Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Re:Monster (T2 et 3)
Kogitsune Kanekiru et Haruyoshi Kobayakawa
Ototo

Face à l’ours rouge, les chances pour Hobgobu-Ro de vaincre ce maître de la forêt étaient loin d’être des plus élevées et pourtant, sa soif de compétence et son désir d’évoluer encore plus le poussèrent à combattre le terrifiant ours. Le combat fut âpre et des plus violents et comme il le craignait, Hobgobu-Ro peinait à vaincre le monstre dont la volonté semblait sans failles. L’affrontement tournait à la boucherie, œil pour œil, dent pour dent. Et quand notre héros reprit conscience après l’ultime assaut, la tête de l’ours gisait à ses pieds.. ainsi que son bras gauche en lambeau. Toutefois, dévorer la chair de l’ours eut comme effet de provoquer une nouvelle mutation. C’est ainsi qu’il devint un ogre rare, Ogu-Ro. Plus grand, pourvu de cornes, il eut un peu de mal à ne pas faire mourir de peur les membres de son clan, gobelins comme humaines. Mais très vite, tous s’habituèrent à sa nouvelle forme. Une rencontre fortuite allait également lui permettre de trouver un artefact pour remplacer son avant-bras manquant...



Une guerre menace la tranquillité du clan de Ogu-Ro. Des humains semblent avoir déclaré la guerre aux elfes de la forêt. Bon, les premières oreilles pointues qui s’approchèrent de notre héros le prirent un peu trop de haut et une bonne partie finit dans son estomac tandis que les autres devinrent peu à peu les esclaves sexuels du clan. Toutefois, le calme n’est pas revenu pour autant, bien au contraire, la forêt semble prise de frénésie, comme ce groupe de kobolts qui, menacés par une armée de squelettes animés, préférèrent tenter leur chance auprès d’Ogu-Ro plutôt que de mourir bêtement. Cette armée de squelettes attira la curiosité de notre héros. Si il utilisa les soldats d’os pour faire progresser ses troupes, Ogu-Ro était surtout intéressé par la créature qui donnait naissance à cette armée sans fin. Grand Squelette ne put résister longtemps à la puissance d’Ogu-Ro qui dévora son crâne sans la moindre hésitation. La guerre finit pourtant par rattraper le clan de notre héros. Par hasard, il suivirent un groupe d’humains préparant une embuscade pour kidnapper la fille d’un haut dignitaire elfe.

JPEG - 117.9 ko

Notre humain devenu un hobgobelin dans un autre monde poursuit son évolution pour devenir toujours plus puissant. Le mode opératoire pour acquérir des pouvoirs et se transformer en une créature encore plus puissante est toujours le même : il mange tout ce qui est à sa portée, êtres vivants comme minéraux. Son évolution en ogre ne tardera pas dans le tome 2 mais il le paiera d’un bras. Heureusement, un artefact rare et hop, le voici de nouveau pourvu d’un bras. Ce qui marque surtout ce tome 2 est la place que prend la sexualité dans la série. Certes, au niveau du dessin, tout reste des plus chastes, pas de poitrine saillante osant faire une apparition surprise. Non, les dessins sont toujours très prudes, toutefois l’attitude de Ogu-Ro l’est bien moins. En fait, notre héros est un véritable chaud lapin qui met dans son lit toutes les femelles de passage, et la majorité de leur plein gré. Car il faut bien l’avouer, pour les autres, il utilise des charmes pour les pousser dans son lit. Les techniques d’esclavagisme sexuel sont tout de même limite pour un manga sans limite d’âge apparent (le classement seinen n’est pas indiqué sur les couvertures). Rappelons qu’il n’y a pas que les images qui peuvent choquer mais également les idées qui sont exposées qui doivent orienter le choix de limiter le public. Bon, vu la tonne de lecture, cette série doit rebuter naturellement les plus jeunes, mais en tant que parent, je suis toujours très vigilant sur ces aspects et banaliser l’esclavagisme sexuelle doublé d’une torture psychologique me laisse tout de même sceptique sans avertissement.

Le tome 3 annonce enfin l’arrivée en masse des humains dans l’histoire, et cela à travers une guerre avec les elfes. Nous sommes loin des êtres quasi divins du “Seigneur des Anneaux”. Les elfes sont présentés comme orgueilleux mais aussi peu efficaces dans les combats où la force brute entre en jeu. Les humains ne sont pas présentés sous leur meilleur profil mais on sent aussi que les quelques guerriers et guerrières qui tapent dans l’œil de notre héros pourraient bien avoir de l’avenir dans la série. Il faut également noter que pour la première fois, notre héros ne va pas avoir droit à une évolution imposant une transformation corporelle. Il est pour le moment bien bloqué dans un corps d’ogre (non ce n’est pas Shrek, enfin !). Un nouvel aspect de notre héros resurgit insidieusement : il est quand même sacrément porté sur la bouteille. Eh oui, Ogu-Ro est un amateur d’alcool fort et comme par hasard, il va enfin mettre la main sur ce Graal, plus que discutable. Oui, Ogu-Ro n’a rien du héros politiquement correct, bien au contraire, il a tous les vices et les assume sans le moindre remord. En tout cas, les humains reprennent leur place dans l’histoire, en ne se bornant plus seulement à la cuisine et la forge. Les deux tomes sont aussi marqués par les évolutions tout azimut des autres personnages qui permettent d’ouvrir la palette de monstres pour le crayon de Haruyoshi Kobayakawa.

“Re:Monster” est une série intéressante... pour un seinen (oui ce classement est parfaitement justifié mais pas assez visible sur les couvertures) et nous offre une autre vision de l’heroic fantasy qui s’avère assez complexe et surtout bafouant le politiquement correct.


Re:Monster (T2 et 3)
- Scénario : Kogitsune Kanekiru
- Dessin : Haruyoshi Kobayakawa
- Character design : Yamaada
- Traducteur  : Nicolas Pujol
- Éditeur français : Ototo
- Format : 128 x 179, noir et blanc - sens de lecture original
- Pagination  : 220 pages
- Date de parution : 10 novembre 2016 et 17 novembre 2017
- Numéro IBSN : 9782375060292 ; 9782377170661
- Prix : 7,99 €


A lire sur la Yozone :
Re:Monster (T1)


Re :Monster © KOGITSUNE KANEKIRU © HARUYOSHI KOBAYAKAWA © YAMAADA Originally published in Japan in 2015 by AlphaPolis Co., LTD.
© Edition Ototo - Tous droits réservés



Frédéric Leray
21 mai 2018




JPEG - 63.3 ko



JPEG - 32.3 ko



JPEG - 30.6 ko



JPEG - 35.8 ko



JPEG - 33.4 ko



JPEG - 36.5 ko



Chargement...
WebAnalytics