cognant sans se soucier des conséquences de ses actes. Ils se lancent alors vers la Frontière, loin de la civilisation, pour survivre du transport de fret dans des coins reculés et encore inexplorés de la galaxie. Ils s’engagent sans le savoir dans une course au trésor, sur un territoire ou « seuls les morts ont tort ».

JPEG - 242.1 ko

Une SF aventureuse pour en prendre plein les yeux !

Habitué d’une heroic fantasy balisée d’un humour un rien potache avec “Lanfeust de Troy”, Didier Tarquin avait envie d’un space opera au goût de western pour se lancer en tant qu’auteur complet. “U.C.C. Dolores” épouse les lignes de référence de ces genres avec un volonté de jouer avec des codes puisés dans le cinéma et quelques célèbres contes (nous demandons Le Petit Chaperon rouge !) comme le lui permettent ses personnages archétypaux.
Avec sa coloriste d’épouse, Lyse Tarquin, il balance un premier album empli de clichés assez jouissifs. On pense à “Star Wars”, “Firefly”, “Cowboy Bebop”, mais aussi à Albator, mais l’auteur s’est aussi empli des images d’un “Blueberry”, conviant autant Jean Giraud que Moebius ou encore Loisel pour nourrir son imaginaire. Son découpage est impressionnant avec ce dessin spectaculaire, tonique, parodique ou caricatural. Il lance cet “U.C.C. Dolores” à grande vitesse sur le terrain du grand public. En ce sens, c’est totalement réussi, dans une forme de SF aventureuse, distrayante et fort agréable à l’œil, comme on en n’avait pas vu depuis des années-lumière en bande dessinée.


Glénat produit une édition spéciale en N & B permettant d’apprécier pleinement le dessin et les découpages de Didier Tarquin. Mais comparer les deux exemplaires vous permettra de vous rendre encore plus compte des judicieuses mises en couleur de Lyse Tarquin. Le duo travaille véritablement en totale complémentarité.
Moi, je choisis le voyage empli avec ces flamboyantes couleurs qui animent et jouent un rôle important dans la narration. C’est vraiment non négligeable.
Si vous craquez pour l’édition spéciale en N & B, son prix est de 29,50 €.

Faites-vous aussi une idée avecla bande-annonce, histoire de prendre “La Trace des Nouveaux Pionniers” à bord de l’U.C.C. Dolores !


(T1) La Trace des Nouveaux Pionniers
- Série : U.C.C. Dolores
- Scénario et dessin : Didier Tarquin
- Couleurs : Lyse Tarquin
- Éditeur : Glénat
- Pagination : 48 pages couleurs
- Format : 24 x 32 cm
- Dépôt légal : 9 janvier 2019
- Numéro ISBN : 9782344017722
- Prix public : 13,90 €


À lire sur la Yozone :
- U.C.C. Dolores (T1) La Trace des nouveaux pionniers, la bande-annonce


Illustrations © Chemineau et Éditions Glénat (2019)



Fabrice Leduc
28 janvier 2019




JPEG - 87 ko



JPEG - 94.2 ko



JPEG - 89.9 ko



JPEG - 99.7 ko



JPEG - 99.3 ko



JPEG - 97.1 ko



Chargement...
WebAnalytics