Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Lockdown (T7 et 8)
Nykken, Michio Yazu
Ki-oon Seinen

La situation a totalement échappé aux élèves. Les zombies sont maintenant partout dans l’établissement et même les terroristes ont perdu leur unité, avec une cheffe hors de contrôle. Hijiri a du mal à croire la vision d’horreur qui s’offre à lui dans les couloirs de l’établissement, les corps sans vie s’entremêlant quelle que soit leur origine. Toutefois, Sota et Miho sont parvenus à s’en tirer, mais ce miracle n’est dû qu’à leurs capacités obtenues pour l’un par le L.Y.C.H et pour l’autre par le Wizard. Seulement, les capacités de Sota ne font que croître, au fur et à mesure que ce dernier parvient à maîtriser sa soif de sang et de chair humaine. Sa force ne lui permet pas seulement de surpasser les zombies mais le jeune homme semble capable de les contrôler. Le voilà transformé en maître des zombies, alors autant s’en servir pour aider les élèves bloqués dans les classes à retrouver le groupe des survivants. Pendant ce temps, les professeurs décident de tenter des pourparlers avec les militaires.



Les élèves tentent un regroupement général dans la piscine. Toutefois, l’idée ne vient pas de Kuon. L’ancien meneur de l’armée des élèves a tout simplement baissé les bras. Sota ne compte laisser personne derrière lui, mais attirer à lui tous les zombies en liberté dans le stade ne suffit pas. Le jeune homme se retrouve obligé d’utiliser une nouvelle fois son incroyable capacité à contrôler les zombies, mais pas seulement. Sota va jusqu’à pousser certains morts-vivants à attaquer leurs semblables. Cet acte ne passe pas inaperçu et fait naître l’envie chez Hozuki, mais également chez les militaires qui se rendent compte qu’ils ont enfin trouvé l’être qu’ils cherchaient... ou le pensent-ils car Sota n’est pas le Wizard mais le L.Y.C.H parfait, influencé par sa proximité avec le Wizard. D’autres ont également trouvé leur Graal comme Kaneishi, un Graal incarné en une simple mallette dont le contenu lui ouvre soudain d’autres horizons. Enfin, certains changent irrémédiablement en vivant l’enfer, comme Aoi. Cette fois, Kaneishi est allé trop loin et la raison de la jeune fille a irrémédiablement basculé dans une soif sans fin de vengeance.

JPEG - 88.8 ko

“Lockdown” commençait à devenir l’enfer sur terre pour les élèves dont la rébellion a tourné court. Toutefois, le tome 7 va marquer le début de la désillusion et surtout la perte de foi des meneurs de l’armée des élèves. Que ce soit Kuon ou même Hijiri, les meneurs ne parviennent pas à passer le cap et amener leurs camarades de classe vers la liberté. D’ailleurs, la voie de sortie ne sera découverte par aucun des deux chefs. Michio Yazu pousse le dramatique à son paroxysme, les zombies ne servant que de figurants amenant les personnages principaux au désespoir. En un tome, le mangaka détruit tous les espoirs des élèves et des professeurs qui réalisent enfin que l’armée n’est pas là pour les aider mais bel et bien les confiner dans ce cauchemar qu’est devenu ce lycée. Peu importe pour qui travaillent les deux faux élèves... et plus vu le nombre de personnages infiltrés, car tous vont baisser les bras sauf Sota. Le mangaka revient tranquillement sur son véritable héros, le véritable élément majeur de l’histoire. Le lecteur pouvait penser qu’il n’était finalement qu’un monstre, une créature de Frankenstein qui déterminerait le camp des gagnants, mais il est en réalité bien plus. Sota éclipse d’ailleurs les autres protagonistes dans ce tome...

Et également le suivant, mais cette fois, il va partager le devant de la scène car Michio Yazu se doit de plonger tous ses personnages dans le désespoir ou les faire basculer dans une semi démence par différentes ficelles scénaristiques. Tout viendra à l’aide de l’auteur : viol, suicide, monstres. Si les zombies ne nous suffisaient pas, Michio Yazu semble pencher vers une tournure des événements digne d’un “Resident Evil” et sa palette de créatures plus horribles les unes que les autres. Heureusement, Nykken reste sur son style graphique et ne cherche pas trop à se rapprocher de la saga qui donna ses lettres de noblesse au survival horror. On sent pourtant que la tentation est grande de passer à autre chose, à du plus titanesque qu’uniquement du dégommage de zombies. Car le stock de morts vivants, même s’il est conséquent, n’est pas infini et il ne faudrait pas que le duo tombe dans une surenchère rendant la série totalement improbable. Toutefois, les deux mangakas s’essoufflent et se doivent de relancer d’une façon ou d’une autre leur scénario. Le monde extérieur s’est cette fois invité à l’aventure et cela pourrait amener la fraîcheur nécessaire. La série étant toujours en cours au Japon, il faut espérer que les prochains tomes amèneront un véritable bouleversement dans ce scénario qui tourne un peu sur lui-même.

Est-ce la fin pour les élèves et tous ceux encore en vie dans le lycée ? La réponse dans le prochain tome.


Lockdown (T7 et 8)
- Scénario : Michio Yazu
- Dessin : Nykken
- Traducteur  : Anne-Sophie Thévenon
- Éditeur français : Ki-oon
- Format : 130 x 180, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 194 pages
- Date de parution : 11 janvier et 19 avril 2018
- Numéro ISBN  : 979-10-327-0157-7 ; 979-10-327-0251-2
- Prix : 7,65 €


A lire sur la Yozone :
Lockdown (T1 et 2)
Lockdown (T3 et 4)
Lockdown (T5 et 6)


© Nykken, Michio Yazu 2014 / Futabasha Publishers Ltd.
© Edition Ki-oon - Tous droits réservés



Frédéric Leray
25 mai 2018




JPEG - 25 ko



JPEG - 29.1 ko



JPEG - 25.2 ko



JPEG - 24 ko



JPEG - 30.4 ko



JPEG - 25.8 ko



WebAnalytics