Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Aventure de Wilde et Chase (Une), tome 1 : À la poursuite de l’Atlantide
Andy McDermott
Bragelonne, Thriller, roman traduit de l’anglais (Grande-Bretagne), aventure/ thiller, 440 pages, avril 2018, 16,90€

L’Atlantide, voilà un nom qui fait rêver ! Nombreux sont ceux à vouloir prouver son existence et le meilleur moyen est encore d’en trouver les vestiges. Dans la droite lignée de ses parents disparus, Nina Wilde cherche à localiser le continent englouti. Elle croit d’ailleurs y être parvenue et soumet son raisonnement aux doyens de l’université pour obtenir des fonds. Hélas, ils ne lui accordent aucun subside et la découragent de poursuivre sur cette voie qu’ils jugent perdue d’avance.
Heureusement Kristian Frost, un mécène milliardaire, manifeste son intérêt pour ses travaux. Il lui adjoint sa fille Kari et un garde du corps Eddie Chase, car il sait que la mission est périlleuse et qu’une confrérie risque de s’opposer au projet.



« Les aventures de Wilde et Chase » lorgnent clairement du côté du célèbre Indiana Jones ; la même recette y est appliquée : rythme soutenu, action omniprésente avec une dose d’humour, de nombreux pays comme terrain de jeu, des méchants s’opposant aux recherches... Le lecteur se trouve en terrain connu, il lui faut juste découvrir les principaux acteurs qui ne sont autres que Nina Wilde et Eddie Chase.
De ce côté, Andy McDermott ne s’embarasse pas vraiment de descriptions physiques et je suis bien en peine de présenter les deux : la première est jolie et rousse, le second est de la même taille, costaud, cheveux courts, nez écrasé. Voilà pour ce que j’en ai retenu. De ce point de vue, l’auteur a plus insisté sur la sculpturale blonde Kari Frost, capable de prouesses physiques ébouriffantes.
Ancien agent de la SAS, Eddie occupe la fonction de garde du corps et autant dire qu’« À la poursuite de l’Atlantide » montre une vaste palette de ses capacités. Il se tire de quantité de situations désespérées et s’en relève quasi comme si de rien n’était. Par exemple, sa récupération des suites d’une chute a de quoi surprendre. Sa cheville foulée a du mal à le soutenir, mais il sprinte et au chapitre suivant, c’est comme s’il n’avait jamais eu mal ! Eddie tient du surhomme, du super-héros qui essuie les coups et les rend bien sûr, sans dévier de la mission qu’il s’est fixé.
Avec ce personnage épaulé par des compagnons d’armes, Andy McDermott sort la grosse cavalerie, capable de renverser des montagnes, surtout qu’il en pince pour Nina Wilde, cette universitaire obsédée par le mystère de l’Atlantide. Ses parents y ont laissé la vie. Qu’importe, elle ne veut pas abandonner et quand la possibilité lui est offerte de mettre sa théorie à l’épreuve, elle fonce tête baissée, même si les événements tournent mal dès le début. Une puissante confrérie ne désire pas que l’Atlantide soit découverte. Mais pourquoi ?

L’auteur nous promène à travers le monde. New-York, l’Iran, le Tibet, le Brésil, la Norvège... autant de lieux sur les traces du continent disparu, et sources d’informations comme d’affrontements. L’ennui n’est ici pas de rigueur, pas de temps morts, il se passe tout le temps quelque chose pour alimenter l’histoire. Résultat : le lecteur est scotché sur le livre, tourne les pages en assistant à des prouesses extraordinaires. L’action supplante souvent la réflexion, même si cette dernière est primordiale pour fixer les différentes étapes vers la clé du mystère. Eddie s’occupe du premier point, Nina du second en résolvant les énigmes se dressant sur leur route, les finances de Frost permettant de suivre le fil.
De plus, l’intrigue est moins simpliste qu’elle ne semble de prime abord avec les gentils à la recherche de l’Atlantide contre les méchants s’opposant à cette chasse au trésor. Dans sa dernière partie, le roman trouve même un second souffle avec un changement de point de vue bien senti. C’est de la grosse mécanique, mais elle fonctionne parfaitement, les invraisemblances qui passent comme une lettre à la poste permettent d’en mettre plein la vue et si les lecteurs n’arrivent pas forcément à se représenter les personnages en-dehors de leur caractère, ils visualisent très bien les scènes formant le corps du récit.

« À la poursuite de l’Atlantide » annonce la couleur des « Aventures de Wilde et Chase ». Nina Wilde incarne la réflexion au service de la recherche de civilisations disparues ou de trésors enfouis et Eddie Chase, le fort à bras capable de se tirer intact de n’importe quelle situation, l’action. Rythmé et musclé, ce roman s’avère passionnant et les lecteurs oublient vite ses relatives faiblesses pour s’abandonner à cette quête dangereuse.
Avec cette série très visuelle et déjà forte d’une quinzaine de titres, Andy McDermott, passionné de cinéma, ce qui n’étonnera personne, s’intéresse aux mythes de l’Histoire. Le second volet est programmé pour la mi juin, il s’agit du « Tombeau d’Hercule », la perspective de nouvelles aventures prenantes.
Amateurs d’Indiana Jones, cette série est pour vous !


Titre : À la poursuite de l’Atlantide (Atlantis, 2007)
Série : Une aventure de Wilde et Chase, tome 1
Auteur : Andy McDermott
Couverture : Anne-Claire Payet d’après © Shutterstock
Traduction de l’anglais (Grande-Bretagne) : François Fargue
Éditeur : Bragelonne
Collection : Thriller
Site Internet : page roman (site éditeur)
Pages : 440
Format (en cm) : 14,2 x 21,3
Dépôt légal : avril 2018
ISBN : 9791028104108
Prix : 16,90 €


Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
27 mai 2018


JPEG - 40.9 ko



WebAnalytics