Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Vidocq (T2) Le complot Napoléon
Richard D. Nolane et Siniša Banović
Soleil

Fin 1813, la nouvelle conscription et les augmentations des impôts rendent Napoléon encore plus impopulaire. Affaibli par la déroute de la campagne russe, il est averti de menaces à son encontre.
Dans le même temps, le Surineur, un lieutenant de Vidocq, est arrêté pour détention d’un objet volé. Il assure son chef qu’il n’est pas coupable, mais quand Vidocq veut rencontrer la prostituée qui a assisté à l’arrestation, celle-ci est morte. Elle se serait soi-disant suicidée. Vidocq cherche à comprendre pourquoi et suit la piste des minces indices à sa disposition.
Et si les deux affaires avaient un lien ?



JPEG - 85.5 ko

Pour cette seconde apparition de “Vidocq” chez Soleil, on reprend la même équipe que pour “Le suicidé de Notre-Dame”. 19 mois séparent les deux tomes et force m’est de constater que ma perception a bien changé.
Point de vue scénario, rien à dire, Richard Nolane utilise les rouages de l’Histoire et développe sans coup férir une intrigue emberlificotée. Ce n’est pas toujours facile à suivre, mais cela se tient et des personnages réels et connus sont des acteurs majeurs du “Complot Napoléon”.
Là où je suis bien plus critique, c’est envers le dessin. Les personnages ne sont pas toujours identifiables de suite. Rien qu’en première page, les traits de Napoléon et du ministre de la police Savary se confondent facilement. Heureusement que l’uniforme les distingue. Les traits manquent souvent de précision, le graphisme s’avère inégal, ce qui est rageant, quand on voit ce que Banović est capable de réaliser dans la plupart des pages. Les décors sont très bien rendus, mais il pèche au niveau des visages, forçant souvent les ombres et augmentant la confusion quant à leur identité. Bref, le côté graphique de ce volume me laisse un sentiment mitigé : le bon côtoie le moins bon, ce qui dessert le récit et le rend moins fluide.

JPEG - 62.7 ko

La série “Vidocq” possède des qualités, à l’image de son personnage central très fort, décrié pour ses méthodes nouvelles mais efficaces et qui feront date. La période s’avère aussi fascinante, mais attention, l’impact d’une bande dessinée réside dans une habile alchimie entre le scénario, le dessin et la colorisation. Si un seul de ces aspects n’est pas à la hauteur, le lecteur peut se focaliser dessus, ce qui a été mon cas pour “Le complot Napoléon”.

Le potentiel est là, il s’agit de l’exploiter à plein.


(T2) Le complot Napoléon
- Série : Vidocq
- Scénario : Richard D. Nolane
- Dessin : Siniša Banović
- Couleurs : Matteo Vattani
- Éditeur : Soleil
- Collection : Policier/Thriller
- Dépôt légal : 11 octobre 2017
- Format : 23,3 x 32,2 cm
- Pagination : 48 pages couleurs
- Numéro ISBN : 9782302064003
- Prix public : 14,50 €


À lire sur la Yozone :
(T1) Le suicidé de Notre-Dame


Illustrations © Banović, Vattani et Soleil (2017)



François Schnebelen
29 avril 2018




JPEG - 31.5 ko



JPEG - 40.1 ko



JPEG - 26.8 ko



JPEG - 19.9 ko



WebAnalytics