Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Galaxies n°52 (Nouvelle Série)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Revue, n°52, SF - nouvelles - articles - critiques, mars 2018, 192 pages, 11€

“Environnement : presque déjà la fin ?” voilà qui sonne mal et n’apporte guère de raisons de se montrer optimiste. Il suffit d’ouvrir les yeux actuellement pour comprendre que, si certains états saisissent les enjeux, d’autres s’en moquent, ne voulant pas sacrifier leur croissance pour le bien des générations futures. « No future » disaient-ils dans les années 80, et s’ils avaient vu juste ?
Entre nouvelles et articles sur le problème de l’environnement, Yann Quero s’est occupé d’un dossier sensible, courant sur plus de 130 pages.



Yann Quero a signé plusieurs ouvrages de SF sur le sujet et était donc à même de s’occuper d’un tel sujet ô combien important. Pour l’occasion, il a écrit deux articles : “1972 : année écologique” et “Pierre Boulle, un anti-écologiste ?”. Dans le premier, il montre le traitement qu’en ont fait les auteurs de SF, certains s’en préoccupant très tôt. « Soleil vert » de Harry Harrison, « Le troupeau aveugle » de John Brunner et « La fin du rêve » de Philip Wylie, autant d’ouvrages chocs qui alertaient déjà autour de 1970 sur les dérives de notre société. À travers trois utopies écologiques, l’auteur n’a pas voulu terminer sur une note trop négative. Dans le second, il dénonce la fausse perception que beaucoup ont ressenti à la lecture de « Le bon Léviathan » (1978) et « Miroitements » (1982), deux romans de Pierre Boulle.
Un travail exemplaire et fort instructif !

Au rang des autres articles, “Lire Jules Verne dans l’anthropocène” de Terry Harpold s’avère intéressant et riche en gravures, apportant un autre regard sur l’écrivain. Dan Bloom livre l’histoire de l’abréviation Cli-Fi (Climate-Fiction) et les sentiments contradictoires qu’elle a soulevé. Par exemple, une romancière anglo-saxonne y voyant l’appellation Clitoris-Fiction cachée derrière !
“Moana ou l’écohéroïsme au féminin” est l’œuvre de Christian Chelebourg, un universitaire qui s’adresse surtout à ses pairs. La trop grande érudition développée m’a vite perdu et j’ai lu en diagonale, d’autant que je me demandais dès le départ en quoi cela concernait le sujet.
Autre remarque plus générale, la taille des caractères employée pour les articles, différente de celle des nouvelles, est beaucoup trop petite et ne rend pas la lecture facile ni agréable. De même, la typographie des renvois en bas de page fluctue et s’avère parfois pour le moins maladroite (ex : ... « Ecotopia, écrit par l’Américain Ernest Callenbach et paru en 197527 ». Comprendre 1975 et renvoi à la note 27 !). C’est dommage que de telles maladresse reviennent régulièrement dans les pages de « Galaxies ».

Sept nouvelles agrémentent aussi le dossier. Les deux premières sont le fait de deux auteurs français que l’on sait engagés dans la cause environnementale : “Le désert” de Jean-Marc Ligny et “Presque déjà la fin” de Jean-Pierre Andrevon. Le premier dénonce la désertification et la question de l’eau, alors que le second relate un incident nucléaire. Jean-Marc Ligny se révèle efficace et Jean-Pierre Andrevon traite un sujet grave avec un humour percutant.
Avec Andrea Deslacs et “Les mitigants”, où les paysans sont déplacés avec leur terroir pour cause de réchauffement (ce n’est pas triste !), ce sont eux qui collent le mieux au sujet.

Fabien Clavel présente une brève histoire policière (“Rêvons c’est l’heure”) avec aperçus des conditions climatiques et de la recherche d’une productivité à tout prix. Un meurtre sert juste de prétexte aux descriptions et la fin m’a laissé perplexe. Que faut-il vraiment comprendre ?
“Des cauchemars pour l’anthroposphère” trompe bien le lecteur au départ, l’obligeant à revoir tout ce qu’il imaginait jusqu’alors, mais Stéphane Dovert se perd par la suite qui sombre dans le ridicule.
“La paix des arbres” m’est resté mystérieuse tout du long avec cette histoire improbable d’huile. Malgré quelques belles images, Éric Lysøe n’a jamais réussi à me convaincre.

Dernière nouvelle au sommaire : “Bikinis Kill Nano-Stars”, 3e du Prix Alain Le Bussy 2017. Cléo est une adolescente obsédée par le nombre de ses followers sur les réseaux sociaux. Pour elle, c’est la clé de la réussite dans la vie. Aussi, elle soigne son apparence pour être au mieux sur les photos qu’elle poste. Un poisson met cette belle plastique à mal. Stéphane Miller s’empare d’un sujet très actuel, y insuffle un peu de prospective avec augmentation de la pollution, nouveaux virus... pour dénoncer ses travers. Rien de neuf, me direz-vous, sauf qu’il réussit parfaitement son coup. Raconté par Cléo, le texte n’en est que plus fort, montrant l’addiction à cette popularité fragile reposant sur bien peu de choses. Même si il ne colle pas trop au dossier - il n’a pas été écrit dans cette optique ! -, il s’agit d’un des textes marquants de la revue.

Dans la partie rédactionnelle, Didier Reboussin revient sur Marc Agapit, auteur de 43 titres dans la collection Angoisse du Fleuve Noir. Je pense que ça vaut le coup de chiner pour trouver ses bouquins. “Musique et SF” s’intéresse ce trimestre à Mike Oldfield et à son adaptation du roman « Les chants de la Terre lointaine » d’Arthur C. Clarke. Comme d’habitude, j’éprouve après l’envie d’écouter l’album en question.
Le papier de Pierre Stolze et les chroniques de livres concluent ce « Galaxies », dont la dernière feuille me semble un loupé !
Au vu de la teneur du numéro, je n’ai pu m’empêcher de vérifier si figurait la mention « Imprimé sur du papier recyclé », mais je n’ai rien vu...

Le dossier de ce numéro 52 de « Galaxies » relève de la bonne et belle idée. Même si toutes les nouvelles ne sont pas à la hauteur, l’alternance nouvelle et article me laisse un sentiment très positif.
De manière générale, attention toutefois à soigner les détails !


Titre : Galaxies Nouvelle Série
Numéro : 52 (94 dans l’ancienne numérotation)
Directeur de publication : Pierre Gévart
Rédacteur en chef délégué : Yann Quero
Couverture : Thierry Van Quickenborne
Type : revue
Genres : SF, études, critiques, entretiens...
Site Internet : Galaxies
Dépôt légal : mars 2018
ISSN : 1270-2382
Dimensions (en cm) : 13,8 x 20,9
Pages : 192
Prix : 11€



Pour écrire à l’auteur de cet article :
francois.schnebelen[at]yozone.fr


François Schnebelen
4 mai 2018






JPEG - 38.2 ko



WebAnalytics