YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Guide de la france aéronautique
Magali Rebeaud
Kaolin, guide, 303 pages, juin 2018, 24 €

On connaît l’infinie richesse du patrimoine français qui ne se décline pas qu’en châteaux et toiles de maître, en statues où en bâtisses d’exception. Ceux qui, par exemple, s’intéressent au patrimoine industriel n’en finissent pas de dénicher des merveilles admirablement préservées et de rencontrer partout érudits et passionnés. C’est à une redécouverte d’un genre voisin que nous invite Magali Rebeaud, à un véritable tour de France, région par région, département par département, des merveilles du monde aéronautique, anciennes ou récentes, au sol ou dans les airs, remises à neuf ou, pour certaines, encore en cours de restauration.



Musées, parcs, associations, conservatoires, cercles, clubs, amicales, centres de documentation, ce sont plus de cent trente sites d’intérêt qui sont non seulement abordés, mais également décrits, à travers ce volume de plus de trois cents pages. Pour chaque site, Magali Rebeaud offre une présentation à la fois synthétique et complète avec un descriptif global, plusieurs photographies, souvent un point détaillé consacré à un appareil ou à un personnage, et des informations pratiques (adresse, tarifs, horaires d’ouverture, durée de visite et possibilités de restauration).

JPEG - 85.6 ko

Le Bourget

Plus de cent-trente sites, donc, certains connus de tous, parfois à d’autre titres – le Musée des Arts et Métiers ou la Cité des Sciences – d’autres beaucoup moins, et même ignorés, insoupçonnés, à deux pas de chez soi. Des musées qui peuvent être gigantesques, comme le Musée de l’Air et de l’espace du Bourget qui s’étend sur dix hectares, ou l’Épopée de l’Industrie Aéronautique à Albert, dans la Somme, mais aussi minuscules comme le Détachement Air 273, dans un wagon à Pruniers (Loir-et-Cher).

PNG - 651.4 ko

Le Cri-cri

Dans ces sites, sur ces bases, au sol ou dans les airs, mille et une merveilles, mille et un avions dont on ne pourra pas faire ici la liste, mille une curiosités comme le cri-cri, un avion moins lourd, moteur compris, que son pilote (Musée aéronautique de Bretagne, Ille-et-Vilaine) ou le minuscule Pou-du-ciel de 1934 (Ailes historiques du Rhin, Entzheim). Des avions classiques ou moins classiques de toutes époques depuis la conquête du ciel jusqu’au présent en passant par les guerres, les explorations, les colonies, l’aéropostale, mais aussi des hydravions, des planeurs, des hélicoptères, des ballons et des dirigeables.

JPEG - 86.5 ko

Pou du Ciel des Ailes Historiques du Rhin

Tous objets volants, donc, mais pas seulement. Les passionnés pourront découvrir également, ici et là, des moteurs de toutes formes – en ligne à plat, en V, en étoile – et de tous types, à hélices, à pistons, turbines, et turboréacteurs (et même une mise en valeur de moteurs endommagés récupérés d’avions abattus dans les Pyrénées au Musée Léon Elissalde, en Haute-Garonne), des propulseurs spatiaux, des postes de pilotage ou de tir de bombardiers, des collections d’hélices, des planches de bord, des sièges éjectables, de parachutes.

JPEG - 112.7 ko

Jean Sarriu, ancien mécanicien de l’Armée de l’Air, rend la visite particulièrement passionnante !

Rien de lassant dans ces plus de cent trente chapitres, bien au contraire, car Magali Rebeaud glisse ici et là une anecdote, ici et là un détail contemporain ou historique amusant ou instructif. Elle nous apprend ainsi que la Caudron C 272 (association Aérorétro de Saint-Rambert-D’albon, dans la Drôme) a été baptisé Luciole du nom de la jument qui en remorqua le prototype de l’atelier jusqu’à la piste, elle nous rappelle, en abordant le musée Clément Ader (Haute Garonne) que le mot « avion » est aussi l’acronyme d’Appareil Volant Imitant l’Oiseau Naturel, elle nous explique que l’association de Châteaudun (Eure-et-Loir) fondée par le colonel Law de Lauriston s’est baptisée du beau nom de Canopée, lui aussi acronyme pour Conservatoire d’Aéronefs Non Opérationnels Préservées Et Exposés.

