Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Leon
Mons Kallentoft & Markus Lutteman
Gallimard, Folio Policier, n°861, roman traduit du suédois, policier, 456 pages, mai 2018, 8,30€

À la police de Stockholm, Zack Herry travaille en binôme avec Deniz, une originaire du Kurdistan, qui n’a de cesse de s’inquiéter de l’état de son coéquipier. En effet, elle se rend bien compte qu’il consomme régulièrement de la coke, ce ne sont pas ses ridicules lunettes de soleil qui la trompent. Peut-elle encore lui accorder toute sa confiance, d’autant que le temps presse pour l’affaire en cours et qu’elle est risquée ?
Zack comprend les sentiments de Deniz, mais il n’arrive pas à décrocher, il a besoin de ses shoots. Bien des années après, il est toujours obsédé par l’assassinat de sa mère.
Un enfant tué dans des conditions atroces, un autre enlevé avec un compte à rebours qui s’égrène mettent la pression sur le service. Il faut des résultats rapides, ce n’est pas le moment pour que Zack flanche.



Personnage central de « Leon », Zack Herry s’avère un personnage complexe et ambigu. Il est policier, mais son meilleur et peut-être seul ami Abdula est un dealer qui lui fournit de la coke. Deniz le sait mais Abdula a pris une balle pour eux dans « Zack », la première aventure du héros, alors elle est en porte-faux envers le personnage. Quand la situation chauffe vraiment, Zack se retrouve face à un cruel dilemme qui ne peut que faire réagir les lecteurs. Sa vie privée empiète allègrement sur sa carrière professionnelle, alors comment ne pas douter de lui quand il arrive le matin avec une tête de déterré ? D’ailleurs, son collègue Niklas ne manque pas de soulever aussi les protestations quand il préfère se rendre à un spectacle scolaire plutôt que de passer la soirée au poste à chercher les indices. Les auteurs décrivent bien les interactions dans le service, les coéquipiers solidaires qui se couvrent, celui qui sort du lot et sur qui est jeté l’opprobre. Le métier est difficile et il n’est que plus étonnant de trouver un aveugle parmi eux, faisant de surcroît l’unanimité. Le groupe apparaît soudé, mais à regarder de près, des failles se devinent. Ce ne sont en rien des surhommes, mais des mortels faisant de leur mieux.
Les caractères des personnages, au premier chef celui de Zack, sont creusés et constituent une des forces de « Leon ». De ce point de vue, la série a du potentiel, car chacun des acteurs s’avère complexe et abrite un passé douloureux. De plus, les auteurs ne les épargnent guère, donnant ainsi de la profondeur au récit.

L’autre point fort n’est autre que l’affaire en cours, particulièrement rude, car mettant en scène des enfants. Le premier a été retrouvé au haut d’une cheminée d’une entreprise désaffectée, son corps lacéré, et une vidéo postée par le tueur révèle tout le déroulement de la mise à mort d’une grande cruauté. Vêtu d’une peau de lion, l’assassin a terrorisé l’enfant avant de s’acharner sur lui. La brigade fait de rapide progrès et Zack apparaît comme un héros, mais une impasse se dresse face à eux. Un nouveau kidnapping et un compte à rebours les poussent à accélérer le mouvement, à faire fi des difficultés pour le sauver. De nombreuses autres choses se greffent sur l’enquête principale, obscurcissent et complexifient l’ensemble, rendant tout progrès significatif plus difficile. Les deux journalistes Mons Kallentoft et Markus Lutteman ont de la ressource et « Leon » progresse sans temps morts. Les lecteurs sont vite pris dans l’intrigue et n’en décrochent plus, car entre les apartés sur les personnages et l’enquête, le roman se révèle passionnant.
Rajoutez l’hiver suédois particulièrement froid (- 20° C semble la norme) avec son lot de neige et rien n’est facile, tout se mérite. Dans un prologue très sombre et inquiétant, les auteurs n’hésitent pas à présenter Zack dans une situation très chaude, avant de démarrer quelques jours auparavant pour y arriver. Le ton est donné d’emblée !

« Leon » peut être qualifié de polar noir efficace. Mons Kallentoft et Markus Lutteman savent comment happer l’attention des lecteurs, les faire frissonner au fil des pages qui mettent à mal les personnages. Zack, le personnage principal, s’avère torturé, complexe et malgré tout attachant.
Une autre série de polar scandinave qui mérite de s’y attarder !


Titre : Leon (Leon, 2015)
Série : Une enquête de Zack Herry, tome 2
Auteurs : Mons Kallentoft & Markus Lutteman
Traduction du suédois : Hélène Hervieu
Couverture : D’après photo © Josephine Pugh / Arcangel.
Éditeur : Gallimard (1ère édition française : Gallimard Série Noire, 2017)
Collection : Folio Policier
Site Internet : Roman (site éditeur)
Pages : 456
Format (en cm) : 10,9 x 17,8
Dépôt légal : mai 2018
ISBN : 9782072789854
Prix : 8,30 €


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
21 juin 2018


JPEG - 33.2 ko



WebAnalytics