Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Seven to Eternity (T1) Le Maître des Murmures
Rick Remender et Jérôme Opeña
Urban Comics

Zeb Osidis a toujours refusé de céder devant Garils Sulm, que tous appellent le Maître des Murmures, mais qu’il qualifiait de Roi Fange ! Resté fidèle à ses principes, il a dû fuir avec sa famille, devenant un paria même au sein du peuple Mosak. Jamais de compromission devant celui qui s’est installé au sommet du royaume par la fourberie. Adams Osidis l’a promis à son père, il n’acceptera jamais de proposition de celui qui murmure le mal et a, en chaque village, en chaque famille, une oreille ayant succombé au poison insane de l’oppresseur.

JPEG - 207.6 ko

Partout des traitres, des espions, des assassins qui, sans cesse, obligent les Osidis à partir, toujours plus loin en des terres inhospitalières.



N’écoute pas le Maître des Murmures...

Mais après la mort de ce père par les assassins royaux, la perte d’une mère et du jeune frère Peter par manque de trouver remède au mal qui le rongeait, Adams décide d’aller entendre la proposition du Maître des Murmures pour sauver sa famille. Il se sait mourant, n’en a plus que pour quelques mois, et cela pourrait tromper celui qu’il honnit. La réalité de cette rencontre sera absolument tout autre, et si la quête d’Adams débute dans l’absolue nécessité de faire taire le génie du mal, le poison a atteint une oreille plus attentive qu’elle ne le voudrait à une proposition perfide, maligne, que peut-être l’homme n’aura pas la force de refuser.

JPEG - 190.7 ko

Ah ! Dire que j’ai succombé aux charmes de “Seven To Eternity” serait bien peu. Une fois encore, Rick Remender réussit le tour de force d’exploiter un thème qui le touche - la propagation abjecte d’informations mensongères qui se démultiplient et troublent ce monde - pour imaginer ce récit de Dark Fantasy spectaculaire. Il file la métaphore avec intelligence, avec des personnages étonnants imaginés autour d’un folklore fantastique des plus connus, et propose au phénomène qu’est Jérôme Opena des scènes folles et tumultueuses pour son graphisme prodigieux.

Comment résister au graphisme sidérant de Jérôme Opeña

Déjà réunis pour “Fear Agent” (fortement conseillé, chez Akileos), les deux compères se retrouvent autour d’un projet qui marquera par sa formidable puissance graphique.

JPEG - 307.6 ko

J’ai succombé, je l’avoue, à cette force imaginative d’Opeña, à ses décors post-apocalyptiques, à ses ambiances extraordinaires entre SF et Fantasy, aux personnages et au bestiaire époustouflants - quelle claque -, et aux couleurs flamboyantes de Matt Hollingsworth qui sont un véritable plus dans l’étrange composition de la découverte du monde de Zhal et de ses habitants. Les planches et compositions d’Opeña sont souvent à tomber. Si j’attends encore plus du scénario, le poison est en moi et je n’ai aucune magie pour me défendre. Je trépigne déjà en lorgnant déjà vers le tome 2, “Un Vent de Trahison”, prévu en ce mois de mai 2018. Comme pour le premier tome, il sortira en version couleur. On en reparle donc, très vite.

JPEG - 235.8 ko

Une bonne idée que l’édition simultanée de la version couleur et d’une autre en noir et blanc, au format légèrement plus grand et au prix à peine plus élevé (19 € contre 15,50 €). Les amateurs du trait original d’une série seront ici comblés tant celui de Jérôme Opeña est virtuose. Ceci dit, les couleurs de Matt Hollingsworth participent amplement à l’enchantement vécu sur ce titre. Et oui, il faut faire un choix !


(T1) Le Maître des Murmures
- Série : Seven to Eternity
- Scénario : Rick Remender
- Dessin : Jérôme Opeña
- Couleurs : Matt Hollingsworth
- Éditeur : Urban Comics
- Pagination : 128 pages couleurs
- Dépôt légal : 3 septembre 2017
- Numéro ISBN : 9791026812111
- Prix public : 14,50 €


Illustrations © Jérôme Opeña et Éditions Urban Comics (2017)


Fabrice Leduc
26 mai 2018






JPEG - 89.9 ko
Seven to Eternity (T1) Le Maître des Murmures



JPEG - 91.3 ko



JPEG - 80.7 ko



JPEG - 112.8 ko



JPEG - 95.5 ko



JPEG - 83 ko
Seven To Eternity (T1), en version en N&B



JPEG - 100.8 ko
Seven to Eternity (T2) Un Vent de Trahison



WebAnalytics