Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Gandahar n°14 - Les riches heures de Lunatique
Une publication de l’association Gandahar
Revue, n°14, SF - fantasy - fantastique, nouvelles - article, septembre 2018, 130 pages, 8€

Ce numéro de « Gandahar » rend hommage à une publication que les moins de 50 ans ne peuvent avoir connue. Cette extraction du royaume des ombres est vraiment bienvenue car elle permet aux lecteurs contemporains de découvrir et de savourer toute la richesse de ce monument de la production « fanique » que fut « Lunatique ».



Seule aux commandes de son fanzine dix ans durant, Jacqueline Osterrath (connue pour être la traductrice des aventures de Perry Rhodan) réussit le tour de force d’en livrer 68 numéros souvent copieux (70 pages en moyenne) où Jean-Pierre Andrevon et George Barlow, pour ne citer qu’eux, firent leurs débuts en 1965. Il faut comprendre que la confection d’un fanzine à cette époque était radicalement différente de celle que l’on emploie aujourd’hui. Pas de traitement de texte avec corrections orthographiques à l’horizon, ni d’imprimante laser, ni d’internet. Il fallait jouer du stencil en retirant le ruban de la machine à écrire, tourner la manivelle de la ronéo une fois la frappe achevée, découper les stencils électroniques (composés chez un imprimeur à partir d’une maquette) qui seuls permettaient d’utiliser des caractères grands formats ou les dessins et les scotcher sur les stencils ordinaires (préalablement découpés au bon endroit) pour la mise en page. Lors de l’impression, le décollage était inévitable et l’on finissait les mains pleines d’encre. Puis venait l’agrafage ou la reliure. Ensuite, on prenait son bâton de pèlerin pour faire le tour des librairies. Il fallait avoir la foi, et bien des « fanéditeurs » jetèrent l’éponge à l’issue d’un ou deux numéros (j’en fis partie). Mais pas Jacqueline Osterrath. C’était une femme déterminée aux opinions tranchées. Je me souviens lors d’une interview l’avoir entendu déclarer que la bande dessinée était une littérature pour analphabètes... Elle rigolait pas toujours...

Elle séjournait en Allemagne (où elle disposait des moyens techniques d’impression dans l’usine de mécanique de son mari) mais venait fréquemment sur Paris, logeant chez sa mère rue Edmond Roger. Et c’est moi qui, en tout début de carrière professionnelle, m’occupais alors de l’entretien de son ascenseur ! Nous avions donc l’occasion de nous rencontrer et quelques-unes de mes premières critiques parurent dans les derniers numéros de « Lunatique ». Mais finalement nous nous perdîmes de vue, un peu en froid, allez savoir pourquoi. Je ne devais pas correspondre, comme disait le regretté Claude Dumont aux personnages asexués ou multisexués de ses cahiers érotiques des années 67-68...

Je ne passerai pas en revue la vingtaine de textes repris dans ce numéro, mais « Gandahar » nous offre un florilège de ce que « Lunatique » contenait : des œuvres de Michel Demuth, Jean-Pierre Andrevon, Jacques Sternberg, Maurice Limat, Herbert Franke, Gabriel Deblander et bien d’autres. La plupart des grands noms de la SF de ce temps-là ont collaboré à « Lunatique », et l’on peut rajouter à la liste Julia Verlanger, Vladimir Volkoff, Patrice Duvic et Nathalie Henneberg. Quel fanzine peut se prévaloir d’un tel palmarès ? « Ailleurs » de Pierre Versins peut-être ou encore « Mercury » de Jean-Pierre Fontana, les deux autres publications légendaires du fandom français ?

On ne peut donc que saluer cette initiative de l’équipe de « Gandahar » qui renvoie une belle image d’un temps qui fut peut-être l’âge d’or de la SF française. « Lunatique » montre toujours, des décennies après, toute la passion et la rigueur professionnelle de sa conceptrice. Bises Jacqueline, où que tu sois.


Titre : Gandahar
Numéro : 14 - Les riches heures de Lunatique
Directeur de publication : Jean-Pierre Fontana
Rédactrice en chef : Christine Brignon
Couverture : Philippe Caza
Type : revue
Genre : Science-fiction, fantasy, fantastique
Site Internet : l’association Gandahar ; Sa page facebook
Dépôt légal : septembre 2018
Périodicité : trimestrielle
ISSN : 2418-2052
Dimensions (en cm) : 16 x 24
Pages : 130
Prix : 8 €



Didier Reboussin
26 octobre 2018


JPEG - 30.6 ko



WebAnalytics