JPEG - 111 ko

Le Blériot XI au musée des Arts et Métiers

Ce « Guide de la France aéronautique » est aussi l’occasion de rappeler bien des grands noms, outre ceux que nous avons cités plus haut, avec des musées consacrés à des légendes de l’aviation comme Célestin Adolphe Pégoud, Georges Madon, Roger Sommer, Henri Guillaumet, Jean Mermoz, Nungesser et Coli, des scientifiques ou constructeurs comme Léonard de Vinci (Château du Clos Lucé/parc Léonard de Vinci, Indre et Loire), Clément Ader, Henri Potez ou les frères Caudron.

JPEG - 116.6 ko

Clos Lucé - L’hélice volante © David Darrault

Les curieux, les érudits trouveront dans cet ouvrage mille détails, mille questions, mille « colles » à échanger entre passionnés. Où peut-on voir le fameux planeur utilisé par Bourvil et Louis de Funès dans « La Grande Vadrouille » ? Où peut-on admirer le P2 attaquant Indiana Jones dans « La Dernière croisade » ? Où peut-on trouver un C 47 Dakota classé monument historique ? Où peut-on camper dans un Grumman Gulfstream I de 1963 ? Où peut-on dormir dans la chambre n° 32, reconstituée à l’identique, où descendait Saint-Exupéry ? En quelles eaux les amateurs de plongée sous-marine pourront-ils évoluer autour d’un Focke Wulf ou d’une Forteresse volante B 17 ? Où trouve-ton le seul Bronco OV 1O en état de vol en Europe ?

JPEG - 116.4 ko

Avion Sky - Le haut Village

Érudits et passionnés : tels sont les maîtres mots qui se dégagent de cet ouvrage, et qui expliquent l’omniprésence de ce patrimoine aéronautique sur le territoire. Car, partout, ce sont des fondus, des mordus, des férus, des passionnés, pilotes ou non, qui récupèrent, bricolent, rafistolent, remettent à neuf et même en état de marche, voire récréent de toutes pièces des avions de toutes époques, au prix de milliers d’heures de travail, entraînant avec eux, pour certaines associations, des jeunes et des volontaires. Des passionnés qui parviennent à retrouver et rénover mille et une sortes d’appareils (comme ce Heinkel 111 écrasé dans les marais de Bourges récupéré par l’Association des avions anciens d’Avord, dans le Cher) et à faire voler des aéronefs datant de plus d’un siècle, tel le Caudron G III du Musée Volant Salis dans l’Essonne).

JPEG - 109.3 ko

Le premier Solar Impulse à l’impressionnante envergure de 63,4 m. surplombe le hall de la Cité des sciences - cliché A. Robin EPPDCSI

C’est donc à la rencontre d’un patrimoine étonnant, souvent discret et ignoré, mais porté par de véritables passionnés prêts à partager, à expliquer, à faire découvrir, que ce « Guide de la France aéronautique » nous emmène. Préfacé par Bertrand Piccard, président de Solar Impulse, cet ouvrage est utilement complété par des annexes consacrées aux associations et fédérations, aux boutiques pour passionnés, aux médias spécialisés ou à quelques « bonnes adresses » où il sera possible de se restaurer dans un cadre évocateur. Seul regret, pour la forme, l’index des musées aurait pu être accompagné par un index des noms propres et des modèles décrits. Quoiqu’il en soit, un ouvrage passionnant entre science, technique, histoire et aventure humaine qui devrait donner mille et une idées de visites non seulement aux férus d’aviation, mais aussi à tous les curieux.


Titre : Guide de la France aéronautique
Auteur : Magali Rebeaud
Éditeur : Kaolin
Site Internet : Guide de la France aéronautique sur Facebook
Pagination : 303 pages couleur
Format : 14 x 21 cm
Dépôt légal : juin 2018
ISBN : 9782490096015
Prix public : 24€


Photos © Éditions Kaolin et ayants droits (2018)


Hilaire Alrune
14 juillet 2018






JPEG - 19 ko



WebAnalytics