Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Gantz, perfect edition (T4)
Hiroya Oku
Delcourt-Tonkam

Les deux gardiens géants du temple étaient loin d’être les plus grands dangers qui attendaient Kei et les autres chasseurs d’extraterrestres. Le Bouddha du temple est plus résistant, mais surtout des habitants du monde réel font soudain leur apparition. Ne sachant quelle conséquence aurait un piétinement de géant sur eux, nos héros se mettent en danger pour sauver ce gêneur qui ne peut ni les voir ni les entendre. Et ces maudites statues vivantes semblent prendre plaisir à dévorer les cerveaux humains. Pour Kei, il est temps me mettre fin aux activités du Bouddha géant, mais ne pouvant lui porter un coup mortel par l’extérieur, le jeune homme profite de la blessure infligée au front de la statue pour pénétrer à l’intérieur et détruire ce qui peut s’y trouver. La victoire semble soudain se rapprocher car les radars sur les armes fournies par Gantz n’indiquent plus que deux créatures à éliminer.



L’équipe se sépare en deux groupes, chacun prenant pour cible une des deux statues vivantes. Le groupe de Kei n’a pas spécialement de problème avec sa cible, mais l’autre se retrouve dans une salle où, en réalité, toutes les statues sont en vie. Seules deux membres portent une tenue fournie par Gantz et ils s’avèrent tous des cibles faciles pour les créatures. Mais le danger est bien plus important qu’ils ne pouvaient le penser et quand le groupe de Kei arrive sur place, il n’y a déjà plus aucun survivant. Et les tirs de Masaru sur la statue aux allures de Shiva ne semblent n’avoir pas d’effet sur la créature qui contre-attaque immédiatement en aspergeant le jeune homme avec l’acide qui a déjà détruit les tenues des membres de l’autre groupe. Dans un geste protecteur, Kei se jette sur Masaru et se retrouve avec le bas du corps fondu. Kurono et Masaru sont sous le choc. Même s’il savait que la jeune femme ne l’aimait pas, Kei ne peut accepter qu’elle soit morte et cette fois sans la moindre chance de revenir à la vie. C’est avec une rage folle que le jeune homme se jette sur la statue mais il n’est pas non plus de taille.

JPEG - 125.9 ko

La mission des Bouddhas tourne rapidement au fiasco totale pour les chasseurs d’extraterrestres envoyés par Gantz. Le lecteur comprend très vite que Hiroya Oku s’apprête à réaliser une purge radicale parmi ses personnages principaux et sa première victime sera la jeune Kei. Son tragique destin ne pouvait s’éterniser. La jeune femme n’avait pas l’âme d’une guerrière contrairement à la nouvelle copine de Kei aux allures de Lara Croft. Était-elle là pour prendre sa place dans la vie de Kei ? Pourtant, elle n’est qu’un objet sexuel pour le jeune homme. Il sera au moins franc avec elle même si cela ne change rien aux sentiments qu’elle peut éprouver. Décidément, les amours des deux Kei ne peuvent être que tragiques et à sens unique. Le drame qui se déroule alors sous nos yeux n’en est que plus intense. C’est à l’orée de leur mort que nos héros sont enfin honnêtes les uns avec les autres. Mais en seront-ils récompensés ? Évidemment non ! Et ce n’est même pas spoiler l’histoire que de le clamer haut et fort. Hiroya Oku s’apprête à renouveler son équipe en profondeur et il n’est pas question qu’il garde grand monde après cette mission... voire personne ? C’est un peu l’impression qu’il souhaite donner au fur et à mesure que son récit progresse.

Si le design des statues est toujours impressionnant grâce au dessin assisté par ordinateur, j’avoue avoir eu du mal sur de nombreuses planches avec les transformations physiques de la statue ressemblant à Shiva. A trop vouloir être précis et détaillés, les dessins en deviennent malheureusement difficilement lisibles. J’avoue avoir peiné sur la fin à bien comprendre à quoi ressemblait les amalgames de chair et de métaux. Mais cela n’enlève rien au tragique de ce massacre en règle alors que l’équipe envoyée par Gantz est une des plus nombreuses vues jusqu’à présent. Le choc de chaque mort touche le lecteur en plein cœur... bon j’exagère un peu car beaucoup de personnages ne sont que de passage, à peine détaillés par le mangaka qui ne les utilise que comme chair à canon. Les cadavres s’accumulent sans que nos héros ne puissent faire quoique ce soit et le boss de fin de niveau semble bien cette fois décidé à avoir leur peau. Mais un élément important change toutefois : la créature extraterrestre souhaite comprendre pourquoi les hommes de Gantz cherchent à la tuer. C’est d’ailleurs une question cruciale car finalement, ces monstres ne sont pas dangereux pour l’espèce humaine qu’elle ne menace aucunement. Alors pourquoi tout ce gâchis ?

Ce tome 4 de la « perfect edition » de “Gantz” s’achève sur l’arrivée d’une nouvelle équipe... ou pas. Mais qu’a donc en tête Hiroya Oku ? A suivre.


pour public averti

Gantz, perfect edition (T4)
- Auteur : Hiroya Oku
- Traduction : Laurent Latrille
- Éditeur : Delcourt-Tonkam
- Collection : Seinen
- Format : 128x188 mm
- Pagination : 408 pages
- Dépôt légal : 4 octobre 2017
- Numéro ISBN : 978-2-7560-9561-5
- Prix public : 15 €


A lire sur la Yozone :
Gantz, perfect edition (T1)
Gantz, perfect edition (T2)
Gantz, perfect edition (T3)


GANTZ © 2000 by Hiroya Oku / SHUEISHA Inc.
© Editions Delcourt - Tous droits réservés



Frédéric Leray
20 juillet 2018




JPEG - 17.6 ko



JPEG - 28.3 ko



JPEG - 30 ko



JPEG - 37.4 ko



JPEG - 28.4 ko



WebAnalytics