Chargement...
YOZONE
Le cyberespace de l'imaginaire




Gantz, perfect edition (T3)
Hiroya Oku
Delcourt-Tonkam

Kei se retrouve dans une position des plus critiques. Les deux enfoirés qui font partie de la nouvelle équipe réunie par Gantz l’ont forcé à entrer dans la maison des extraterrestres à la tête de playmobil et maintenant, Kei est encerclé par ces malades. Toutefois, il n’est pas non plus au bout de ses surprises car le boss de fin de niveau l’attend tranquillement à l’étage et c’est tout simplement un corbeau anthropomorphe géant. Sans oublier ces mini piafs qui lui picorent la peau et qui provoquent la colère des têtes de playmobil si par malheur il leur fait le moindre mal. Mais comment peut-il se sauver de cette situation catastrophique ? A l’extérieur, Kei et Masaru découvrent les corps de la grand-mère et de son petit-fils. Ils arrivent malheureusement trop tard et tuer les deux têtes de playmobil ne changera rien à l’affaire. Seulement, ils ont beau tuer des extraterrestres, le décompte se poursuit. Mais quelle est donc la créature qu’ils doivent impérativement tuer pour réussir cette maudite mission ?



Pourquoi personne ne veut reconnaître son importance dans l’équipe ? Non, plutôt pourquoi cette ingrate de Kei n’a-t-elle d’yeux que pour Masaru ? Et le destin joue vraiment en sa défaveur. Même si cette fois, il n’a pas oublié de mettre sa tenue, Kei est renvoyé dans la chambre de Gantz alors qu’il est aux toilettes... Cette fois, l’équipe réunie est bien fournie comprenant un célèbre prêtre qui fait croire à tous qu’il sait parfaitement ce qui leur arrive. Il y a aussi cette magnifique brune qui semble s’intéresser à lui, alors que Kei l’a encore totalement ignoré quand elle est apparue. Oui, cela commence à bien faire. Alors quand il est rejoint dans le couloir par la brune et que celle-ci accepte sans trop d’hésitation à faire l’amour avec lui, Kei ne réfléchit pas très longtemps et choisit de perdre son pucelage avec une femme qui le désire, même si elle s’avère bien plus grande que lui. Et quand Kei les découvre, cela ne lui fait ni chaud ni froid. Il a changé, il n’est plus le naïf qu’il était, l’homme à tout faire comme ose le décrire Gantz. Cette fois, Kei va montrer de quoi il est capable dans cette mission et peu lui importe les autres. Plus il tue d’extraterrestres, plus vite il aura cumulé les 100 points permettant d’en finir avec les missions de Gantz.

JPEG - 105.3 ko

Nous avions abandonné Kei, notre pauvre héros de “Gantz”, dans une situation critique. Le jeune homme est manipulé par tous, et peu importe les efforts faits, il se retrouve toujours dans une situation catastrophique. N’est-il pas l’homme à tout faire de l’équipe comme l’appelle Gantz ? Et notre héros cumule les situations embarrassantes, entre oublier la tenue qui le protège des coups des extraterrestres et arriver alors qu’il est aux toilettes, tout est fait pour le ridiculiser. Pourtant, il n’hésite pas à mettre sa vie en danger, même sans protection, comme le démontre son combat contre le corbeau géant. Alors que les tomes précédents montraient un Masaru impassible, le roc sur lequel on pouvait s’appuyer, le tome 3 démontre que celui qui se crève pour sauver l’équipe est bien Kei. D’ailleurs Gantz le récompensera à sa juste valeur en nombre de points, mais certainement pas en éloges. L’après-mission va changer radicalement notre jeune héros. Soudain, sa colère éclate, transformant radicalement le jeune homme, le rendant plus dur, plus froid. La façon avec laquelle il vire Kei de chez lui est symbolique de cette transformation. Certes, il aura des regrets mais ceux-ci s’évaporent dès qu’il voit que la jeune fille n’a toujours d’yeux que pour un Masaru à qui le lecteur à atrocement envie de mettre une bonne paire de baffes pour le ramener un brin sur terre.

La seconde mission sera critique pour nos héros et pour la nouvelle équipe. Tout d’abord, Hiroya Oku introduit enfin un nouveau membre féminin et sa présence va totalement changer le rapport entre les héros. Tout d’abord, elle se donne sexuellement parlant à Kei dès leur première rencontre dans la chambre de Gantz. Le jeune homme se retrouve maintenant avec une aura qu’il attendait depuis le début, une aura qu’il espérait naître de l’admiration de Kei. Mais peu importe, il est dorénavant le héros de quelqu’un et il doit s’en montrer digne. Mais il est également devenu plus violent car il sait que le nombre de points obtenus augmente avec le nombre et la puissance des extraterrestres tués. Alors quand il se retrouve devant des colosses gardiens de temple, il se déchaîne. Evidemment, Masaru fait immédiatement le lien avec le défunt Joichiro seulement lui qui clame à qui veut l’entendre qu’il veut empêcher le moindre mort reste totalement impuissant devant les extraterrestres, au point de paraître presque totalement inutile alors que tous se donnent à fond pour vaincre les deux colosses. Bon, hormis le moine qui reste totalement à la ramasse mais qui ne durera évidemment pas très longtemps dans un tel contexte. La petite amie de Kei tombe radicalement amoureuse de ce samouraï des temps futuristes dans sa tenue ultra-moulante mais combien de temps pourra-t-il tenir ce rythme ? Car les ennemis se multiplient soudainement, compromettant fortement la réussite de la mission.

Ce troisième tome de “Gantz, perfect edition” s’avère bien plus psychologique que les précédents et met clairement le focus sur Kei qui éclipse même un Masaru trop mou. La série prend également un tournant de plus en plus tragique. Qui survivra à cette nouvelle mission ?


pour public averti

Gantz, perfect edition (T3)
- Auteur : Hiroya Oku
- Traduction : Laurent Latrille
- Éditeur : Delcourt-Tonkam
- Collection : Seinen
- Format : 128x188 mm
- Pagination : 408 pages
- Dépôt légal : 6 septembre 2017
- Numéro ISBN : 978-2-7560-9560-8
- Prix public : 15 €


A lire sur la Yozone :
Gantz, perfect edition (T1)
Gantz, perfect edition (T2)


GANTZ © 2000 by Hiroya Oku / SHUEISHA Inc.
© Editions Delcourt - Tous droits réservés



Frédéric Leray
30 avril 2018




JPEG - 17.9 ko



JPEG - 24 ko



JPEG - 29.8 ko



JPEG - 27.5 ko



JPEG - 37.1 ko



WebAnalytics