Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Sous le ciel de Tokyo (T2)
Seiho Takizawa
Delcourt/Tonkam

La situation est grave. Bien que conscient de l’écart du potentiel militaire entre les deux camps, Amérique/Japon, Shirakawa continue de protéger la capitale depuis le ciel de Tokyo. Le 25 mai 1945, ce sont des milliers de bombes qui sont larguées dans la région tokyoïte, là où se trouve sa femme Mariko, rentrée chez ses parents. Inquiet pour elle dans son cockpit, Shirakawa s’efforce de chasser les B-29 américains ce qui inquiète sa femme sur terre. Quel sera le destin du couple, séparé entre les airs et le sol ?



Second et déjà dernier volume de la saga, ce tome la conclut avec brio. Le tome 2 est toujours un mélange entre fresque familiale et combat militaire, vécu au sein d’une famille japonaise en cette fin de Seconde Guerre mondiale et la chute de l’Empire du soleil levant. Les héros masculins sont tous deux pilotes mais pour deux corps différents : l’un la marine, l’autre l’armée de terre. Nos héroïnes féminines, les femmes de ces pilotes, sont deux sœurs survivant dans le rationnement et l’inquiétude pour leurs hommes dans le ciel. Les bombardements de Tokyo vont changer la donne. C’est au tour des hommes de s’inquiéter pour leurs femmes. La tension devient de plus en plus forte face aux offensives américaines et les missions se succèdent. Difficile de garder une vie familiale normale. Shirakawa, touché en vol, se pose près de chez lui pour rejoindre Ishimoto et les deux jeunes femmes. Son beau-père prend une photo à cette occasion. D’autant de souvenirs que la guerre risque de faucher certains rangs. Les denrées alimentaires se font rares mais grâce à leur statut de pilotes, les deux hommes peuvent encore alimenter les leurs de temps en temps en sucreries. Puis d’autres incidents vont marquer la vie de nos quatre héros, même au-delà de la guerre.

Pour le dessin, rien n’a changé par rapport au premier tome. Les avions sont toujours aussi beaux et bien rendus. L’immersion reste totale. Là où cela change, et pas forcement au mieux pour nos sentiments, car oui les larmes nous tiennent en joue tout le tome, c’est le scénario.

D’une intensité dramatique qui dépasse très largement le simple manga aéronautique. Seiho Takizawa ne nous cache rien, il ne fait pas dans la romance. On y croit, à cet enchaînement de coups du sort. De la tristesse aussi à la lecture de cette conclusion qui dépasse la fin de la guerre et Hiroshima. Une belle histoire d’amour, tendre et émouvante. D’accord, il y a aussi les avions mais surtout le talent écrasant de l’auteur qui vient nous chercher là où ça fait mal. En effet, de manière plus prenante que dans le premier volume, la mort frappe brutalement dans ce deuxième tome. Et ce ne sont pas forcement ces morts qui vous tireront des larmes mais plutôt la retenue émotionnelle des héros marqués par ces disparitions.

“Sous le ciel de Tokyo” est un récit « de guerre » et de tranche de vie, en deux tomes, unique en son genre. Seiho Takizawa offre ici un récit intelligent et piloté comme un as des cieux sur bien des points, qui mérite aisément qu’on s’y intéresse.

Alors, comme nous le fait comprendre l’auteur, que ce soit temps de guerre ou non, une vie peut être emportée n’importe quand, alors profitons en au maximum.


Sous le ciel de Tokyo (T2)
- Auteur : Seiho Takizawa
- Éditeur : Delcourt/Tonkam
- Collection : Seinen
- Format : 12 x 18 cm - sens de lecture original
- Pagination : 223 pages noir et blanc
- Dépôt légal : janvier 2018
- Numéro ISBN : 978-2-413-00086-0
- Prix public : 7,99 €


A lire sur la Yozone :
Sous le ciel de Tokyo (T1)


© Editions Delcourt - Tous droits réservés



Arnaud Orhon
9 septembre 2018




JPEG - 23.8 ko



JPEG - 28.5 ko



JPEG - 16.4 ko



WebAnalytics